Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de le journal de campagne de KIKI DU 78
  • : Cet espace est réservé à des informations souvent ignorées par les " grands " médias, et à divers sujets d'actualité , en vue d'échanges de points de vues.
  • Contact

Recherche

Liens

25 juin 2020 4 25 /06 /juin /2020 10:27

Nous devons patiemment, fermement, calmement énoncer ces vérités qui dérangent.

 

L’opinion publique assimile progressivement cette éthique nouvelle.

 

Est-ce à dire, parce qu’il faut abolir la chasse, que cette abolition va survenir l’an prochain ?

Ce serait bien naïf que de le croire.

 

Le monarque, à l’instar de nombreux politiques, ignore ce qu’est le peuple et il pense le flatter en invitant amicalement les dirigeants du lobby chasse en son palais.

 

Quand bien même, un président de mieux, écologiste ou Insoumis, s’installerait à l’ELYSEE, il ne pourrait qu’abraser la chasse, supprimer la vénerie, le cruel déterrage, les chasses dites traditionnelles.

L’abolition de la chasse est affaire d’évolution inéluctable des mentalités.

 

Il n’y a pas d’un côté, ceux dont je suis, qui expliquent posément l’objection éthique fondamentale d’une incompatibilité de la mort–loisir avec la dignité humaine et, de l’autre, ceux qui proposent de « manger l’artichaut feuille à feuille ».

Tout recul de la cruauté, du mépris du vivant, toute avancée de la prise de conscience sont opportuns.

 

Des dimanches sans chasse, l’interdiction des gluaux pour la capture des petits oiseaux, l’arrêt des chasses de nuit des oiseaux d’eau, la préservation des prédateurs et l’abandon de la notion de « nuisibles » devraient être salués.

 

De même, l’interdiction des arènes sanglantes aux mineurs ne retire rien à l’horrible souffrance du taureau supplicié, mais ce serait une marche vers l’abolition de l’avilissement des foules lorsqu’elles se réjouissent d’un supplice.

 

Je n’oppose pas l’éthique de conviction, que j’assume, et l’éthique de responsabilité.

 

Lorsque j’ai commencé à militer pour la nature, la France comptait deux millions cinq cent mille chasseurs.

Aujourd’hui, ils sont moins de huit cent mille et non un million trois cent mille comme ils le disent mensongèrement.

 

Leur nombre diminue chaque année, malgré leurs efforts de propagande et de recrutement.

 

Pourquoi ?

 

Parce que la perception de l’animal a changé.

Les générations montantes ont appris qu’un chien, un chat, mais aussi un sanglier, un renard, un chevreuil, une macroule veulent vivre et qu’il est bon de leur laisser la vie.

 

Victor HUGO a écrit : « Rien n’arrête une idée dont le temps est venu ».

 

Si, pour l’heure, à l’abri de la veulerie des politiques, les chasseurs font encore la loi, ils sentent bien que le monde d’où ils viennent glisse vers son anéantissement.

 

Un jour, la chasse sera abolie.

Bien sûr, nous, voltigeurs de pointe dans les champs de mines des lâches conformismes, n’obtiendront ni décorations, ni subventions, mais nous n’en voulons pas.

 

Pour faire avancer la cause du vivant, ne vous demandez pas s’il faut suivre les durs, les mous, les ultras, les modérés, les purs qui épurent, les prudents qui négocient, soutenez tout ce qui va dans la bonne direction.

La bonne direction : gagner contre l’esprit qui nie la vie.

 

Apprenons aux hommes à respecter la vie et nous aurons fait notre devoir d’hommes.

Gérard CHAROLLOIS

CONVENTION VIE ET NATURE

UNE FORCE POUR LE VIVANT

Partager cet article
Repost0

commentaires