Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de le journal de campagne de KIKI DU 78
  • Le blog de le journal de campagne de KIKI  DU  78
  • : Cet espace est réservé à des informations souvent ignorées par les " grands " médias, et à divers sujets d'actualité , en vue d'échanges de points de vues.
  • Contact

Recherche

Liens

20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 10:47

affiche2012.jpg

 

 

 

Parce que l'union fait la force et parce que 2012 sera l'année où les français devront faire des choix politiques, l’OABA( oeuvre d'assistance aux bêtes d'abattoirs )  lien :

http://www.oaba.fr/  et 6 organisations françaises de défense des animaux ont pris l'initiative d'un rassemblement national de la protection animale à Nîmes, samedi 24 mars 2012.

 

Pour interpeller les candidats à l’élection présidentielle, un seul message : « En avril et mai 2012, nous donnerons notre voix à ceux qui prendront en compte la protection des animaux ! »

 

L’OABA appelle tous ses adhérents et sympathisants à participer à cette marche unitaire des organisations de protection animale afin de faire entendre la voix de ceux qui n’en n’ont pas !

Tous les détails et les organisations présentes sur : www.nos-voix-pour-les-animaux.fr


Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 10:29

lait-vache

 

 

 

 

18 février : manifestation contre la création d'un élevage de 1000 vaches!

 

Dans la Somme, un projet d'élevage de 1000 vaches laitières et 750 veaux et génisses suscite la résistance des habitants des communes concernées. Les riverains s'inquiètent pour leur environnement mais ont aussi un argumentaire fort en ce qui concerne la vie promise aux vaches si ce projet voit le jour. Les actions se multiplient pour contrer la construction de cet élevage.

 

L214 appelle à manifester aux côtés de NOVISSEN le 18 février à Abbeville. Ne laissons pas passer de tels projets ! Rejoignez-nous !


Où : boulevard Vauban (au croisement avec la rue Edouard Branly), devant le théâtre à Abbeville (cf. plan ci-dessous).
Quand : 18 février, 14h30.

Lire notre communiqué de presse

Infos pratiques :


Nous rejoindre sur place
- pour nous repérer, nous aurons une banderole L214
- téléphone au cas où : 06 20 03 32 66

- Abbeville est à 2h de Paris
- Abbeville est à 2h de Lille

 

En train

- Aller : train à 10h04, Paris gare du Nord, arrivée à Abbeville à 11h47
- le départ de la manif est à 15min à pied de la gare d'Abbeville.
- Retour : train à 18h12 à Abbeville, arrivée à 18h57 Paris gare du Nord
- En prenant directement l'aller-retour, tarif week-end à 34€ l'aller-retour

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 14:05

La musaraigne musette mesure environ 11,5 cm et pèse entre 6 et 10 gr. . Elle a deux à quatre portées par an comprenant 3 à 6 petits  !!!!!!!  qui ouvrent les yeux au bout de treize jours et sont allaités 20 jours. Leur croissance est achevée à l'âge de 6 semaines, et leur maturité sexuelle à 4 mois !!!!!!!.  Elles vivent environ 1 an et demi , ne dorement pas l'hiver et ont une activité nocturne ET diurne. Se nourrissent de vers et d'insectes.

 

Voici donc la description de ce sympathique petit insectivore !

 

Mais l'histoire est un peu différente " dans ma campagne " ! Car ces dernières on décidé d'habiter chez moi , de manger les croquettes du chat ...( et bien plus !!! )  et surtout elles ont trouvé une planque idéale pour leurs réserves : directement SOUS la gamelle comme le montre ces photos que j'ai faites  devant la porte ( avec beaucoup de patience cet été, mais hélas pas de très bonnes qualité ..).

 

 

Le petit bout du " nez " qui pointe ...

 

 

P6020026.JPG

 

 

 

 

P6020021.JPG

 

 

 

 

 

P6020019.JPG

 

 

 

 

Tous les matins elles m'accueillent en poussant des petits cris perçants , n'ont aucune peur du chat qui mange sans s'apercevoir  de quoi que ce soit !

 

Hier matin j'ai trouvé un petit " bouquet de fleurs  en papier " volé je ne sais où ... et prêt à être caché sous la gamelle ! ( peut-être un mariage en vue !!! ) :

 

 

 

P2070018.JPG

 

 

Je crois qu'il va falloir prendre des décisions " sérieuses " dès les beaux jours ... ( les attraper et leur demander d'aller vivre un peu plus loin ... ce que j'ai déjà fait cet Automne ... mais je crois qu'elles préfèrent le vivre et le couvert  gratuit dans ma maison, car elles son revenues  !!! ).

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 13:53

bovines-affiche.jpg

 

 

 

 

Pendant un an, Emmanuel Gras a filmé un troupeau de vaches allaitantes en Normandie. Il présente « Bovines » :

 

 Un documentaire sensible sans voix off qui veut raconter la vraie vie des vaches. Il explique.

 

 

Comment vous est venue l'idée de réaliser « Bovines » ?

 

Je ne viens pas d'un milieu d'éleveurs ou de la campagne. Je suis un urbain. A l'occasion d'un tournage, on passait pas mal de temps sur des chemins entre des champs où il y avait des vaches. Je me suis intéressé à leur attitude, leur façon de venir nous regarder, ce qu'elles dégageaient comme force tranquille. Je me suis posé la question de savoir ce qu'était la vie d'un animal d'élevage, seul, sans hommes. Je voulais les montrer comme des êtres vivants avec une autonomie, qui vivent leur vraie vie. Il y a beaucoup de films sur les animaux sauvages mais jamais sur les animaux d'élevage.

 

 

 

 

Sortir les gens de leur vie agitée pour les mener dans une sorte d'ennui ?

Non, il fallait faire très attention à ce qu'on ne tombe pas dans l'ennui. C'était le défi du film, rendre ça captivant. On a joué sur la durée des plans, le rythme du film, les événements. ça raconte un bonheur artificiel où elles vivent sans prédateur, elles sont nourries, presque logées et n'ont pas d'effort à faire pour leur survie jusqu'à l'intervention humaine.

 

 

 

 

Votre film est parfois présenté comme un pamphlet végétarien.

Je ne suis pas d'accord. On voit des animaux qu'on a l'habitude de ne voir qu'en steak. Le fait de montrer ces animaux qui ressentent, qui vivent, c'est peut-être plus dur de les manger. Mais ça questionne plutôt les fondements de l'élevage, parle de la notion de bon élevage qui est un échange de bons procédés, où l'homme fournit de bonnes conditions de vie et les animaux fournissent leur lait, leurs œufs ou autre. Et puis la vie sauvage, ce n'est pas une vie de tout repos.

 

 

 

 

Pour vos vaches, vous avez fait une sorte de casting ?

C'était un casting pragmatique parce que j'ai tourné en Basse-Normandie et que je voulais des vaches allaitantes. Les vaches laitières ont plus de contacts avec les humains. Du coup, c'était des Charolaises, toute blanches. J'aimais leur beauté immaculée. Il y a des vaches plus esthétiques mais je cherchais la banalité de la vache pour faire écho au regard des gens.

 

 

 

 

Comment s'est passé le contact avec les éleveurs ?

La première fois que j'en ai parlé avec un éleveur, je ne savais pas trop comment présenter le projet alors je lui ai dit, ce qui est devenu le sous-titre du film, que j'aimerais bien filmer la vraie vie des vaches. Il m'a dit : « ah oui, ah j'aimerais bien la connaître ». Il m'a dit qu'elles changeaient d'attitude à son approche. Le reste des éleveurs était très tranquille ; ils m'ont laissé travailler.

 

 

 

 

Ils ont vu le film ?

Oui. Bon, il y a différents types d'éleveurs. Ceux que j'ai filmés étaient plutôt peu causants. Ils m'ont juste dit que c'était du bon travail. D'autres étaient touchés.

Est-ce que ça a changé votre regard sur les vaches ?

J'avais un peu l'image de tout le monde, d'une grosse bête un peu bête. ça m'a donné un peu plus d'affection pour elles. Et ça m'a renvoyé à cette différence entre l'animal et nous. Je me suis rendu compte qu'elles ont une manière de sentir et de penser propre et qui nous est inatteignable.

 

 

 

 

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2012/02/07/1279021-auch-je-voulais-filmer-la-vraie-vie-des-vaches.html

 

 

Plus d'infos :

 

http://www.happinessdistribution.com/catalogue/15

 

 

Vidéo :

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=Nzq6A9WKpG4&feature=player_embedded

 

____________________________________________________________________________________________

 

 

La fin du film est déchirante quand les veaux partent vers leur funeste destin ... J'espère que ce film fera réfléchir les mangeurs de viande ...

 

0.jpg

 

Lire la vidéo

Bovines, un film de Emmanuel Gras, sélection ACID au Festival de Cannes 2011. Dans les champs, on les voit, étendues dans l'herbe ou broutant paisiblement. Grosses bêtes placides que l'on croit…

00:01:37

Ajoutée le 07/02/2012

158 visionnage(s)

youtube_logo.png

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 17:08

1636665_3_ef13_pour-le-magazine-que-choisir-le-prix-moyen_2.jpg

 

 

 

 

Vos enfants veulent un petit animal ? Attention, un chiot ou un chaton ne sont pas des jouets ! Il faudra, bien sûr, en prendre soin, mais aussi prévoir un budget santé, pour payer, au minimum, les frais de vaccination, de tatouage et de stérilisation. Pour un chat mâle, nous avons déboursé 223 euros chez un vétérinaire des Hauts-de-Seine – 85 euros la vaccination, 53 euros le tatouage et 85 euros la castration. Pour le tatouage et la vaccination d'un chien, nous avons versé 132 euros.

 

 

 

Les tarifs de ce praticien se situent dans une fourchette haute, si l'on en croit l'enquête que publie le magazine Que choisir dans son édition de février. Après avoir recueilli plus de 7 000 tarifs (qui sont libres) de 1 260 cabinets ou cliniques, les journalistes du mensuel constatent que le prix moyen des trois actes, pour un chat mâle, s'élève à 172 euros (59 euros le vaccin, 51 euros le tatouage et 62 euros la stérilisation). Mais il est plus élevé de 20 % dans la région parisienne. Le tarif moyen de la consultation de base s'élève à 32 euros pour un chat et à 31 euros pour un yorkshire. Les animaux rendent visite au vétérinaire 1,54 fois en moyenne par an, une fréquence qui augmente avec l'âge.

 

 

Si l'on a de petits revenus, il est possible de payer beaucoup moins cher en allant dans un dispensaire. La Société protectrice des animaux (SPA) en compte douze en France, dont un à Paris. "Chez nous, un vaccin coûte 15 euros et la stérilisation d'un chat mâle, 40 euros, mais les gens versent ce qu'ils peuvent, en fonction de leurs moyens", indique Isabelle Croville, chargée du dispensaire parisien. Les personnes qui viennent signent "une attestation sur l'honneur qu'elles n'ont pas les ressources suffisantes pour emmener leur animal chez le vétérinaire", sans qu'on leur demande de justificatif fiscal. "Nous estimons que si elles viennent attendre deux heures ici, où c'est toujours plein, c'est qu'elles n'ont pas les moyens de payer plus", explique notre interlocutrice.

 

 

Le principe est presque le même dans les cinq dispensaires de la Fondation assistance aux animaux, où, par exemple, la vaccination d'un chat revient à 16 euros, sa castration et son tatouage à 42 euros et la consultation de base à 18 euros. "Cette participation finance nos frais de fonctionnement (électricité, personnel, chauffage), mais pas les actes médicaux, qui sont gratuits", précise Arlette Alessandri, la fondatrice, en rappelant qu'elle ne reçoit pas de subventions.

 

Les vétérinaires à bas prix n'ont pas toujours bonne presse auprès du Syndicat national des vétérinaires d'exercice libéral et du conseil supérieur de l'ordre des vétérinaires. En 2006, ces deux organismes ont attaqué la Fondation assistance aux animaux pour "concurrence déloyale". Ils lui reprochaient de ne pas contrôler les revenus des personnes qui se présentent et de ne pas proposer de soins totalement gratuits. Ils réclamaient à la fondation 300 000 euros, la cessation des soins payants et une astreinte de 10 000 euros par jour de retard. "C'est comme si des magasins de meubles reprochaient à Emmaüs de vendre de vieux fauteuils !", s'exclame Gilbert Mouthon, conseiller de la fondation.

 

Quelques mois plus tard, toutefois, le Syndicat et l'ordre se sont désistés de leur action. "Ils ont compris qu'elle était vouée à l'échec", commente M. Mouthon, qui est aussi professeur agrégé des écoles vétérinaires, expert près la cour d'appel de Paris et… ennemi juré du syndicat. Il estime que, "à la différence du reste de la profession, le syndicat préfère les sous aux animaux".

 

Ce professionnel trouve ainsi "anormal" que les vétérinaires libéraux puissent "à la fois prescrire et délivrer" des médicaments - antibiotiques notamment – "sur lesquels ils prennent un bénéfice de 30 %". Nous avons ainsi payé 10 euros chez l'un d'eux une boîte de 15 comprimés de doxycycline Mylan, vendue 4,23 euros en pharmacie…

 

M. Mouthon regrette en outre que les vétérinaires, "sous l'effet du lobbying de leur syndicat", ne puissent quasiment pas prescrire pour les animaux de médicaments destinés aux humains, pourtant beaucoup moins chers.

 

Un autre vétérinaire, Gilbert Zakine, a maille à partir avec le conseil supérieur de l'ordre, depuis que, à l'âge de 71 ans, il a décidé de "faire du social", en divisant ses honoraires par deux ou trois. "Le conseil de discipline de l'ordre d'Ile-de-France m'a condamné à deux mois d'interdiction d'exercice, au motif que j'avais imprimé 'véto discount' sur mes cartes de visite sans en demander l'autorisation", indique-t-il.

 

Il a fait appel, ce qui est suspensif, en faisant valoir que le code de déontologie sur lequel se fonde cette condamnation est contraire à la nouvelle directive européenne dite Bolkestein, qui libéralise la communication des prestataires de services.

Rafaële Rivais

 

Article paru dans l'édition du 31.01.12 lemonde_source.png | 30.01.12 | 15h05   •  Mis à jour le 31.01.12 | 09h52

 

_________________________________________________________________________________

 

Merci pour l'info Ocrinou !

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 17:58

UNE BELLE VICTOIRE

--- Sauvetage de plus de mille chiens effectué par les amis de CHONGQING-SICHUAN四川-CHINE

 

15/01/2012 :

Sur l’autoroute qui relie la Province de SICHUAN et de GUIZHOU, un camion rempli de chiens entassés dans des petites cages a été repéré par Mr. PENG Tao, un volontaire de l’Association de la Protection des Animaux de CHONGQING. (庆小动物保护协会 ). Il a immédiatement alerté l’autorité locale et d’autres volontaires.

102954eedoldzh1eeozorv-1-

 

 

 

Aussitôt, une action de sauvetage s’est mise en place :

Le camion a été interpellé par les volontaires de l’association En même temps, l’appel aux aides fut relayé par des centaines, des milliers d’internautes chinois.

Malgré la nuit, de plus en plus de volontaires, informés, se sont rendus sur place.

Le nombre de chiens s’élève à 1,500.

 

Devant eux, des scènes horribles :

 

102948lxysybj3l1w3l7yw-1-.jpg

 

 

Quatre, cinq chiens s’entassent dans de petites cages de 30 cm de hauteur…

 

102953n1ge0e3fz0301g9x-1-.jpg

 

Ils gémissaient, hurlaient de douleur, de peur…

 

 u-3675818690-3187875741-fm-11-gp-0-1--copie-1.jpg

Beaucoup ont les membres fracturés…

 

 

u-648218127-1514201583-fm-11-gp-0-1-.jpg 

 

101_9697770_08606e6368fe8b4-1--copie-1.jpg

 

 

 

 

Ils pleurent, ils supplient...

 

xin_533010917084040606173-1-.jpg

 


065559625-1-.jpgCertains sont morts, leur corps raidis…
 

 

 

Aidés par des avocats, les amis ont communiqué avec l’autorité avec  sang froid : ils ont montré que ces chiens de tailles, de races différentes, n’étaient pas des chiens d’  « élevage » donc  le « certificat de quarantaine » fourni pas les trafiquants n’était pas légal.

 

Tout la nuit, les volontaires essaient par tous les moyens de soulager ces chiens.

 xin_523010917084029610051-1-.jpg

16/01/2012 :

Après négociation, un trafiquant a fini par signer un accord :  SANS SE FAIRE PAYER, tous les chiens ont été donnés à l’Association de la Protection des Animaux de CHONGQING !!

 

 102951x6em3jihehb7z1cs-1-.jpg

 

 xin_5330109170840812145214-1-.jpg

 

W020120118413483208429-1-.jpg

 

 

Img332619687-2-.jpg

Depuis trois jours, une chaîne de solidarité s’est constituée dans toute la Chine : les amis des animaux téléphonent, relayent les informations sur internet, font des dons, donnent des médicaments et d’autres matériels…

 

Une autre action s'engage. Cette fois-ci juridique : beaucoup d’amis ont contacté le Ministère de l’Agriculture qui avait publié, il y a à peine trois semaines une Directive punissant toute infraction concernant la délivrance de certificats de quarantaine et le service de la quarantaine local leur demandant d’ouvrir une enquête sur la régularité de la délivrance du "certificat de quarantaine " et de punir sévèrement --- en cas d’infraction révélée --- les auteurs.

  

 

MERCI AUX AMIS CHINOIS POUR LEUR COURAGE, LEUR INTELLIGENCE, LEUR AMOUR DE LA VIE !!!

 Source http://urgence-animaux-de-chine.over-blog.com/article-une-belle-victoire-97488392.html

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 11:30

P5230014.JPGP9110032.JPG

 

Mes " ex-bat girls " à leur arrivée chez moi , et les mêmes quelques semaines plus tard !

 

 

La France et douze autres pays — Belgique, Bulgarie, Chypre, Espagne, Grèce, Hongrie, Italie, Lettonie, Pays-Bas, Pologne, Portugal et Roumanie — avaient été avertis en novembre 2011 des risques qu'ils courraient en ne se mettant pas en règle. La Commission européenne les a sommés jeudi 26 janvier d'améliorer, sous peine de poursuites, le sort de près de 47 millions de poules pondeuses tenues dans des cages trop petites.

 

 

Actuellement, dans l'Union européenne une poule pondeuse sur sept n'est pas élevée dans des conditions satisfaisantes, a souligné l'exécutif européen en donnant aux Etats concernés deux mois pour se conformer aux nouvelles normes entrées en vigueur le 1er janvier. Ces treize pays avaient douze ans pour se conformer aux nouvelles normes décidées en 1999 et qui prévoient de donner à chaque poule au minimum 750 cm2 d'espace dans leur cage, et d'équiper celle-ci d'un nid pour pondre, de grattoirs et de perchoirs notamment.

 

 Lire notre reportage dans un élevage : L'œuf, la poule et la cage

Le non-respect des nouvelles normes ne pose pas uniquement des problèmes de bien-être animal, mais aussi de distorsion de concurrence par rapport aux éleveurs qui ont investi pour se mettre aux normes, relève la Commission européenne. Une lettre de mise en demeure, première étape des procédures d'infraction pouvant déboucher sur des poursuites devant la Cour européenne de justice, a été envoyée à ces treize Etats. Le Royaume-Uni pourrait s'ajouter à la liste prochainement, car il vient de communiquer à la Commission européenne que 1 % de sa production n'était pas conforme, a précisé le porte-parole en charge du dossier, Frédéric Vincent. "Les œufs en question sont illégaux", a-t-il relevé, soulignant qu'à titre transitoire, les Etats concernés s'étaient "engagés à ne pas les exporter et à ne pas les mettre en vente sur le marché de détail".

Source :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/01/26/l-ue-somme-treize-pays-d-ameliorer-le-sort-des-poules-pondeuses_1635001_3244.html#xtor=RSS-3208

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article