Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de le journal de campagne de KIKI DU 78
  • Le blog de le journal de campagne de KIKI  DU  78
  • : Cet espace est réservé à des informations souvent ignorées par les " grands " médias, et à divers sujets d'actualité , en vue d'échanges de points de vues.
  • Contact

Recherche

Liens

22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 10:39

ImageProxy.mvc-copie-1

 

 

 

 

Je  vous avais déjà alertés sur l'ignoble marché de la fourrure ( et du cuir, car ce dernier est aussi de la peau que l'on enlève à ces pauvres victimes que sont les animaux ...  j'ai d'ailleurs remarqué que le cuir revient en force ! La majorité des présentatrices de télé et des " pipoles " portent très souvent du cuir !!! )...
Petit rappel de l'article :

http://le-journal-de-campagne-de-kikidu78.over-blog.com/article-la-fourrure-basta-action-110115822-comments.html


Aujourd'hui je vous demande de participer à différentes actions : Marche contre la fourrure, pétitions, et courriers à envoyer.

CHAQUE ANNÉE PLUS DE DEUX MILLIONS DE CHATS ET DE CHIENS SONT TUÉS  POUR LEUR FOURRURE EN CHINE ( LA PLUPART DÉPECÉS  VIVANTS !). 

____________________________________________________________________________________________

24 NOVEMBRE GRANDE MARCHE CONTRE LA FOURRURE
 

 
http://www.marchecontrelafourrure.fr/content/mclf-2012 tous les liens FACEBOOK aussi et les co voiturages :
SOYONS NOMBREUX
 
 
Le 24 novembre, retrouvons-nous à Marseille et à Paris pour continuer à faire entendre la voix des animaux.


 
Marseille: Le rendez-vous est fixé cours d'Estienne d'Orves à 14h. Fin de la manifestation à 17h.

 
Paris: Le rendez-vous est fixé à 13h, place Raoul Dautry, 75015 Paris. Fin de la manifestation Place Saint Michel.


Pétition à signer et à transférer :

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/fin-fourrure/7631

Action :
Encore aujourd'hui quelques enseignes nauséabondes se permettent de vendre de la vraie fourrure dont le site http://www.misscoquines.com/
 
 

 
Merci de les contacter en leur indiquant votre désapprobation et en leur mentionnant qu'il existe d'autres marques ne vendant plus cette merde !

 La fourrure c'est juste cela :
 http://www.youtube.com/watch?v=n93v-2roegY&oref=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fresults%3Fsearch_query%3Dfourrure%2Btorture%26oq%3Dfourrure%2Btorture%26gs_l%3Dyoutube.3..35i39.95.798.0.977.5.5.0.0.0.0.169.580.1j4.5.0...0.0...1ac.1.bQNM4Ze3esw&has_verified=1
 

 Merci donc d'écrire à ce site - Leur email :
Celine@misscoquines.com



La fourrure c'est ça :


L'article paru  dans VSD. de :
Commentaire paru à la suite de cet article ( je ne connais pas l'auteur hélas ! ) :

'Un nombre croissant de personnes de par le
  monde prennent conscience de l'ignominie de la fourrure, comme la ville de
  Los angeles qui vient de voter à l'unanimité contre la fourrure, Israël, s'
  apprêtant à faire de même, Oslo en Norgège, qui vient de bannir la fourrure
  de ses Fashion weeks (après la Corée l'année dernière). Car qu'il s'agisse
  d'élevage ou de piégeage, la cruauté endurée par les animaux est
  inacceptable.
 
  Le piégeage : tout un arsenal de torture est à disposition des
  trappeurs, le plus utilisé est le piège à mâchoires qui se referme sur la
  patte de l'animal. Les os se brisent, les tissus se déchirent, leurs dents
  éclatent sur le métal lorsqu'ils essaient de s'en libérer. sur ceux qui
  réussiront à s'échapper, la quasi totalité mourra d'hémorragie ou
  d'infection suie à la blessure infligée. Les autres mourront de faim, de
  froid , de panique d'épuisement. D'autres animaux sont piégés
  accidentellement, qu'on estime à à environ 20 millions, animaux "déchets",
  terme employés par les trappeurs. Bien heureusement, comme vous le précisez  , les temps sont durs pour ce commerce, à l'heure ou le monde entier sait
  les souffrances extrêmes résultant de la fourrure, et refuse, par respect
  d'éthique, de la cautionner plus longuement.

A l'aube du troisième  millénaire, il est plus que temps de "sortir de la caverne", et de laisser
  leur peau aux animaux, ne possédant que cela en ce monde.
Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 15:05

 

www.ecologie-radicale.org

 

 

La lettre de Gérard CHAROLLOIS          le dimanche 18 novembre 2012

TEL 06 76 99 84 65

 

 

 

           Face à une société coupable.

Pendant que les associations de protection des animaux et de la nature, les mouvements politiques écologistes se querellent ou au mieux s’ignorent, la corrida, la chasse à courre, les élevages concentrationnaires, les abattages cruels imposés par les superstitions, les pesticides, les NOTRE DAME DES LANDES et lignes à très grande vitesse, et autres infrastructures dévastatrices pour la nature perdurent à tisser leur œuvre de mort.

 

 

 

Il y a les plus purs qui épurent, les timorés qui pactisent, les opportunistes qui se placent dans les palais nationaux et la vaste nébuleuse VERTE, riche de tant de diversité, se disperse et s’épuise en vains combats fratricides.

 

 

Que nous ne soyons pas monolithiques, tous pourvus des mêmes connaissances, de la même sensibilité, tous parvenus au même degré d’appréhension de l’unité profonde du vivant ne devraient pas nous distraire du vrai combat : celui du biocentrisme.

 

 

 

Ici et maintenant, les animaux sont torturés au nom du profit et des traditions. La nature est expulsée au nom du développement, de la croissance et des petites affaires entre copains coquins. Les lobbies, ces chancres qui putréfient la démocratie, les firmes multinationales, des élus ringards, des citoyens anesthésiés et devenus sujets du Marché tuent, polluent, déménagent le vivant dans l’indifférence coupable de trop de gens qui ne s’alarment que lorsque leur « environnement » personnel est affecté.

 

 

 

 

Arrêter ces massacres, cesser de mépriser les êtres vivants et la biodiversité sont des défis formidables méritant l’unité de tous ceux qui sont éveillés et qui mesurent l’ampleur des crimes de l’homme, animal cupide, animal cruel.

 

 

En Europe, les idées des philosophes des xviii.me et xix.me siècles ont triomphé bien davantage que ne le conçoivent nos contemporains. Ils ont réussi une mutation sociétale. Autrefois, les dieux étaient au centre de tout, expliquant les orages, les mauvaises récoltes, les maladies des bêtes et des gens. Les dieux arrêtaient la course du soleil,  investissaient les rois de droit divin, regardaient vivre les hommes dans toutes leurs actions et même leurs pensées.

COPERNIC, GALILEE, NEWTON apprirent aux hommes à ne plus chercher la vérité dans les mythes, mais en lisant le grand livre du monde.

 

 

Avec eux, la connaissance échappa au religieux qui se trouva  confiné à la sphère intime pour la fraction de  populations nécessitant ce soutien.

Ce qui accéda, avec cette rupture historique, au centre des valeurs, des préoccupations : ce fut l’homme.

Les études, les observations, les intérêts sont devenus humanisme et l’humanité  devint la  nouvelle divinité.

 

 

 

 

CONDORCET, Auguste COMTE, FEUERBACH, d’HOLBACH et tous les autres ont fécondé par leurs pensées cette société contemporaine qui est la nôtre.

Ces trois derniers siècles enfantèrent l’anthropocentrisme.

 

 

 

Nous voulons franchir une nouvelle étape et mettre le vivant, humain et non-humain, au centre des valeurs.

 

Non pas abaisser l’homme mais élever l’ensemble des êtres vivants au rang d’altérité.

Voilà la grande querelle des temps qui viennent.

Voilà la voie qui invite à une nouvelle mutation.

Après le temps de la théocratie et après celui de l’humanisme, construisons la société biocentriste.

Evidemment, comme toutes les idées neuves, cette extension du champ des valeurs et de l’altérité heurte des préjugés, dérange des intérêts puissants.

Il est acquis, pour trop de nos contemporains, que tout animal non-humain n’existe que pour fournir sa viande ou pire pour permettre aux monstres sadiques de torturer, mutiler, assassiner en toute bonne conscience.

Il est tellement lucratif de détruire les forêts, les espaces naturels pour croître et spéculer à l’infini.

Alors, ceux qui osent énoncer qu’un animal n’est pas une chose mais un être vivant doté d’une sensibilité, ceux qui entendent défendre la nature non pour son utilité mais parce qu’elle est, sont des empêcheurs de jouir du sadisme ordinaire et de spéculer sur les grands aménagements, mines de sordides intérêts très privés.

 

 

 

 

Pour les lobbies et pour leurs relais conformistes, ces femmes et hommes de mieux et de rupture deviennent des « écofascistes » intégristes, fondamentalistes, et terroristes !

 

 

L’invective tient lieu de raisonnement pour les ennemis de la terre qui ne peuvent pas justifier, par une argumentation sereine, leur rage de détruire.

Il y a des évidences éthiques qu’une époque refuse de voir.

Demain, les hommes auront honte des crimes qu’ils perpétuent aujourd’hui.

J’appelle, face à ces crimes, à l’unité, à la mobilisation de tous les amis du vivant, riches de leur salutaire diversité.

 

 

 

 

          Gérard  CHAROLLOIS

 

 

CONVENTION VIE ET NATURE

MOUVEMENT D’ECOLOGIE ETHIQUE ET RADICALE

POUR LE RESPECT DES ÊTRES VIVANTS et DES EQUILIBRES NATURELS. 

 

______________________________________________________________________________________________

 

 Allez donc faire une visite sur le site de la CVN pour lire la :

 

Lettre adressée au Président de la République par Gérard Charollois président de la CVN.

 

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Opinion
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 17:33
  
Michel ONFRAY, en dévelopant l'idée d'un hédonisme altruiste, rejoignait mes réflexions et l'éthique qui me permit d'accéder au biocentrisme.
Il expose ci-dessous, des pensées qui pourraient être miennes et  que je porte au sein de la CVN.
Qu'il en soit remercié.
         Gérard  CHAROLLOIS

  
-------
L’Animal, cette partie mémorielle de nous-mêmes

  
Michel Onfray 14 novembre 2012 ActualitésMichel Onfray
Né à Argentan, en France, en 1959.
Docteur en philosophie, Michel Onfray a enseigné dans les classes terminales d’un lycée technique de Caen de 1983 à 2002 avant de créer une Université populaire à Caen en octobre 2002, puis une Université populaire du goût à Argentan en 2006. Il a publié une cinquantaine d’ouvrages, dont La raison gourmande, Ars  Moriendi et La sculpture de soi, dans lesquels il propose entre autres une théorie de l’hédonisme.


Dernier ouvrage paru: L’ordre libertaire. La vie philosophique d’Albert Camus, Flammarion, 2012
J’ai eu l’enfance d’un petit garçon de campagne : un animal de compagnie, un petit chien bâtard nommé Frisette, plus tard un chat qui était l’animal de ma mère, un genre d’objet transitionnel dont j’enviais les caresses prodiguées par sa propriétaire et qui ailleurs faisaient défaut... Voilà pour l’animalerie domestique.
Il y avait également l’animalerie sauvage, celle des vairons et des anguilles de la rivière de mon village natal, des grenouilles pêchées dans les mares alentours, puis mangées à la crème… À quoi il faut ajouter l’animalerie alimentaire, les lapins dans leurs clapiers, les poules et les coqs dans leur basse-cour.


Parfois, mes parents allaient chez des amis fermiers, le dimanche. Dans l’étable, je côtoyais les vaches et buvais sans l’aimer le fade lait mousseux tiède au sortir du pis. Tout cela s’accompagne de bruits et d’odeurs, de parfums et de moiteurs. Bouse de vache, urine de lapin, odeur acide de la crotte de poule, crottin des chevaux . Rien de gênant : la nature…


La mise à mort des animaux faisait partie des choses de la vie : nous étions malebranchistes sans le savoir, par tradition cartésienne, autrement dit, par filiation chrétienne, sous prétexte que les animaux n’ont pas d’âme, au contraire des hommes.

Dès lors, comme le père oratorien bottait le derrière d’un chien en philosophant qu’il n’y avait là qu’assemblage de ressorts et rouages sans sentiments, les campagnards de mon enfance enfonçaient le couteau dans l’œil d’un lapin avant de le lui arracher pour le saigner ; ils coupaient le cou d’un canard qui pouvait, nonobstant la décapitation, continuer sa course affolée dans le pré ; ils sectionnaient la tête de l’anguille et tiraient avec une pince la peau préhistorique en la tenant avec un papier journal pour la dépouiller plus facilement pendant que, sans tête et sans peau, sans viscères et sans cerveau, elle continuait à onduler ; ils plongeaient la tête d’un pigeon dans un verre d’eau pour l’étouffer avant de l’ébouillanter pour le plumer ; ils jetaient contre les murs la portée de petits chats qui n’avaient pu être placés, sinon ils les enfermaient dans un sac, puis les jetaient à la rivière ; ils assommaient le cochon à la masse, le saignaient, mais, parfois, le coup n’avait pas fait son effet, alors l’animal s’échappait en hurlant dans la nature, puis se déchirait aux barbelés du champ.


Traiter son chien comme un lapin?

Pourquoi n’aurait-on jamais réservé à Frisette le sort dévolu au lapin ? Faire au chien de compagnie ce qu’on imposait à l’animal destiné au civet était impensable… Même le paysan rompu aux brutalités de la ferme n’aurait pas consenti à tuer son chien pourtant traité… comme un chien! Décharné, dépoilu, croûteux, galeux, le cou abîmé par une courte chaîne, la terre piétinée et morte à cause des sempiternelles allées et venues du désespoir, il n’aurait tout de même pas accepté le couteau sur la gorge ou la lame rentrée dans l’œil de son chien…

Car notre rapport aux animaux est réglé par une loi non écrite héritée du christianisme. Dieu a créé le monde dans l’ordre que nous savons: du ciel et de la terre jusqu’à l’homme, puis la femme, en passant par l’herbe, les arbres, les fruits, le étoiles. Le cinquième jour, Dieu crée les oiseaux, les monstresmarins, les bestiaux, les reptiles, les bêtes sauvages. Pour donner un ordre à ce monde, il fut dit aux hommes : « Dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel et sur tout être vivant qui rampe sur la terre .» Depuis, les hommes dominent…

C’est-à-dire qu’ils élèvent les animaux pour les manger, se vêtir, se protéger du froid et de la pluie, des ronces et des pierres ; ils les attèlent pour ouvrir plus profond le ventre de la terre avec le soc, puis semer ou planter; ils les gardent auprès du feu comme protecteurs capables d’éloigner d’autres bêtes dangereuses ou d’alerter la tribu assoupie en cas de danger; ils les chevauchent pour guerroyer; ils les égorgent pour être agréables aux dieux.
Des millénaires plus tard, nous ne sommes guère plus loin…


Une part d’immortel
Les animaux n’ayant pas d’âme, on conclut qu’ils n’ont pas de langage, d’intelligence, de sentiment, d’affects. Mais quelle est la mesure de l’âme ? Quels sont les critères du langage, de l’intelligence, etc ? L’homme se fait la mesure de toute choses. Dès lors, il extrapole ses fantasmes aussi loin qu’il le peut : sa peur de la mort lui fait inventer un arrière monde dans lequel les trépassés restent éternellement vivants. Pour ce faire, l’astuce consiste à doter le mortel d’une part immortelle.

Elle sera donc invisible, immatérielle, un genre de parcelle de la divinité en nous avec laquelle nous pourrions entamer un dialogue avec l’au-delà. Sur le principe que le même va vers le même, l’âme est faite du bois dont on fait Dieu et l’arrière monde. Les animaux se trouvent exclus de cette fiction : les hommes qui ont une âme ont décidé qu’ils n’ont pas d’âme…

À quoi, en effet, conduirait l’hypothèse d’une âme pour les animaux ? Un paradis pour les hérissons, un enfer pour les ténias, un purgatoire pour les rats ? La fiction chrétienne a postulé l’existence du libre arbitre en l’homme : pour pouvoir être puni, il faut être coupable, pour pouvoir être coupable, il faut être déclaré responsable, pour pouvoir être responsable, il faut bien que nous soyons dotés d’une capacité à choisir, autrement dit : à faire volontairement le bien ou le mal. Donc, nous avons une âme…
Les animaux, c’est bien connu, n’ont ni liberté, ni libre arbitre, ils incarnent la quintessence du déterminisme : ils sont condamnés à répéter leur être — comme si Darwin ne donnait pas tort à cette bêtise ! Les bêtes, qui pourtant ne sont pas bêtes, sont donc assimilables aux arbres ou aux pierres, au restant de la nature. L’homme est bien le sommet de la création, il dispose donc du droit de faire ce qu’il veut de tout ce qui n’est pas lui.


Différence de degré
La tradition philosophique est dualiste, spiritualiste, chrétienne, kantienne, autrement dit, elle avalise la pensée chrétienne sur la question de l’animal.
De Platon à Heidegger via Augustin, Descartes et Kant, la philosophie dominante, institutionnelle, universitaire, celle qu’on lit en classe de philo, traduit, édite en livre de poche, travaille à l’université, cette pensée là, donc, elle s’affirme en général spéciste.
En revanche, en avançant sur le terrain de la philosophie oubliée, négligée, méprisée, persécutée par l’idéologie dominante, et ce pour mon projet de contre-histoire de la philosophie, j’ai découvert depuis bientôt dix années une tradition singulière : celle des philosophes monistes, matérialistes, atomistes, abdéritains, épicuriens, pour lesquels il n’y a pas, comme pour les chrétiens, une différence de nature entre l’homme et l’animal, mais une différence de degré.

Ce qui change tout…


Les atomes qui constituent les planètes, ceux qui structurent le grain de sable, les particules de l’infiniment grand et celles de l’infiniment petit, les molécules qui composent un philosophe et celles qui donnent son âme (matérielle) à une baleine, ce sont les mêmes… Les matérialistes l’enseignent : il n’existe qu’une seule substance diversement modifiée. L’astrophysicien le prouve : nous effectuons tous des variations multiples sur le thème d’une seule et même étoile effondrée il y a plusieurs milliards d’années. Dès lors, il n’y a pas les hommes — et le reste du monde, dont les animaux; mais les hommes, le reste du monde, les animaux comme autant de variations sur un même thème: celui de la matière.


Ce qui change tout.


Car on ne regarde plus de la même manière les animaux si l’on s’installe dans une position surplombante ou si l’on adopte un autre point de vue, égalitaire. Si l’animal est notre prochain, une partie mémorielle de nous-mêmes, ce que je crois, alors il y a en eux ce qui se trouve aussi en nous, mais que des millénaires d’acculturation ont recouvert, contraint, écrasé, affecté, amoindri, méprisé, négligé, détruit, massacré, maltraité. Autrement dit : une nature brute et directe, une horloge impeccable, un sismographe hypersensible, une sensitivité exacerbée, une vérité simple à être, une matérialité cosmique, une pure présence immanente, une force tranquille, une affectivité immédiate, une vitalité préhistorique.


Monstres, les animaux?

La culture a longtemps été un art de comprendre la nature afin d’y trouver sa place: l’animisme, le totémisme, le polythéisme, le paganisme témoignent en ce sens, et ce pendant des millénaires . Puis, avec l’avènement des cités et le rouleau compresseur monothéiste qui veut des textes et des bibliothèques, des scribes et des prêtres, la culture est devenue ratiocination de cabinet. Le paysan a cessé d’être le modèle, Virgile a laissé place au clergé d’une secte qui a cessé de lire la vérité du monde dans les étoiles, comme les animaux et les paysans, pour se pencher funestement sur les grimoires et les parchemins.
Donc, Darwin nous enseigne une vérité considérable: il n’y a pas de différence de nature mais une différence de degré entre l’homme et l’animal. Dès lors, oublieux de ce dont nous provenons, ingrats quant à notre parentèle immémoriale, arrogants quand il s’agit de rappeler que notre boîte crânienne contient toujours ( aussi et encore…) un cerveau reptilien, nous sommes devenus bien souvent des monstres — ce que ne sont jamais les animaux.


Monstre celui qui jouit de tuer, jubile à faire souffrir, monstre l’être dépravé qui met à mort pour le simple plaisir de supprimer une vie, monstre celui qui fait de la mort un spectacle, monstre l’être qui exulte à effacer de la planète l’être d’un être: y a-t-il l’équivalent d’Auschwitz , de Gilles de Rais, de saint Hubert , de Savonarole ou d’El Cordobès chez les animaux ? Non. Un animal tue pour manger. Repu, il ne met jamais à mort son prochain—lui.

Il existe donc une humanité chez les animaux qui pourrait donner des leçons à ceux de nos semblables qui manifestent une animalité ( mais on vient de le voir, le mot ne convient pas…) dans leur hypothétique humanité.
Dès lors, on pourrait imaginer que l’éthologie puisse remplacer la théologie pour fonder une éthique post-moderne. Loin de croire qu’il nous faut nous dénaturer pour être véritablement des hommes, je pense que nous devons bien plus tôt nous ensauvager afin de prendre les leçons données par les animaux : ne pas
tourner le dos au cosmos, ne pas ignorer la nature, ne pas feindre de n’avoir rien à voir avec ce qui n’est pas nous, écouter ce que nous enseigne l’arbre,ce que nous apprend l’herbe, ce que nous disent les animaux , et ce afin de parfaire notre humanité.


Alors peut-être pourra-t-on envisager que, moins séparés de la nature, plus soucieux de ses leçons de sagesse, nous soyons moins pervers, moins débiles, moins tordus, moins faux, moins menteurs, moins fourbes et hypocrites, moins névrosés, moins psychopathes, moins agressifs.

La culture n’est pas une anti-nature, ni une contre-nature, mais un art de sculpter la nature.
Mais ceci est une autre histoire…


Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Opinion
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 11:16


Aan remercie de tous ses plombs ceux qui utilisent de l’huile de palme !

 

Cet "incident" (euphémisme cynique) prouve, une fois de plus, qu'Homo sapiens est un sale type.

 

 

 

ImageProxy.mvc-copie-3.jpeg

 

 

Une femelle orang-outan a été retrouvée vivante sur l'île de Bornéo, criblée de 104 plombs de chasse : 37 dans la tête, 67 dans le reste du corps, a indiqué un responsable d'une agence de protection des animaux.

 

La femelle, baptisée "Aan", a été découverte le 10 octobre, aveugle d'un œil et grièvement blessée, dans une plantation de palmiers à huile sur la partie indonésienne de l'île de Bornéo, où la déforestation massive est accusée de menacer la survie de l'espèce. Les défenseurs des animaux qui l'ont retrouvée n'étaient pas très optimistes quant à ses chances de survie, mais le grand singe semble pouvoir échapper à la mort.

 

"Elle se bat de toutes ses forces. Elle est grièvement blessée, mais elle commence à s'alimenter, ce qui nous donne de l'espoir", a déclaré à l'AFP Hartono, responsable de l'agence locale de protection des animaux. "Nous allons peut-être pouvoir la relâcher, mais nous craignons pour sa survie", l'animal risquant de perdre son second œil, a indiqué Hartono.

 

Les auteurs des coups de feu ne sont pas connus, mais il est courant que les animaux piégés dans les plantations de palmiers à huile, qui ont empiété sur leur habitat, soient abattus. Quatre hommes ont été condamnés en avril à huit mois de prison pour avoir tué par balles trois orangs-outans sur une plantation de palmiers à huile qui se situe également sur l'île de Bornéo. Les coupables avaient été payés par la plantation pour la débarrasser des animaux jugés nuisibles.

 

Selon les experts, il ne reste qu'entre 50 000 à 60 000 orangs-outans vivant à l'état sauvage, dont 80 % en Indonésie et en Malaisie.

 

(Source : AFP)

 

416930_490799040953788_985555345_n-1-.jpg

 

 

 

Homo sapiens : sale type !

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/homo-sapiens-sale-type-120453

 

Michel Tarrier

Écologue, écosophe

http://www.amazon.fr/Nous-Peuple-dernier-Survivre-bient%C3%B4t/dp/2296105629

 

 

 

 

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 14:17

 

J’en ai mangé, pas vous ?

 

LA-CTE-1-2-.jpg

 

Écoute, cela ne pourra que tu faire du bien :

http://www.youtube.com/watch?v=QjorHmlFoq8

 

001[1]

 

002[1]

003-1-.jpg

005-3-.jpg

006-3-.jpg

004[3]

aaa-1-.jpg

Mais bon sang de bon sang !

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/mais-bon-sang-de-bon-sang-120231

 


bbb-1-.jpg

Pour des tickets de rationnement de viande

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/pour-des-tickets-de-rationnement-107341

 

ccc-1-.jpg

Le spécisme ordinaire

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/le-specisme-ordinaire-104164

 

 

ddd-1-.jpg

La ferme antichambre des abattoirs

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-ferme-antichambre-des-abattoirs-100334

 

 

eee-1-.jpg

 

Tout est bon dans le cochon

http://www.facebook.com/notes/michel-tarrier/tout-est-bon-dans-le-cochon/10150652875818859

 

Michel Tarrier.

Écologue, écosophe, un demi-siècle d’alimentation carnée                                                                                      

 

 

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Végétarisme
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 10:33

 

L’eurodéputé Yves Cochet d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) aimerait bien que l’Europe suive la trace de la Californie qui, en juillet dernier, a interdit le foie-gras. Le 18 octobre dernier, avec d’autres députés européens, il a réclamé, l’interdiction de la production et de la vente de foie-gras dans l’Union Européenne. BRAVOOOOOOOOOOOOOOO

VOTONS EN MASSE

ET 2 PETITIONS CONTRE LE FOIE GRAS

 

Et aussi, dernière nouvelle

http://www.socopag.com/index.php/origines-et-qualites/o-q-hebdo/512-foie-gras-interdit-de-vente-chez-coop-italie         Foie gras interdit de vente chez Coop italie

 

Merci de voter pour l'interdiction du foie gras en Europe.
 

http://tianplus.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/11/02/polemique-etes-vous-pour-l-interdiction-du-foie-gras-en-euro.html

Les anciens de " le post .fr " retrouveront leurs amis de combat !

_________________________________________
 
 VOTE  cliquez sur ce lien

__._,_.___http://action.peta.org.uk/ea-action/action?ea.client.id=5&ea.campaign.id=16702&ea.tracking.id=W2HFGA3004&forwarded=true



 LA PETITION A SIGNER : prénom, nom, et votre mail et on clique sur « SUBMIT »

http://www.thepetitionsite.com/10/we-the-undersigned/     pétition à signer


 

http://www.socopag.com/index.php/origines-et-qualites/o-q-hebdo/512-foie-gras-interdit-de-vente-chez-coop-italie

 

 

 

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 11:13

 

www.ecologie-radicale.org

La lettre de Gérard CHAROLLOIS              LE DIMANCHE 11 novembre 2012

TEL 06 76 99 84 65

 

               Bruits de bottes vertes et cliquetis de tiroirs caisses.

 

Pendant que des hommes en armes et en rage de tuer occupent les campagnes au détriment de tous les usagers pacifiques de la nature, que les politiciens sans honneur font la danse du ventre devant les cynégécrates en violation des aspirations de la majorité des citoyens, les structures corporatistes du lobby chasse soumettent l’Etat.

 

Après son édifiant rapport de décembre 1999,, la cour des comptes, par avis de référé de sept pages daté du 27 juillet 2012, épingle les abus, dérives financières d’un Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage aux mains des dirigeants cynégétiques.

Ces abus se sont aggravés pendant les sept dernières années.

Etonnant n’est-ce pas !

 

La cour constate que grâce aux somptueux cadeaux faits par le calamiteux gouvernement RAFFARIN BACHELOT de 2002 à 2005, l’argent public coule à flot vers les caisses de cet établissement public dont le conseil d’administration est tenu par les gens de la chasse, depuis la régression résultant de la loi du 23 février 2005.

Que révèle ce rapport ?

Le budget de cet établissement public a augmenté de 30 % de 2004 à 2011 et que dans ce budget la part des taxes fiscales perçues au titre des validations de permis de chasser est passée de 86 % à 60 %.

 

La cour des comptes explique cette réduction de la part de financement provenant du monde de la chasse par la réduction du nombre des chasseurs, ce dont il faut se réjouir, mais aussi par un accroissement du financement public au titre des charges de missions d’intérêt général !

 

Et la cour de relever des comportements partisans de cet office dont le conseil d’administration est présidé, bien évidemment, par un président de fédération départementale des chasseurs. Ainsi, elle souligne que des partenariats ont été abandonnés avec la LIGUE POURLA PROTECTION DES OISEAUX, cette association ayant sans doute manqué de docilité envers sa majesté cynégétique.

Surtout on peut lire, en ce convaincant rapport, que l’Office aurait perdu des procès au profit de 38 fédérations départementales de chasseurs ce qui absorba des fonds importants.

Tout de même singulier qu’un établissement public dont le conseil d’administration est  contrôlé par les chasseurs, que préside un président de fédération départementale, perde des procès contre lesdites fédérations !

À suivre !

 

 

Pour conserver un minimum de crédibilité, un établissement public doit être indépendant de tout groupe de pression et au seul service de l’intérêt général radicalement inverse de celui du loisir de mort.

Comment les études ornithologiques conduites par un organisme ainsi étroitement contrôlé pourraient-elles justifier une réduction du temps d’ouverture de la chasse, alors que le lobby s’est constamment battu devant les tribunaux administratifs pour nier les phénomènes migratoires en fin d’hiver ?

 

 

Une impérieuse réforme consisterait à démanteler les structures corporatistes de la chasse française héritées de l’ordonnance PETAIN du 28 juin 1941 qui créa les « sociétés départementales des chasseurs » devenues fédérations.

Ces associations militantes bénéficient de l’adhésion obligatoire et de la cotisation de tout chasseur. Elles obtinrent d’une classe politique servile des prérogatives exorbitantes du droit commun, jouissant d’un quasi-monopole sur une faune qu’elles réduisent à du « gibier ».

 

En démocratie, la chasse devrait s’organiser, comme toute activité, sur des bases de droit commun, c’est-à-dire en libres et concurrentes associations.

L’office national en charge de la faune sauvage devrait garantir l’intérêt général de la préservation de la nature en se libérant de l’empprise des cynégécrates.

Aussi longtemps que ces réformes élémentaires ne seront pas accomplies, la France ne sera pas un Etat de droit, mais connaîtra des dérives scandaleuses.

Si l’argent public était seul en cause, l’affaire relèverait  des juridictions budgétaires compétentes, mais les animaux sauvages, la tranquillité des citoyens, la sécurité des randonneurs, les souhaits de 87 % des Français de voir protéger l’animal  sauvage des actes de mauvais traitements sont piétinés.

 

 

Parlementaires, ayez un sursaut de dignité !

Ecoutez les appels des citoyens à en finir avec les privilèges d’une minorité qui s’approprie l’espace et la nature !

Un animal, être sensible, n’est jamais un « gibier » et la biodiversité agonisante exige une protection intégrale et non une imposture qu’ils appellent « gestion ».

 

La chasse : un crime contre le vivant, une nuisance pour les habitants des campagnes, un puits pour l’argent public, un révélateur de la médiocrité de la classe politique, un discriminant entre esprits résistants et pusillanimes, une aberration corporatistes dans une société démocratique, une illustration du conformisme de la presse de province qui pour complaire à ce qu’elle imagine être son lectorat recopie sans le moindre recul les communiqués de l’indigente propagande du lobby,  voilà qui mérite la mobilisation de tous ceux qui n’aiment ni la violence, ni le corporatisme, ni la loi des lobbies.

 

En ce pays, ceux qui osent s’opposer à cette féodalité sont censurés, ostracisés, marginalisés dans les organes consultatifs et au besoin, menaces dérisoires, dénoncés aux tribunaux comme délinquants !

 

La chasse à la Française est le seul loisir au monde qui obtint des gouvernants une protection pénale spécifique puisque son entrave devint une contravention selon un décret du 4 juin 2010.

 

Les cynégécrates virent dans cette réglementation la preuve rassurante de leur influence sur le personnel politique, alors qu’un tel décret constitue un formidable aveu de faiblesse et de peur face à une contestation qui se lève et que les murs de la Bastille chasse ne parviendront pas à contenir.

 

 

 Il y a plus sinistre, plus honteux, plus inquiétant que les bruits de bottes et les cliquetis des tiroirs caisses, c’est le silence des lâches !

Lâches, ceux qui sans tuer eux-mêmes peuvent sans frémir entendre les détonations des armes à feu dont les projectiles déchirent les chairs et broient les os !

 

Lâches, ces hauts fonctionnaires et décideurs qui préfèrant une injustice à un prétendu désordre  n’osent pas combattre le braconnage !

 

Lâches, ces élus qui mesurent parfaitement la nocivité des destructions de faune mais imaginent démagogique de relayer les exigences de quelques centaines de tueurs qui veulent ici ou là piéger « la galinette cendrée », sous prétexte que les anciens qui sentaient bon la terre qui ne ment pas, le faisaient !

 

Lâches, ces rédacteurs d’articles s’alarmant devant la prolifération des sangliers sans chercher à savoir que la chasse est le problème et non la solution !

 

A-t-on encore, en ce pays, la liberté de le dire ?

La chasse n’est pas réformable. Il faut l’abolir.

            Gérard  CHAROLLOIS

CONVENTION VIE ET NATURE

MOUVEMENT D’ECOLOGIE ETHIQUE ET RADICALE

 

POUR LE RESPECT DES ÊTRES VIVANTS ET DES EQUILIBRES NATURELS.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Politique
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 13:29

 

Beaucoup de lectures !!! Mais bon, c'est le week-end ...

 

 

 

 

Les vérités sur l’industrie pharmaceutiques - Parlons Net Philippe Even

http://www.dailymotion.com/video/xggtjg_parlons-net-philippe-even_news

 

 

Le cholestérol n’est pas dangereux 2 milliards par an, 3 à 5 millions de français

Laxisme démagogie, imcompétence et corruption ...

 

_________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

L'industrie des médicaMENTEURS 

 

Document par Le Collectif V.C.A 

- La vérité sur la condition animale - 

 

LA MAFIA DES LOBBIES PHARMACEUTIQUES: Des gens qui vous veulent du "bien". Merci de lire, écouter et partager!

 

 

-A lire: Pleins d'infos et révélations édifiantes.

 

L'histoire du cartel pharmaceutique :

 

http://economieetfinancemondiale.blogs.nouvelobs.com/archive/2009/10/06/l-histoire-du-cartel-pharmaceutique.html


 

 

Bayer et IG Farben "L'âge d'or de la science nazie":

 

http://www.cbgnetwork.org/240.html 

 

 

 

http://www.lepost.fr/article/2009/05/16/1538071_lobby-pharmaceutique-les-faits-et-chiffres-pour-comprendre-edifiant.html


 

 

http://medicaments.wordpress.com/2008/12/17/poison-pour-les-humains-neutre-pour-les-animaux-en-laboratoire/ 

 

http://mili-terre.com/article/24/796/medicaments-testes-sur-animaux-l-homme-en-danger.htm


 

 

-A écouter: Les mensonges des lobbies pharmaceutiques (avec Sylvie Simon).

 

http://www.eboga.fr/AUDIO/Le-mensonge-des-lobbies-pharmaceutiques.html 

 

 

-Les tests sur animaux et les méthodes de substitution:

 

http://cav.asso.fr/fr 

 

-Comité scientifique anti-vivisection: http://www.proanima.fr/


 

_______________________________________________________________________________________________

 


 

-Un scientifique expliquant l'inutilité et les dangers de l'expérimentation animale ainsi que l'intérêt des méthodes de substitutions (en 2 parties):

 

http://www.youtube.com/watch?v=sFsX3Oobgik

 


 

http://www.youtube.com/watch?v=bxNtPb2XFSg

 


 

-Enfants cobayes au Nigeria:

 

http://www.dailymotion.com/video/x3l8va_enfants-cobayes-au-nigeria-reportag_news 

 

 

_____________________________________________________________________________________________

 

"La vivisection est barbare, inutile, un obstacle au progrès de la médecine. Il n'y a que deux catégories de médecins qui sont pour la vivisection: ceux qui ne sont pas suffisamment informés, et ceux qui y gagnent de l'argent". Dr. W. Hartinger, chirurgien, premier président de la Ligue Internationale de Médecins pour l'abolition de la Vivisection, 1992.

 

Et souvenez vous toujours qu'un bon médicament pour ces gens la, est un médicament qui ne vous soigne pas véritablement, qui ne traite que les symptômes en surface tout en laissant la maladie progresser. Un médicament que vous prendrez sur de longues durées, voir toute votre vie, sans qu'il ne vous aide a guérir et qui rapportera aux labos des milliards en chiffre d'affaire.

 

Une population en bonne sante n'a absolument aucun intérêt pour l'industrie pharmaceutique!

 

 

Source : http://cathykalunga.blogspot.fr/2012/05/document-par-le-collectif-v.html

 

 

 

_____________________________________________________________________________________________

 

 

http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2012/10/10/ghostwriting-auteurs-fantome-et-autres-methodes-de-manipulat.html

 

 

 

 

http://www.alterinfo.net/L-OMS%C2%A0sous-l-influence-de-l-industrie-pharmaceutique_a70477.html

 

 

 

______________________________________________________________________________________________

 

 

Un membre de ma famille a travaillé dans les labos P... [...] et il a fait de la dépression à cause des horreurs qui étaient pratiquées sur des chats. Il m'a expliqué (je cite) que c'était "du grand n'importe quoi, d'une perversité et d'une cruauté qui dépassaient l'entendement" au point qu'il considère désormais non sans cynisme que l'alchimie est largement plus crédible que la vivisection, c'est dire... Porter une blouse blanche ne donne pas le droit de torturer et de tuer, un point c'est tout.

 

source dans les commentaires de :

 

http://www.lepoint.fr/reactions/chroniqueurs-du-point/anne-jeanblanc/commentaires-sur-l-experimentation-animale-reste-indispensable-26-06-2012-1477903_57

 

 

 

______________________________________________________________________________________________

 

http://savoircpouvoir.over-blog.com/article-l-oms-sous-l-influence-de-l-industrie-pharmaceutique-98807695.html

 

______________________________________________________________________________________________

 

 

Selon ce Mr Lachapelle de l'INSERM, les résultats obtenus chez les primates non-humains se retrouvent dans 40 à 70 % des cas chez l'humain. Tout est dit! Cela revient à jouer à pile ou face.

Et pour les rongeurs c'est encore pire, on est entre 5 et 20%... Pourtant ce sont de très loin les animaux les plus torturés et les plus massacrés dans les labos publics et privés. D'un point de vue scientifique, si l'expérmentation animale n'est pas plus fiable que le hasard, elle n'a aucune valeur prédictive.

De toute façon, quand bien même ces expériences seraient fiables et utiles (ce qui est loin d'être le cas si on en juge au nombre de médicaments qui sont retirés du marché chaque année en raison de leur dangerosité pour les humains, médicaments pourtant testés "avec succès" sur les animaux), nous n'avons pas le droit moral d'utiliser ceux qui ne peuvent s'opposer pour servir nos intérêts, quels qu'ils soient !

On condamne à l'unanimité les nazis qui expérimentaient sur des cobayes humains, mais pourtant nous avons perfectionné leurs méthodes, et trouvé des victimes encore plus silencieuses...

Lu dans les commentaires  sur le site : 

 

http://www.newsring.fr/planete-sciences/1067-doit-on-mettre-fin-a-lexperimentation-animale

 

 

______________________________________________________________________________________________

 

 

Lire ou relire :

 http://srv04.admin.over-blog.com/index.php?id=1344304163&module=admin&action=publicationArticles:editPublication&ref_site=1&nlc__=891352546757

 

 

 

 

Un dernier conseil :  Le 26e Téléthon se déroulera les 7 et 8 décembre 2012... alors n'oubliez pas de NE PAS DONNER VOTRE ARGENT à cette escroquerie qui rapporte !!!  

 

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 18:21

 

 

Chères amies, chers amis,
 
 La bataille qui a lieu en ce moment au niveau européen peut être déterminante pour la survie des abeilles – et notre avenir à tous.

 

ImageProxy.mvc-copie-2.jpeg

 

 

 

Les lobbys agrochimistes sont sur le point d'imposer trois types de pesticides néonicotinoïdes notoirement dangereux pour les abeilles dans tous les pays européens. La seule façon de leur barrer la route, c’est que des centaines de milliers de citoyens se mobilisent à travers toute l’Europe pour obliger les députés européens à intervenir.

 

Aidez-nous à sauver les abeilles ! Signez dès maintenant la pétition aux députés européens en cliquant ici.

 

C’est le dernier round d’un combat mené au corps à corps depuis l’été dernier, rappelez-vous :

Après plusieurs études qui, coup sur coup, ont montré les ravages de certains pesticides neurotoxiques (les néonicotinoïdes) sur les abeilles, et le retrait de la vente d’un de ces pesticides – le Cruiser OSR - en France par le Ministre de l’Agriculture, la Commission Européenne a demandé à son autorité sanitaire (l’EFSA) de réévaluer la dangerosité de ces substances(1). Et plus particulièrement celle du Thiametoxam, de l’Imidaclopride et de la Clothianidine, trois types de néonicotinoïdes responsables à eux seuls de la mort de millions d’abeilles chaque année en Europe(2).

 

Seulement voilà :

Les lobbys agrochimistes ont toutes les chances de gagner la bataille. Pourquoi ? Parce que ce sont EUX-MÊMES qui sont chargés d’évaluer la dangerosité de leurs produits !


 

Incroyable, mais vrai… Les autorités sanitaires européennes chargées de garantir notre sécurité alimentaire sont composées de technocrates, pas de scientifiques. Personne, dans les institutions européennes, n’est capable de mener les tests scientifiques nécessaires pour évaluer la dangerosité d’un pesticide sur les abeilles(3). En clair, ce sont les fabricants de pesticides eux-mêmes qui évaluent la dangerosité de leurs produits. Et vu le chiffre d'affaires phénoménal qu'ils tirent de ces pesticides, on ne peut pas s'attendre à ce qu'ils les interdisent(5) !

 

Résultat : les autorités sanitaires délèguent ce travail à un groupe « informel » d’experts, l’ICPBR (International Commission on Plant-Bee Relationships)… qui, lui, est composé aux deux tiers par des membres de l’industrie agrochimique(4) !

 

Notre seule façon d’agir, en tant que citoyens, c’est de dénoncer ce scandale haut et fort, et d'exercer une pression maximale sur les députés européens pour qu’ils interviennent avant que les agrochimistes aient eux-mêmes déclaré leurs produits « inoffensifs ».

 

Le temps presse : le verdict doit être rendu en décembre. Il n’y a pas une minute à perdre : s’il vous plait, signez vite cette pétition en cliquant ici, et faites-la suivre à tous vos amis.

 

http://www.pollinis.org/petitions/petition_201210.php

 

Toute la communauté scientifique sait que ces pesticides néonicotinoïdes font des ravages irréparables sur les abeilles :

Dans les ruches en bonne santé, ces produits neurotoxiques agissent sur le système d’orientation des abeilles, les empêchant de revenir à la ruche. Incapables de retrouver leur chemin, elles finissent par mourir d'épuisement . Petit à petit, les ruches se vident, les essaims sont décimés, et c'est tout l'écosystème qui se trouve en danger(7). Dans les ruches déjà affaiblies par un parasite ou une maladie, les néonicotinoïdes apportent le coup de grâce aux abeilles, qui n’ont plus assez de force pour résister à ce poison trop violent(6).

 

Alors oui, il y a urgence à retirer ces substances toxiques du marché !

J’espère que je peux compter sur votre action. Vous, moi et tous les citoyens qui se soucient des abeilles, de la biodiversité et de l'avenir des générations futures, nous sommes le seul rempart face à la rapacité des firmes agrochimiques.

 

Ces firmes l’ont déjà annoncé : elles mettront « tous les moyens » pour continuer à faire autoriser leurs produits. Et quand on voit les ressources financières énormes dont elles disposent, il y a de quoi s’inquiéter(8) !

 

Aussi, je vous demande de signer dès maintenant votre pétition aux députés européens, et de transmettre ce message à vos proches, vos amis et vos collègues, pour leur demander d’agir, eux aussi, pour faire barrage aux fabricants de pesticides tueurs d’abeilles.

Par avance, merci.

Nicolas Laarman
Délégué général - Pollinis
Conservatoire des Fermes et de la Nature

SOURCES ET COMPLÉMENT D'INFORMATIONS :

(1).Mandate for scientific and technical assistance (EFSA conclusions) in accordance with Article 21 of Regulation (EC) No 1107/2009 to perform an evaluation of neonicotinoids as regards the risk to bees, n° M-2012-0160, modifié le 25/27/2012 : “The Commission therefore asks EFSA to prioritise the review of thiametoxam, clothianidin and imidacloprid”.

 

(2).Nous avons recensé plus de 20 études alertant sur les effets toxiques des pesticides systémiques neurotoxiques sur les abeilles et les pollinisateurs sauvages. Pour se faire une idée :

- Shah, S. Behind mass die-offs, pesticides lurk as culprit (traduit en français par Christian Pacteau sous le titre “Derriere la multitude des morts les pesticides se dissimulent comme des coupables”), Yale Environment 360, 7 janvier 2010

 

- Girolami, V. M. (2009). Translocation of Neonicotinoid Insecticides From Coated Seeds to Seedling Guttation Drops : A Novel Way of Intoxication for Bees . Journal of Economic entomology , 102 (5), 1808-1815.

 

- Tennekes, H.A (2010) The significance of the Druckrey-Kupfmuller equation for risk assessment – The toxicity of neonicotinoid insecticides to arthropods is reinforced by exposure time (traduit en francais par Christian Pacteau sous le titre “Signification de l’équation de Druckrey-Küpfmüller pour l’évaluation des risques. La toxicité des insecticides néonicotinoïdes contre les arthropodes est renforcée par la durée d’exposition.”) in “Toxicology”.

 

(3). L'avenir des abeilles est-il entre les mains du lobby des pesticides ? (Corporate Europe Obervatory, novembre 2010) : http://corporateeurope.org/sites/default/files/sites/default/files/files/article/futur_des_abeilles_francais.pdf

 

(4). La faillite de l'évaluation des pesticides sur les abeilles (Le Monde du 09 juin 2012) : http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/07/09/abeilles-la-faillite-de-l-evaluation-des-pesticides_1731092_3244.html

 

 

(5). Au lieu d'avoir baissé, comme le prévoit le plan Ecophyto 2018 de l’INRA (réduction de 50 % de l'usage des produits chimiques dans l'agriculture d'ci à 2018), la consommation de produits phytosanitaires a encore augmenté de 1,3% en 2011- soit, en volume, 62 700 tonnes de pesticides dispersés dans les champs (contre 61 900 tonnes en 2010). En valeur, la progression est de 5%. Le chiffre d’affaire 2011 du secteur des vendeurs de « produits phytosanitaires » atteint 1,9 milliards d’euros. Mention spéciale à la catégorie « herbicides », dont le chiffre d’affaire grimpe de 17%. Les insecticides se situent juste derrière, avec 11% de plus qu’en 2010.

 

(6).L'effet cocktail mortel pour les abeilles (Sciences & Avenir) : http://fr.scribd.com/doc/59532257/Mort-des-abeilles-deux-suspects-demasques-Sciences-et-Avenir-n°771?secret_password=1jrfwi2mxvbexeh3p0h6

 

(7).L'étude de Mickaël Henry et son équipe de l'INRA d'Avignon à l'origine de l'interdiction du Cruiser OSR en France : http://211.144.68.84:9998/91keshi/Public/File/41/336-6079/pdf/348.full.pdf

 

(8).Le chiffre d'affaire 2012 de la firme suisse Syngenta qui produit le Cruiser (L’Usine Nouvelle) : http://www.usinenouvelle.com/article/syngenta-confirme-ses-previsions-2012-et-vise-un-ca-record.N184511

 

Quand l'agriculture est mauvaise pour la santé (Good planet Infos) : http://www.goodplanet.info/Alimentation-agriculture/Pesticides/Pesticides/(theme)/266

 

 

 

 

 

 

 

 

Soutenez le réseau Pollinis !

 

Aidez-nous à sauver les abeilles et la biodiversité. Nous sommes entièrement financés par les dons et nous ne recevons aucune subvention de la part du gouvernement. Notre équipe fait en sorte que le plus petit don soit le plus efficace possible.

 

ImageProxy.mvc.jpg

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Environnement
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 16:27

 

1149898_3_cd11_sea-shepherd-est-une-ong-fondee-en-1977-par_.jpg

 

 

 

L'organisation non gouvernementale de défense des océans Sea Shepherd, bête noire des baleiniers japonais, qu'elle harcèle chaque hiver dans l'océan austral, a officiellement ouvert lundi 5 novembre sa campagne 2012, baptisée "Tolérance zéro", en lançant son navire-amiral à la poursuite de la flotte nippone. Le Steve Irwin a quitté Melbourne pour prendre la tête de la neuvième campagne de l'association, la plus ambitieuse de son histoire, avec quatre navires – dont le Brigitte Bardot – un hélicoptère, trois drones et une centaine de personnes engagées.


La campagne est plus précoce que les années précédentes parce que les militants entendent perturber les baleiniers dans le Pacifique nord, au large du Japon, plutôt que de les attendre dans les eaux de l'Antarctique. "La mission, cette année, est de les intercepter dès que possible (...) pour les empêcher de tuer une seule baleine", a expliqué le directeur de la branche australienne de Sea Shepherd, Jeff Hansen.

 

LA CHASSE COMMERCIALE AU CÉTACÉ INTERDITE DEPUIS 1986

Officiellement, les activités de la flotte nippone dans l'Antarctique sont destinées à la "recherche scientifique", une pratique tolérée par la Commission baleinière internationale, qui interdit la chasse commerciale au cétacé depuis 1986. Les autorités japonaises affirment que cette pêche fait partie intégrante de la culture nippone, sans cacher que la viande de baleine termine sur les étals.

 

Lire aussi : Le Japon se prépare à dix ans de pêche à la baleine


En 2011, le Japon avait néanmoins été contraint d'interrompre prématurément sa campagne de pêche à cause du harcèlement de militants écologistes, après avoir capturé seulement 172 baleines, soit un cinquième de leur objectif. En mars 2012, ils étaient rentrés après avoir capturé 266 baleines de Minke et un rorqual, soit moins d'un tiers des quelque 900 cétacés qu'ils comptaient tuer.

 

Lire aussi : Le militant écologiste Paul Watson, prisonnier des mers

 

1703009_3_75cf_dirigeant-de-l-ong-sea-shepherd-paul-watson_.jpg

FINANCÉ PAR LE PRODUCTEUR DES "SIMPSONS"

 Outre le Steve Irwin et le Brigitte Bardot, la flotte de Sea Shepherd se compose cette année du Bob Barker et du Sam Simon, du nom du producteur des Simpsons, qui a financé l'achat de ce bateau, ancienne propriété du gouvernement allemand.

Sea Shepherd a été fondée en 1977 par Paul Watson, après son départ de Greenpeace. Son organisation n'a pas hésité à éperonner en 1979 le baleinier Sierra, qui a coulé dans le port de Lisbonne, même si elle assure tout faire pour "ne mettre personne en danger". Le Japon avait qualifié par le passé ses méthodes de "terroristes".



Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Environnement
commenter cet article