Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de le journal de campagne de KIKI DU 78
  • Le blog de le journal de campagne de KIKI  DU  78
  • : Cet espace est réservé à des informations souvent ignorées par les " grands " médias, et à divers sujets d'actualité , en vue d'échanges de points de vues.
  • Contact

Recherche

Liens

30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 10:12

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 26 octobre 2013

On ne va tout de même pas pleurer parce qu'un abattoir met la clé sous la porte. On aimerait bien qu'il y en ait plus souvent. Bien sûr, on a une pensée pour les salariés qui se retrouvent sans boulot, et qui, bien qu'étant surexploités et peu payés, regrettent leur enfer. L'affaire des abattoirs bretons Gad est plusieurs fois lamentable. Pour les raisons déjà évoquées, mais aussi parce qu'on a vu les salariés virés et les non-virés s'insulter copieusement, et même en venir aux mains, pendant que des porcs condamnés attendaient la mort, entassés dans des camions. Quel journaliste les a remarqués ? Quel photographe s'est approché d'eux ? Quel politique, quel syndicaliste, les a évoqués ? Il est toujours triste que des gens perdent leur emploi et se retrouvent sur le carreau, mais n'y a-t-il pas des événements que l'on devrait anticiper ? L'existence des élevages industriels est une aberration doublée d'un cauchemar, d'une infamie. Et, au lieu d'essayer de les éradiquer peu à peu, en reclassant ceux qui y travaillent, les gouvernements qui se sont succédé, de droite comme de gauche, n'ont fait qu'encourager leur présence et leur verser subvention sur subvention. Les élevages de porcs et les abattoirs qui vont avec sont parmi les plus odieux. (Photo L214).

 


Dans la Drôme, 9.000 dindes sont mortes noyées dans un élevage à cause des crues qui ont ravagé la région.


Incendies en Australie : on a entendu, sur une radio nationale française, le commentaire suivant « il n'y a eu que des dégâts matériels ». Les fantômes des kyrielles d'animaux de toutes espèces, êtres vivants et sensibles, qui y ont perdu la vie de manière atroce, apprécieront...


En Syrie, les responsables religieux d'un village de 3.000 habitants assiégé et affamé par les hommes de Bachar El-Assad ont fait savoir que l'on pouvait exceptionnellement se nourrir avec des aliments impurs : la viande des chiens et des chats de la ville, en l’occurrence. On n'ose pas imaginer les scènes auxquelles cette dérogation aura donné lieu... C'est un peu l'histoire du radeau de La Méduse. Ce sont toujours les plus faibles qui sont mangés, noyés, oubliés...


  

Bien meubles 

Pourtant, "LA" nouvelle de la semaine, c'est l'annonce de la signature, par 24 intellectuels français, à la demande de la Fondation 30 Millions d'amis, d'unmanifeste pour changer, dans le code civil, le statut juridique de l'animal. Il est bien précisé qu'il s'agit essentiellement des vertébrés. Ce qui représente tout de même du monde : mammifères, mais aussi oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, etc.


Le code civil dans son article 528 assimile en effet les animaux à des biens meubles, c'est-à-dire à des choses que l'on peut s’approprier mais également transporter. Ces « choses » sont aussi en mesure de se déplacer sans l'aide de personne et d'aller où bon leur semble, s'ils n'en sont pas empêchés, ce qui les différencie d'une façon assez éclatante des objets.


Le code civil est en retard d'une bonne longueur sur le code pénal et le code rural. Le premier condamne, dans l'article 521-1, les sévices et actes de cruauté à l'encontre des animaux, et prévoit une sanction de deux ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende (sauf pour la corrida et les combats de coqs). Quant au second - la chose n'avait pas échappé àl'association éponyme - dans l'article L214, il reconnaît aux animaux la qualité « d'êtres sensibles ». A côté des deux autres, le code civil fait figure de demeuré.


Parmi les 24 intellectuels qui se sont engagés, certains étaient attendus, compte tenu de leurs prises de position connues et pérennes en faveur de la condition animale : les philosophes Elisabeth de Fontenay, Enrique Utria et Florence Burgat, le professeur de droit Jean-Pierre Marguénaud. D'autres, en revanche, montrent un intérêt pour la question qui, sans vraiment surprendre, les fait apparaître comme légèrement différents de leurs contemporains. Un brin plus avertis. Un poil plus « humains ».


L'intention est louable et l'événement important, car, au moins, il aura eu le mérite d'attirer l'attention des médias, et d'entrouvrir un débat. Sur le simple plan de l'efficacité, il est probable que les effets d'un éventuel changement de statut n'auront guère (s'il intervient, ce qui est douteux, du moins dans l'immédiat) plus de consistance que la chute d'une feuille morte sur une flaque d'eau. Mais comment savoir ? D'aucuns accordent à cette mesure, si elle devenait effective, une « portée symbolique » qui pourrait bien, à terme, changer radicalement notre regard sur les bêtes.


Il faut tout de même constater que, en dépit des sanctions sévères prévues par le code pénal contre toute atteinte grave à l’intégrité des animaux, ceux-ci sont martyrisés comme jamais. Dans les élevages, les abattoirs, à la chasse, dans la rue, dans les maisons (on n'envie guère le sort de certains animaux domestiques), dans l'océan, dans les arènes avec la bénédiction de la loi (art. 521-1 du code pénal, encore : Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. Elles ne sont pas non plus applicables aux combats de coqs dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie) ! A ce propos, que dirait-on d'une loi qui condamne fermement l'homicide mais le permet lorsqu'il est perpétré dans une région X ou Y sous prétexte que le meurtre fait partie de la culture locale, comme les « crimes d'honneur » par exemple ? On trouverait la chose révoltante et absurde...


Le fait que le code rural reconnaisse dans les animaux des « êtres sensibles » ne bouleverse pas leurs tortionnaires qui, de toute façon, ne l'ont certainement pas lu. Que faudrait-il attendre alors d'un changement au niveau du code civil ? Néanmoins, pas question de ne pas soutenir l'initiative. Toute victoire, même insignifiante en apparence, est bonne à prendre. Ne faisons pas la fine bouche. Ne quittons pas pour autant des yeux nos objectifs ultimes : la reconnaissance pleine et entière des droits fondamentaux des animaux (ne pas être exploités, ne pas être vendus, ne pas être maltraités, ne pas être tués), avec sanctions à l'appui, des sanctions qui seraient vraiment appliquées, pour le coup. Parce que, pour l'instant, les tortionnaires et les assassins d'animaux ont encore de beaux jours devant eux.


Alors, allons voter des deux mains la pétition...

 

                                                                                  Josée Barnérias 

 

 

 

source : http://lagriffe.over-blog.net/

 

 

 

____________________________________________________________________

 

 

 

 

CVN: écotaxe et pollueurs exploiteurs.‏

 

 

  
communiqué: Ecotaxe et pollueurs exploiteurs.

  
Le gouvernement Français, en suspendant l'entrée en vigueur de l'écotaxe, sacrifie l'intérêt général aux menées habituellement violentes et tapageuses des lobbies de l'agriculture productiviste, du transport routier, du MEDEF et des forces conservatrices.

  
Votée le 21 octobre 2008, à l'initiative d'un gouvernement de droite, suite au GRENELLE de l'environnement, par la quasi-unanimité du parlement, cette taxe vise à transférer, sur les activités les plus polluantes, la charge fiscale.
Elle tend à combattre l'émission des gaz à effet de serre, à relocaliser l'économie.

  
Les politiciens qui l'ont votée soufflent aujourd'hui sur la fièvre poujadiste prompte à enflammer l'agriculture, tendance FNSEA et les patrons du transport routier de marchandises.

  
Ce comportement politique est méprisable et révèle l'indigence des élus duparti conservateur.

  
La violence de la manifestation des huit cents éleveurs et camionneurs bretons du précédent week end s'inscrit dans la tradition de ces lobbies qui n'hésitent pas à casser les biens publics et agresser les fonctionnaires de police.

  
Mais, il est également déplorable que, loin de faire face, de défendre l'écotaxe, de manifester de la fermeté à l'encontre des voyous casseurs, le gouvernement cède.
Il encourage ainsi ce type de comportements inadmissibles et fragilise un peu plus sa politique vacillante.

La Bretagne qui compte plus de cochons que de bretons n'est pas victime de l'écotaxe mais d'un productivisme pollueur, source de spéculation pour une infime minorité d'exploiteurs et de chômage pour un nombre sans cesse croissant de citoyens.
A l'instar des éleveurs de moutons de montagne maudissant le loup, bouc émissaire, de pauvres gens, broyées par la crise systémique, fulminent bien à tort contre l'écotaxe.
 Avec ou sans écotaxe, le système productiviste échoue et il faudra bien adopter une autre économie, une autre agriculture.

En attendant, la reculade gouvernementale renforce le populisme malsain des réactionnaires et affaiblit le bien public.

          Gérard CHAROLLOIS

CONVENTION VIE ET NATURE
CONTACT TEL. 06 76 99 84 65
___________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

Corrida

 


 

Concernant la manif. à Rodilhan du 27 octobre retrouvez le compte rendu sur l'excellent blog d'Anna Galore , et plus :


 

 

http://annagaloreleblog.blogs-de-voyage.fr/tag/rodilhan/

 

 

Le blog des afiocs : lamentable ...




____________________________________

_____________________________________________

 

 

 

 

 

Article paru le 28/10 sur " Le Pays Malouin " ( beaucoup d'entre vous connaissent cette belle histoire, mais il est tellement réconfortant de voir que " certains " médias continuent à  parler de l'histoire de Fadjen :

 

 


_______________________________________________________________
Vivisection:

Concernant la vivisection, je vous avais annoncé ( un peu trop rapidement ) le million de signature , hélas, ce n'est pas le cas ,il en manque encore environ 30000,  alors il reste encore 1 journée pour se mobiliser : partagez l'info, diffusez au maximum !




Partager cet article

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article

commentaires

Ocrinou 30/10/2013 12:51

La lutte continue.
merci Kiki,

bises,
La tit'