Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de le journal de campagne de KIKI DU 78
  • Le blog de le journal de campagne de KIKI  DU  78
  • : Cet espace est réservé à des informations souvent ignorées par les " grands " médias, et à divers sujets d'actualité , en vue d'échanges de points de vues.
  • Contact

Recherche

Liens

26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 15:16
Le NIH refuse dorénavant de financer des recherches sur le « modèle » chimpanzé

Victoire pour Antidote Europe ! Le NIH rejoint notre position : aucune espèce n’est un « modèle » biologique de l’homme.

LE NIH REFUSE DORÉNAVANT DE FINANCER DES RECHERCHES SUR LE « MODÈLE » CHIMPANZÉ.

 

 

Paris, le 24 novembre 2015 – Le NIH (National Institutes of Health (USA), le plus grand organisme de recherche biomédicale au monde) « ne financera plus la recherche biomédicale sur les chimpanzés ». Ainsi s’exprime son directeur, Francis Collins, dans un message diffusé le 18 novembre 2015 (1). Cette conclusion résulte d’une évaluation strictement scientifique, demandée deux ans plus tôt à l’Institut de Médecine (IOM, USA), qui s’était adjoint des conseils, dont celui du Comité de Médecins pour une Médecine Responsable (PCRM, USA) (2).

Le chimpanzé est notre plus proche cousin dans l’évolution, donc le meilleur « modèle » possible, s’il en existait. Toutes les autres espèces étant plus éloignées de nous en termes d’évolution, il faut conclure qu’elles seraient d’encore moins bons « modèles ». La chute du premier domino « chimpanzé » entraîne donc celle de tous les autres dominos « autres primates », « chiens, « rats », souris », « poissons zèbre », « pinsons »…

Pour être logique avec lui-même, le NIH devrait donc renoncer aussi à financer toute recherche biomédicale sur « modèle » animal, quel qu’il soit. Pour Antidote Europe, cette décision historique représente beaucoup plus qu’une victoire pour sauvegarder une espèce en danger. Comme nous l’avons démontré et le répétons depuis plus de 10 ans : aucune espèce animale n’est un modèle biologique pour une autre !

Verrons-nous un « acharné du modèle animal » sortir du bois pour démontrer –pas simplement alléguer- que le NIH aurait tort, ou qu’un « modèle », plus éloigné de nous que le chimpanzé, ferait son affaire ?

La question qui se pose actuellement est : la France sera-t-elle parmi les premiers pays –ou parmi les derniers- à reconnaître la faillite du modèle animal et la nécessité de son remplacement par les meilleures technologies de ce 21ème siècle ?

1) https://www.nih.gov/about-nih/who-we-are/nih-director/statements/nih-will-no-longer-support-biomedical-research-chimpanzees
2) http://www.pcrm.org/media/news/statement-on-ending-nih-chimpanzee-experimentation

CONTACT MÉDIAS

Claude Reiss, président d’Antidote Europe, ancien directeur de recherche au CNRS : 04.76.36.35.87
André Ménache, directeur d’Antidote Europe, vétérinaire : 0044.7906.446889

http://antidote-europe.org/  

 

 

 

Paris, le 24 novembre 2015 – Le NIH (National Institutes of Health (USA), le plus grand organisme de recherche biomédicale au monde) « ne financera plus la recherche biomédicale sur les chimpanzés ». Ainsi s’exprime son directeur, Francis Collins, dans un message diffusé le 18 novembre 2015 (1). Cette conclusion résulte d’une évaluation strictement scientifique, demandée deux ans plus tôt à l’Institut de Médecine (IOM, USA), qui s’était adjoint des conseils, dont celui du Comité de Médecins pour une Médecine Responsable (PCRM, USA) (2).

Le chimpanzé est notre plus proche cousin dans l’évolution, donc le meilleur « modèle » possible, s’il en existait. Toutes les autres espèces étant plus éloignées de nous en termes d’évolution, il faut conclure qu’elles seraient d’encore moins bons « modèles ». La chute du premier domino « chimpanzé » entraîne donc celle de tous les autres dominos « autres primates », « chiens, « rats », souris », « poissons zèbre », « pinsons »…

Pour être logique avec lui-même, le NIH devrait donc renoncer aussi à financer toute recherche biomédicale sur « modèle » animal, quel qu’il soit. Pour Antidote Europe, cette décision historique représente beaucoup plus qu’une victoire pour sauvegarder une espèce en danger. Comme nous l’avons démontré et le répétons depuis plus de 10 ans : aucune espèce animale n’est un modèle biologique pour une autre !

Verrons-nous un « acharné du modèle animal » sortir du bois pour démontrer –pas simplement alléguer- que le NIH aurait tort, ou qu’un « modèle », plus éloigné de nous que le chimpanzé, ferait son affaire ?

La question qui se pose actuellement est : la France sera-t-elle parmi les premiers pays –ou parmi les derniers- à reconnaître la faillite du modèle animal et la nécessité de son remplacement par les meilleures technologies de ce 21ème siècle ?

1) https://www.nih.gov/about-nih/who-we-are/nih-director/statements/nih-will-no-longer-support-biomedical-research-chimpanzees
2) http://www.pcrm.org/media/news/statement-on-ending-nih-chimpanzee-experimentation

CONTACT MÉDIAS

Claude Reiss, président d’Antidote Europe, ancien directeur de recherche au CNRS : 04.76.36.35.87
André Ménache, directeur d’Antidote Europe, vétérinaire : 0044.7906.446889

Paris, le 24 novembre 2015 – Le NIH (National Institutes of Health (USA), le plus grand organisme de recherche biomédicale au monde) « ne financera plus la recherche biomédicale sur les chimpanzés ». Ainsi s’exprime son directeur, Francis Collins, dans un message diffusé le 18 novembre 2015 (1). Cette conclusion résulte d’une évaluation strictement scientifique, demandée deux ans plus tôt à l’Institut de Médecine (IOM, USA), qui s’était adjoint des conseils, dont celui du Comité de Médecins pour une Médecine Responsable (PCRM, USA) (2).

Le chimpanzé est notre plus proche cousin dans l’évolution, donc le meilleur « modèle » possible, s’il en existait. Toutes les autres espèces étant plus éloignées de nous en termes d’évolution, il faut conclure qu’elles seraient d’encore moins bons « modèles ». La chute du premier domino « chimpanzé » entraîne donc celle de tous les autres dominos « autres primates », « chiens, « rats », souris », « poissons zèbre », « pinsons »…

Pour être logique avec lui-même, le NIH devrait donc renoncer aussi à financer toute recherche biomédicale sur « modèle » animal, quel qu’il soit. Pour Antidote Europe, cette décision historique représente beaucoup plus qu’une victoire pour sauvegarder une espèce en danger. Comme nous l’avons démontré et le répétons depuis plus de 10 ans : aucune espèce animale n’est un modèle biologique pour une autre !

Verrons-nous un « acharné du modèle animal » sortir du bois pour démontrer –pas simplement alléguer- que le NIH aurait tort, ou qu’un « modèle », plus éloigné de nous que le chimpanzé, ferait son affaire ?

La question qui se pose actuellement est : la France sera-t-elle parmi les premiers pays –ou parmi les derniers- à reconnaître la faillite du modèle animal et la nécessité de son remplacement par les meilleures technologies de ce 21ème siècle ?

1) https://www.nih.gov/about-nih/who-we-are/nih-director/statements/nih-will-no-longer-support-biomedical-research-chimpanzees
2) http://www.pcrm.org/media/news/statement-on-ending-nih-chimpanzee-experimentation

CONTACT MÉDIAS

Claude Reiss, président d’Antidote Europe, ancien directeur de recherche au CNRS : 04.76.36.35.87
André Ménache, directeur d’Antidote Europe, vétérinaire : 0044.7906.446889

Partager cet article

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Expérimentation animale
commenter cet article

commentaires

Ocrinou 26/11/2015 15:39

Sage décision!