Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de le journal de campagne de KIKI DU 78
  • Le blog de le journal de campagne de KIKI  DU  78
  • : Cet espace est réservé à des informations souvent ignorées par les " grands " médias, et à divers sujets d'actualité , en vue d'échanges de points de vues.
  • Contact

Recherche

Liens

27 août 2017 7 27 /08 /août /2017 11:32

www.ecologie-radicale.org

La lettre de Gérard  CHAROLLOIS         Le dimanche 27 août 2017

TEL 06 76 99 84 65

 

 

Animal, nature et politique.

 

 

 

 

Tout le monde fait de la politique, y compris ceux qui s’en défendent et qui par leur abstention laisse faire celle des autres.
Faire de la politique consiste à penser la société et à agir pour un mieux, un changement ou une conservation.
Bien sûr, cela ne tient nullement à candidater pour des élections, à se mettre au garde-à-vous devant tel ou tel leader, mais à être un citoyen conscient, éveillé, actif et réactif aux événements et aux faits sociaux.
Demander l’abolition de la chasse et de la tauromachie, c’est faire de la politique.
Reconsidérer le rapport traditionnel à l’animal, si longtemps réduit au rang de machine, de chose, pour concevoir le respect de tout être sensible, c’est faire de la politique.
Vouloir préserver les espaces naturels convoités par l’appétit insatiable des aménageurs et promoteurs, c’est faire de la politique.
Proposer, revendiquer, contester, c’est faire de la politique plus et mieux que se présenter à une élection, simple écume sur la mer de l’action et de la réflexion.
Evacuée par les monothéismes, puis par le cartésianisme naissant du 17ème siècle, la question animale surgit enfin à la conscience occidentale de nos jours, et ce débat est sans doute le plus politique de tous car il remet en cause l’approche ancestrale, parfaitement obscurantiste, du phénomène du vivant.
Les résistances qu’opposent les lobbies contre nature à l’évolution du statut de l’animal et de la nature prouve l’importance de l’enjeu et la profondeur de la rupture avec l’ordre ancien qu’implique la reconnaissance effective du caractère sensible de l’animal et de la valeur intrinsèque de la nature.

 


Quel que soit le degré de cette rupture, d’une quête du bien-être jusqu’à la remise en cause de toute utilisation de l’animal, elle ébranle le Système dit libéral en ce que celui-ci est fondé sur l’exploitation et la quête du profit.
Aussi, ceux qui servent le Système ne peuvent que nier, sans assumer cette négation, les droits du vivant.
Ainsi les élus, les préfets, les décideurs publics couvrent trop fréquemment le braconnage partant du principe que tout vaut mieux qu’un désordre. Hier, les tous petits PAPONS innombrables qui peuplent nos palais nationaux n’osaient pas interdire la chasse à la tourterelle des bois en mai dans le MEDOC,
imaginant qu’une attitude ferme et claire susciterait une jacquerie locale. D’autres inconsistants laissent piéger l’ortolan dans les LANDES pour ne pas irriter une centaine de tueurs de petits oiseaux chanteurs.
Ailleurs, ils se font les complices des ennemis du loup pour ne pas à avoir à réprimer deux cents voyous agrocynégétiques qui risqueraient de venir casser de la préfecture si on contrariait leurs fantasmes anti-nature.
Oui, ce monde est plein de petits PAPONS choisissant l’injustice et l’imposture pour éviter un désordre qui nuirait à leur minable petite carrière.
Et voilà pourquoi nature meurt en ce pays.

 


La question animale est révélatrice du degré d’abjection des gouvernants hermétiques à toute compassion.
Les loups fusillés, les animaux d’élevage abattus dans des conditions cruelles après avoir été élevés en violation de leurs exigences biologiques et éthologiques témoignent de ce que sont les décideurs.
Alors comment s’étonner de ce que ces personnages volent les salariés et les retraités pour gaver leurs commettants qui les firent rois ?
Il y a une cohérence absolue à demander l’abolition de la chasse, de la tauromachie, de l’égorgement sans étourdissement, de l’élevage concentrationnaire et l’échelle mobile des salaires et des retraites, bref l’inverse de ce que font les bonimenteurs de la « réforme », élément de langage derrière lequel ils masquent leurs exactions contre les citoyens.
Personnellement, je manifesterai en septembre contre la chasse, contre l’horreur des abattoirs et contre les régressions sociales, contre le gel des salaires et contre les ponctions opérées sur le peuple et destinées à compenser les cadeaux fiscaux faits aux oligarques notamment par la suppression de l’impôt sur la fortune.
Si les Français n’aiment pas les réformes comme l’affirme un politique, c’est qu’ils ne sont pas masochistes et qu’ils ont compris enfin ce que cache ce paravent des impostures sociales.
Jusqu’à quel abaissement, recul, sacrifice voudront aller les libéraux économiques ?
Réponse : jusqu’à l’explosion finale qui renversera leur régime thanatophile.

 

 

 

Gérard CHAROLLOIS
CONVENTION VIE ET NATURE

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Politique animaux
commenter cet article

commentaires