Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de le journal de campagne de KIKI DU 78
  • Le blog de le journal de campagne de KIKI  DU  78
  • : Cet espace est réservé à des informations souvent ignorées par les " grands " médias, et à divers sujets d'actualité , en vue d'échanges de points de vues.
  • Contact

Recherche

Liens

13 août 2015 4 13 /08 /août /2015 11:38
Partout dans les médias on nous parle de la " crise " de l'élevage porcin... mais aucun de ces médias ne nous parle de l'enfer de ces pauvres martyrs que sont les cochons ... ( idem pour tous les autres animaux exploités ).
 
 
 
Infos, actions, vidéos concernant nos amis les animaux.

Des cochons sauvés de l'abattoir :

 

 

Des cochons sauvés de l'abattoir.

 

 

 

Sauvetage en élevage

Le mardi 4 août, le refuge GroinGroin et L214 ont organisé une opération de sauvetage de cochons dans un élevage industriel.
Nous avons pu sauver quatre porcelets. Ils grandiront heureux au refuge GroinGroin ! Nous les avons appelés Capucine, Coquelicot, Lavande et Violette. 
Leur maman, Fleur, a été sortie de sa stalle et emmenée dans une clinique vétérinaire, elle souffrait d'une infection survenue suite à une fracture en élevage datant d'une dizaine de jours. À notre plus grand regret, il a fallu abréger ses souffrances, elle n'aurait pas pu survivre.

 
 

Des cochons comme Fleur et ses petits, il y en a des millions détenus dans les élevages français. Enfermés, engraissés, tous les cochons sont saignés à l'abattoir pour terminer dans les assiettes. Nul besoin de rentrer dans un élevage pour sauver des animaux ! Le sauvetage le plus efficace ? Regarder son assiette et choisir de ne pas y mettre de viande. Ce sont alors des milliers d'animaux qui ne seront pas tués. L'immense souffrance qu'ils auraient vécue n'aura alors pas lieu.

Regardons dans les yeux ces quatre porcelets heureux, il sera alors évident d'agir pour leurs congénères qui n'auront pas eu leur chance.

→ Le récit du sauvetage

→ Les photos du sauvetage

Soutenir c'est agir

Les quatre petits bouts de groin ont besoin d'être parrainés ! Aidez le refuge GroinGroin à subvenir à leurs besoins en versant chaque mois la somme de votre choix. Lorsque Capucine, Coquelicot, Lavande et Violette seront grands, ils pèseront jusqu'à 350 kg ! Les dépenses minimales mensuelles pour un cochon dit d'élevage s'élèvent à 250 €. Comme pour les dons, 66% du montant de votre parrainage sont déductibles de vos impôts sur le revenu.

Je parraine un cochon

Ce que vivent les animaux dans les élevages et les abattoirs est insoutenable. Cette violence serait largement contestée si elle était visible de tous. Enquêter, informer, dénoncer, c'est le travail quotidien de L214. Il est urgent de sauver d'autres Lavande, Violette, Coquelicot et Capucine en continuant d'agir pour eux à travers campagnes, enquêtes et actions.

Je fais un don à L214

Merci de tout coeur pour votre soutien, et grand bravo à l'équipe de GroinGroin.


L'équipe de L214

PS : pour rencontrer Violette, Lavande, Coquelicot et Capucine, nous vous donnons rendez-vous au refuge GroinGroin lors des portes ouvertes les 12 et 13 septembre 2015.

 
 
 
AGENDA DES ACTIONS À VENIR :
 
 
 
 

 

Magnifique interview de Franz-Olivier Giesbert par Michel Onfray sur les animaux:

http://www.perspectives-gorziennes.fr/index.php?post/2015/08/11/Franz-Olivier-Giesbert-Manifeste-pour-les-animaux-/-L%E2%80%99animal-est-une-personne/2220

__________________________________________________________

Prenez 4mn35 de votre temps pour visionner cette petite vidéo, svp.‏

Un texte parfait émis par cette jeune fille,

https://www.youtube.com/watch?v=cw3rz07L4QM&app=desktop



"Ma lettre à vous"


à diffuser, vraiment, partout !

________________________________________________

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 10:41

Voici une information qui me semble importante car elle nous montre la voie d'une innovation à la fois réaliste et importante pour améliorer la condition animale tout en accentuant symboliquement leur prise en considération. Nul doute qu'elle serait soutenue par la plus grande part de nos concitoyens.

http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/20150428.OBS8087/en-norvege-les-animaux-ont-leur-propre-police.html

_______________________________________________________

A lire : https://mrmondialisation.org/cecil-nest-que-le-haut-de-liceberg/

-----------------------------------------

Conférence :

Le colloque international intitulé : « Le bien-être animal, de la science au droit » se tiendra les 10 et 11 décembre 2015 aux locaux de l’UNESCO à Paris. Vous trouverez le programme en pièce jointe.

Ce colloque s’adresse aux juristes et aux scientifiques concernés par la vie animale (enseignants, chercheurs, praticiens et étudiants), aux parlementaires et représentants d’instances ministérielles concernés par l’animal, ainsi qu’aux représentants des professions en lien avec l’animal (éleveurs, pêcheurs, directeurs et soigneurs de parcs zoologiques et aquariums, responsables d’animaleries, journalistes, responsables d’ONG de protection animale et de préservation de la faune sauvage). Le programme détaillé sera communiqué ultérieurement.

Si vous souhaitez assister à ce colloque, merci de compléter et nous renvoyer le formulaire d’inscription ci-joint au plus tôt (si la modification des champs (grisés) est bloquée, sélectionnez “Activez la modification” ou “Affichage”, puis “Modifier le document” en haut à droite). Pour toute question, écrivez-nous à contact@fondation-droit-animal.org.

Sophie HILD
Directrice

La Fondation Droit Animal, Éthique et Sciences (LFDA)

_______________________________________________________________________________________________________

Pétition OGM - Consommateurs, pas cobayes: 

 

http://www.consommateurspascobayes.com/

 

-----------------------------------------

 
Une version de La corrida  par Lilian Renaud  en hommage  à Francis Cabrel 
 
https://www.youtube.com/watch?v=MbKiyz4DlwE

L'équipe de La Griffe

La Griffe
BP 10152
63020 Clermont-Ferrand Cedex 2

lagriffe@orange.fr
 
 
 
____________________________________________________________________________
 
 
 

"Les vaches sont intelligentes ! La preuve."‏

 
( cliquer sur le titre ) :
 
 

 

 

 

 

 

On peut le faire ? Elles peuvent le faire !
 Les vaches sont intelligentes. Vivement qu'on ne s'en étonne plus. Et bien évidemment cette remarque est valable pour tous les animaux !!!
 
 We can do it? They can do it!
 Cows are smart. The sooner we stop being surprised at animal intelligence the better !

 
_________________________________________________
 
 
 
Tous les cinq ans, le culte de la déesse Gadhimai était à l'origine du massacre, sous prétexte de sacrifice, de plus de 500.000 animaux au Népal. Les autorités religieuses ont annoncé qu'elles renonçaient désormais à ce rituel. En principe, en 2019, aucun animal ne sera sacrifié !
Même s'il demeure des foyers de résistance (et on peut supposer qu'il y en aura), on doit saluer le courage des Népalais... Courage que n'ont pas d'autres responsables religieux, politiques et autres bien plus proches de chez nous, qui encouragent par leur inertie et leur silence les suppôts de la "tradition" sanglante...
 
 
 
____________________________________________________________________________
 

 

 

Crise des éleveurs

L214 réagit

À la suite du mouvement de colère des éleveurs français de ces dernières semaines, France TV s'est entretenu avec Brigitte Gothière, porte-parole de L214, au sujet du modèle agricole défendu par le gouvernement et de la situation de crise du côté des agriculteurs.

 

Extrait :

France TV info : comprenez-vous la colère des éleveurs ?

Brigitte Gothière : La mobilisation montre bien leur détresse. Évidemment, il y a un gros problème par rapport à leur niveau de revenus. Ce sont des professions sous perfusion, avec des subventions diverses et variées. On a poussé ces éleveurs dans un modèle qui, économiquement, ne marche pas. On le voit, crise après crise, je ne sais pas ce qu'il faut comme preuve supplémentaire.
Ces productions créent de la misère humaine, mais aussi une très grande misère au niveau des animaux, qui sont des êtres sensibles et qui aimeraient eux aussi vivre leur vie de la meilleure manière possible. Sans compter qu'on a des terres en surface limitée et de l'eau en quantité limitée. Il faut beaucoup plus d'énergie pour produire une calorie d'origine animale qu'il n'en faut pour une calorie d'origine végétale : l'élevage est une aberration de ce point de vue-là. Le système marche vraiment sur la tête.

→ Lire l'interview complète

La souffrance en direct

Une webcam filme 2 truies enfermées

Deux mères reproductrices sont actuellement filmées en direct et en continu par un élevage de cochons au sud de l'Allemagne. Hors champ mais alignées côte à côte, 248 autres truies mènent la même existence, entre les barreaux d’une cage en métal...

→ Lire la suite sur le blog de L214

 
 
 
 
 

Des animaux heureux !

Une autre vie est possible

Tamara Kenneally gère un refuge en Australie pour des animaux sauvés des élevages et des abattoirs. Venez découvrir une sélection de ses photos sur le blog de L214.

" [...] Il me tient à coeur de permettre aux gens de voir les animaux de ferme comme des individus plutôt que comme du “bétail”. Les animaux élevés pour leur viande, leur lait ou leurs oeufs sont tout aussi dignes de mener une existence riche et heureuse que les chiens ou les chats." Tamara Kenneally

→ Parcourir les photos

 
 
 
 
 
 
 
 
__________________________________________________

 

Crise des éleveurs

L214 réagit

À la suite du mouvement de colère des éleveurs français de ces dernières semaines, France TV s'est entretenu avec Brigitte Gothière, porte-parole de L214, au sujet du modèle agricole défendu par le gouvernement et de la situation de crise du côté des agriculteurs.

 

Extrait :

France TV info : comprenez-vous la colère des éleveurs ?

Brigitte Gothière : La mobilisation montre bien leur détresse. Évidemment, il y a un gros problème par rapport à leur niveau de revenus. Ce sont des professions sous perfusion, avec des subventions diverses et variées. On a poussé ces éleveurs dans un modèle qui, économiquement, ne marche pas. On le voit, crise après crise, je ne sais pas ce qu'il faut comme preuve supplémentaire.
Ces productions créent de la misère humaine, mais aussi une très grande misère au niveau des animaux, qui sont des êtres sensibles et qui aimeraient eux aussi vivre leur vie de la meilleure manière possible. Sans compter qu'on a des terres en surface limitée et de l'eau en quantité limitée. Il faut beaucoup plus d'énergie pour produire une calorie d'origine animale qu'il n'en faut pour une calorie d'origine végétale : l'élevage est une aberration de ce point de vue-là. Le système marche vraiment sur la tête.

→ Lire l'interview complète

La souffrance en direct

Une webcam filme 2 truies enfermées

Deux mères reproductrices sont actuellement filmées en direct et en continu par un élevage de cochons au sud de l'Allemagne. Hors champ mais alignées côte à côte, 248 autres truies mènent la même existence, entre les barreaux d’une cage en métal...

→ Lire la suite sur le blog de L214

 
 
 
 
 

Des animaux heureux !

Une autre vie est possible

Tamara Kenneally gère un refuge en Australie pour des animaux sauvés des élevages et des abattoirs. Venez découvrir une sélection de ses photos sur le blog de L214.

" [...] Il me tient à coeur de permettre aux gens de voir les animaux de ferme comme des individus plutôt que comme du “bétail”. Les animaux élevés pour leur viande, leur lait ou leurs oeufs sont tout aussi dignes de mener une existence riche et heureuse que les chiens ou les chats." Tamara Kenneally

→ Parcourir les photos

 
 
 
 
 
 
 
 
_________________________________________________________________________

 

 

35 nuances de morts‏

 
 
Voici 35 raisons pour ne plus manger de la chair animale.
 
 
 
Info transmise par Romain Desbois
 
_______________________________________________________
 

Dans le numéro 1202 du 5 août 2015 de Charlie Hebdo, Luce Lapin, dans sa rubrique Les Puces, évoque ce qui se passe dans les fourrières et invite à signer la pétition de La Griffe ! Achetez-le vite !

L'équipe de 
La Griffe


La Griffe
BP 10152
63020 Clermont-Ferrand Cedex 2
lagriffe@orange.fr

 
 
 
 
__________________________________________________________________________
 
 
À NE PAS MANQUER :

TÉLÉRAMA  numéro double du 8 au 21 aout  à ne pas manquer , très bon articles sur la mer 

dont une interview de Paul Watson ET  bien plus !!!
 
 
 
Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 17:46
Pas de vacances pour les ours, les loups et les atteintes à la nature.‏

Royalement anti-loups :-(

Je vais commencer cette newsletter en vous remerciant. Merci pour l'accueil que vous avez fait au projet de bracelets éco-solidaires Bearz ! La collecte Ulule a déjà atteint son objectif. 120 bracelets ont déjà été réservés, soit 600€ collectés pour les associations partenaires (International Association for Bear Research & Management, Animals Asia, Andean Bear Foundation, Aider les ours et AVES France). http://bearz.org/les-projets-soutenus/

L'autre bonne nouvelle, c'est le renouvellement de notre soutien au refuge Amazoonico. Morgane, qui a rejoint il y a peu AVES France, abat un travail considérable pour collecter des fonds pour ce refuge. La preuve que les résultats d'une asso dépend en grande partie de l'implication de ses bénévoles : Merci Aves France – Amazoonico – Refuge pour animaux sauvages

On passe aux mauvaises nouvelles ? 
AVES France vous invite à donner votre avis à plusieurs sujets.

• D'abord le loup : écrivez à notre Ministre de l'Ecologie, pour lui dire ce que vous pensez de sa brigade anti-loups : Le loup : Royalement condamné

• Urgent : répondez à la consultation publique pour défendre les directives européennes "Oiseaux" et "habitats" : Consultation publique de la Commission Européenne : nature en danger

• Participez aux deux actions contre la venue de la montreuse d'ours Annie Lestienne aux Médiévales de Pierrefonds : Annie Vandendries Lestienne et son ours brun aux Médiévales de Pierrefonds

• Avant la fin du mois, répondez à la Consultation publique sur le cormoran

• Enfin, inscrivez-vous à notre nouvel outils contre les Montreurs d’ours : une liste de diffusion pour signaler les spectacles !

Avant de vous laisser, je vous conseille ce magnifique ouvrage sur les chauve-souris : Les Chauves-souris de France, Belgique, Luxembourg et Suisse – 2ème édition

Bel été.

Christophe CORET
Président d'AVES France

Le loup : Royalement condamné

Il ne se passe pas une semaine sans que le Sinistère de l'Ecologie ne produise une ineptie, une imbécillité, une décision absurde qui mette à mal la nature en France et la biodiversité. Normal direz-vous, puisque le Sinistère est dirigé par une politicienne qui ne connait aucun dossier relatif à la faune sauvage, et ne possède aucune connaissance scientifique, si …

Lire la suite.

Consultation publique de la Commission Européenne : nature en danger

ATTENTION, plus que quelques jours pour participer, vous avez jusqu'au 24 juillet pour défendre les directives "Oiseaux" et "Habitats". En Europe, des lois essentielles protègent les aspects les plus précieux de notre nature. La conservation de la vie sauvage et des espaces naturels les plus importants dépend de ces règlements. Hélas, actuellement la Commission Européenne envisage de saper ces lois, …

Lire la suite.

Merci Aves France - Amazoonico - Refuge pour animaux sauvages

http://amazoonico.tumblr.com/post/124084256665/merci-aves-france

Lire la suite.

Annie Vandendries Lestienne et son ours brun aux Médiévales de Pierrefonds

Les 15 et 16 août 2015 se tiendra l'édition 2015 des Médiévales de Pierrefonds, dans l'Oise. Cette année, les organisateurs n'ont rien trouvé de mieux que de faire appel à Annie Vandendries lestienne et à son ours brun. Nous avons la chance d'apprendre sa venue plus d'un mois avant l'évènement. A nous de peser de tout notre poids pour demander …

Lire la suite.

Montreurs d'ours : une liste de diffusion pour signaler les spectacles !

Chers adhérents, chers sympathisants, Afin d'améliorer notre communication sur les spectacles de montreurs d'ours, nous allons solliciter votre aide. Nous venons de créer une liste de diffusion à laquelle nous vous invitons à vous inscrire en envoyant un mail vide à : sos_ours-subscribe@aves.asso.fr Vous recevrez un message automatique auquel il faudra répondre pour confirmer votre inscription. Cela permet d'éviter le …

Lire la suite.

Consultation publique sur le cormoran : participez

Le cormoran est protégé au titre du régime général de protection de toutes les espèces d’oiseaux visées à l’article 1er de la directive 2009/147/CE relative à la conservation des oiseaux sauvages. Conformément au code de l’environnement il est toutefois possible de déroger à l’interdiction de destruction des spécimens pour prévenir : - des dommages importants aux piscicultures en étang ou …

Lire la suite.

Les Chauves-souris de France, Belgique, Luxembourg et Suisse - 2ème édition

Si vous ne devez posséder qu'un seul livre sur les chauves-souris, alors c'est celui-ci ! Reçu il y a quelques jours dans la boîte aux lettres de l'association, j'ai d'abord été surpris par son poids : 1,3 kg ! En voilà un qui va rivaliser avec mon vieux livre de collection L'ours brun de Marcel Couturier. A une différence près …

Lire la suite.

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 09:43
La Courtine, Mille veaux, et autant de raisons de dire « Non ! »

La Courtine, commune des confins de la Creuse, côté Corrèze, dans le Parc naturel régional de Millevaches, environ 700 habitants. C’est là que les éleveurs du secteur, soutenus par la FDSEA, ont choisi d’ériger les baraquements concentrationnaires et nonobstant ultra modernes qui devraient abriter, à terme, 1.400 « broutards », comme ils disent, à l’année. Il faut comprendre « des petits veaux de huit ou neuf mois », juste sortis des pis de leur mère. Ces « broutards » devraient y être engraissés pendant neuf autres mois avant de partir pour l’abattoir à Ussel, en Corrèze, pour y être égorgés selon le rituel halal (sans étourdissement préalable) avant que leurs cadavres dûment dépecés ne rejoignent les pays du « pourtour méditerranéen ».

On nomme cela par l’élégante locution de « centre d’engraissement ».

Des veaux de dix-huit mois… Sachant qu’un bovin peut vivre vingt-cinq ou trente ans… A dix-huit mois, c’est un gosse, un gamin, qui va passer sous le couteau et connaître l’impitoyable brutalité des hommes avant d’avoir même eu le temps de goûter à la douceur de vivre…

Des baraquements sinistres, mais neufs, au faîte d’une colline. Les travaux avancent vite. Il ne faut pas perdre de temps. La mort est au bout, et n’attend pas. On a appelé cela la « ferme-usine des Mille veaux », et si le sort des jeunes bovins n’intéresse visiblement pas grand monde, il est toutefois quelques individus qui se rebiffent, à différents titres, contre la manifeste généralisation de ce type de structure. Bien sûr, les principaux intéressés (on parle des éleveurs, pas des veaux qui auraient pourtant leur mot à dire s’ils pouvaient parler) invoquent l’économie, les lois du marché, l’avenir de l’agriculture et autres poncifs alors que l’on sait très bien que l’élevage, lui, n’a guère d’avenir… Mais passons. Certains veulent y croire encore. Ou faire semblant. C’est pour cela que les gouvernements (la France n’est pas en reste) injectent des sommes colossales dans une activité qui ne fonctionne que grâce à des perfusions d’argent public. Dans les veines des petits veaux coule un peu de la sueur du contribuable.

Un collectif, l’OEDA (Oui à l’étourdissement dans les abattoirs) a organisé, samedi 4 juillet, sa deuxième manifestation de protestation – la première avait eu lieu en janvier dernier – contre cette ferme-usine. Entre 400 et 500 personnes (530, a compté un participant…) s’étaient donné rendez-vous dans le village de La Courtine (quelques kilomètres plus loin, devant le site, les forces de l’ordre veillaient…). Le vendredi, un super-barbecue organisé par les éleveurs et la FDSEA avait réuni un millier de viandards… Le rapport de force, on en conviendra, n’est pas très équilibré mais inutile de se laisser impressionner par ce genre de considération quantitative, car, comme disait Cyrano, « Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais ! / Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès »… Bon, peut-être que le fameux « panache » du héros gascon ne trouvera guère d’écho auprès des militants pur jus…

Samedi, il s’agissait de prendre fait et cause une nouvelle fois contre la souffrance infligée aux bêtes par les hommes. C’est ce qui justifiait la présence de La Griffe et d’autres associations : laFondation Brigitte Bardot, représentée par Christophe Marie ; L214 et sa présidente Brigitte Gothière ; Causa, association creusoise, Dignité animale 03 ; la Convention vie et nature pour une écologie radicale et son « leader charismatique » Gérard Charollois… Le sujet commence à tracer son chemin, mais n’est pas encore, on en est loin, à la une des médias. Car ce que ceux-ci retiennent surtout, ce sont les considérations sur les dommages éventuels causés par l’élevage intensif sur la santé des consommateurs et l’environnement. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a un léger brouillage au niveau du message.

Sur la place de La Courtine, inondée d’un soleil brûlant, sur le podium miniature qui avait accueilli d’abord un jeune chanteur et sa guitare électrique – il avait égrené du Renaud et du Brassens, rien que des valeurs sûres -, Aurore Lenoir, coordinatrice de l’OEDA, a expliqué le pourquoi des risques sanitaires inhérents à ce type d’élevage. Serait-ce moins cruel si les risques n’existaient pas ? Bien sûr que non. A la limite, évoquer les risques, c’est avouer que l’on se contenterait d’élevages extensifs plus sains, et du même coup plus « respectueux de l’animal », comme on dit, plus épanouissants pour l’homme (voir les théories de Jacqueline Porcher sur la question). N’empêche qu’au bout, se profile toujours le spectre de l’abattoir. Dire « non » à l’élevage industriel, ne serait-ce pas dire « oui » à l’élevage artisanal ? Or la plupart de celles et de ceux qui se trouvaient samedi à La Courtine étaient pour le moins végétariens…

Doit-on obligatoirement s’en remettre à l’argument environnemental tout en se réclamant de la cause animale, comme si on craignait que les raisons de la seconde ne se suffisent pas à elles-mêmes ? Là est toute la question. Un jour, il faudra bien choisir. Car, quand bien même le monde entier renoncerait à l’élevage industriel, voire à l’élevage tout court, les animaux seraient-ils mieux traités pour autant ? Pas sûr…

Il y a un gouffre entre la pratique et ce qui motive une pratique. Un acte exemplaire effectué pour de mauvaises raisons restera entaché de ce malentendu originel. On peut être inoffensif par peur du gendarme. Que fera t-on lorsque le gendarme aura tourné le dos ? Cela ressort d’un réflexe d’esclave et non d’un acte d’homme libre. Là où le premier se laissera guider par sa peur des conséquences, le second affirmera la primauté de la conscience sur l’intérêt… Un peu comme Cyrano.

D’un côté, il y a une posture pragmatique et opportuniste, de l’autre une attitude digne et éthique. Faut-il faire un amalgame des deux ? Essayer d’exploiter l’une pour mieux servir l’autre ? Peut-on à la fois évoquer la souffrance des veaux et le fait que leur traitement aux antibiotiques puisse présenter des dangers pour le consommateur ? Quelle relation de l’une à l’autre ?

C’est une question que l’on devrait sérieusement se poser. Pour savoir qui nous sommes. Quel combat est le nôtre. Ce que nous cherchons vraiment. Il ne sert à rien de mélanger les genres. La cause animale n’a pas besoin de prétexte : santé, environnement… Et cessons d’assimiler les animaux à « l’environnement ». C’est réducteur et facile. Les animaux sont des individus. Comme nous.

« Les animaux sont nos égaux devant la souffrance », pouvait-on lire sur une pancarte. Pas seulement devant la souffrance. Il nous appartient à nous, animalistes, animalitaires, zoophiles, philozootes… de ne jamais oublier cela…

Josée Barnérias

Les interventions

Aurore Lenoir. Fidèle à son habitude de précision et de didactisme, elle a expliqué et argumenté, comme elle le fait à chaque fois, totalement maître de son sujet dont on mesure à quel point elle en a examiné, soupesé, étudié, les moindres facettes.

Christophe Marie. Le porte-parole de la FBB ne bouge pas d’un millimètre de sa mission : la cause animale.

Anne de Loisy. Cette journaliste a révélé bien des infos intéressantes, notamment que la France, au premier rang européen pour la production de poulets, au troisième pour la production de porcs, n’arrivait qu’à la 97e place pour ce qui est du nombre des vétérinaires chargés de veiller sur les élevages et les abattoirs.

Gérard Charollois. Le regard du président de la Convention vie et nature, tourné vers l’intérieur, n’en a que plus d’acuité. Son éloquence, son sens de la formule, la cohérence de son discours en font un tribun incontournable lorsqu’il s’attaque aux forces de l’argent, du productivisme, du profit qui tue, et lorsqu’il s’engage pour la cause du vivant. Il a annoncé officiellement son intention de présenter sa candidature à la prochaine élection présidentielle.

Brigitte Gothière. Le courage, la passion et la fougue sont toujours à l’œuvre chez les fondateurs de la jeune association L214 qui a effectué, depuis sa création, une percée fulgurante grâce à des actions audacieuses, une communication parfaitement maîtrisée et un discours on ne peut plus clair.

Acteurs. Enfin, une petite troupe anonyme a donné, façon théâtre de tréteau, mystère-bouffe médiéval, un court spectacle allégorique. Le fric, qui rend cupide, inhumain et aveugle, le sang, la souffrance, et la rédemption possible grâce à la conscience.

La conscience… Quoi d’autre ?

[haut]
Le stand de La Griffe...

Le stand de La Griffe...

Gérard Charollois, président de la Convention vie et nature.

Gérard Charollois, président de la Convention vie et nature.

Aurore Lenoir, coordinatrice de l’OEDA.

Aurore Lenoir, coordinatrice de l’OEDA.

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 10:31

www.ecologie-radicale.org

La lettre de Gérard CHAROLLOIS le dimanche 5 juillet 2015

Tel 06 76 99 84 65

Faire gagner le vivant.

Jamais le nombre des animaux sacrifiés, maltraités, chosifiés n’a été aussi élevé qu’en cette époque de consommation et de productivisme de masse.

Jamais, la destruction de la nature n’a connu cette accélération et cette ampleur planétaire.

Jamais, les inégalités entre les hommes n’ont atteint ce paroxysme, aboutissant à la création de deux mondes, celui des humains ordinaires, celui des oligarques.

Jamais, le processus de progrès des moeurs et des manières engagé depuis la Renaissance ne s’est heurté à des impasses matérielles et morales, comme celles que dressent devant nous le fanatisme religieux des uns, la cupidité insatiables des autres qui sont parfois les mêmes.

Passer du théocentrisme à l’anthropocentrisme ne fut pas une promenade historique pavée de fleurs.

Ce passage inéluctable provoque encore, de nos jours, des convulsions confinant au criminel, quand ce n’est pas au ridicule, dans certaines contrées longtemps à l’écart de l’évolution de la pensée.

Passer de l’antrhopocentrisme au biocentrisme constitue notre combat, notre défi, notre impérieux devoir.

 

 

Après trente ans de militantisme associatif et nonobstant la répugnance que m’inspirent les joutes politiciennes, les petites querelles, les jeux de courants et d’assemblées générales masquant de subalternes ambitions égotistes, je me suis résolu  d’agir en politique, pour combattre les méfaits d’un monde cruel et suicidaire pour   œuvrer à l’émergence d’une société nouvelle intégrant dans l’ordre éthique les données des connaissances.

 

Par mes éditoriaux hebdomadaires, j’expose loyalement ce que je pense et ce que je préconise, n’étant pas un disciple de MACHIAVEL pour lequel il convient de taire ce que l’on pense et ne pas faire ce que l’on dit.

 

Il est temps de s’adresser à l’intelligence des humains et de cesser de les manipuler par la peur, les mythes, les slogans publicitaires, les jeux d’acteurs.

Je voudrais ici être très concret.

Ainsi, l’écologie qui m’anime, non seulement peut, mais  doit conclure des alliances avec d’autres forces politiques, car le pluralisme, antidote au monolithisme, s’avère vertueux.

Que résulterait-il d’une alliance avec d’autres forces politiques de progrès des mœurs et des manières ?

Soit, l’obtention de strapontins éjectables dans une assemblée élective ?

Soit, de vraies avancées sur la voie d’une société nouvelle répondant aux défis du temps ?

 

Tout dépend du rapport des forces.

Aussi longtemps quel’écologie politique recueillera 2% des suffrages, nos aspirations ne seront guère prises en considération par d’éventuels partenaires qui ne verront dans l’écologie qu’une jolie peinture verte pour leur façade.

Il faut sortir de la confidentialité, offrir aux citoyens en attente d’un souffle nouveau des perspectives et un grand dessein, et ne plus se satisfaire d’un soutien, sous perfusion, d’un allié au demeurant idéologiquement sénescent qui offrira quelques sièges dans les assemblées, tout en ignorant superbement nos aspirations fondamentales.

Pour ma part, si la mobilisation et l’ardeur de ceux qui me soutiennent m’autorisent à conduire le combat pour l’écologie, je prends un engagement :

Elever le débat en partant d’une analyse objective du monde tel qu’il va, pour dégager des propositions de résolution des crises écologiques, sociales, morales découlant des innovations techniques et scientifiques, ainsi que d’une mondialisation inédite dans l’Histoire.

Les changements apportées aux connaissances, puis aux conditions de vie des humains, par notre temps génèrent des occasions d’avancées, sans précédents dans l’Histoire, conquêtes qu’il faut saisir, mais aussi  des périls qu’il faut surmonter.

Je développerai ces perspectives, pour une issue de secours et pour une société plus altruiste, moins brutale, favorable à  la vie et à l’épanouissement des êtres.

Et puis, il y a le concret, l’immédiat, le plus facile à réaliser, sans aucun délai.

 

Il n’y aura d’union, avec nous, que si dans les six mois d’une législature sont abolies la corrida et la vénerie.

Ces abolitions, impératifs premiers, recueilleront l’approbation de 70% et plus des Français, ne coûteront rien au budget de l’Etat.

Pour les anthropocentristes, ces objectifs apparaissent mineurs. Ils sont au contraire révélateurs d’une éthique fondamentalement tournée vers le respect du vivant et le refus de la violence, de la cruauté, refus qui bénéficie tout autant aux animmaux qu’aux humains.

 

 

 

Cessons d’abuser l’opinion, les militants, les associations, en déposant des propositions de lois d’abolition, dont tout individu averti sait parfaitement qu’elles nes seront jamais examinées.

L’abolition de la torture tauromachique et des véneries doivent devenir des exigences, conditions de tout accord politique.

 

Sans philosophie, sans fondements éthiques, sans élévation, la politique n’est qu’un jeu méprisable, pour de très petits esprits narcissiques et vous en connaissez qui encombrent les écrans des télévisions propriétés des oligarques, personnages relevant d’un narcissisme pathologique.

 

Mais, pour nous, la politique, c’est du concret, du tangible, des objectifs précis, des engagements tenus.

Combien révélateur de la dégradation du personnel politique est l’anecdote suivante qui doit être contée :

La région Aquitaine, appelée à fusionner avec le Limousin et Poitou-charente, est  présidée, depuis quelques années déjà, par un  « socialiste », monsieur A. ROUSSET, candidat à sa propre succession et tête de liste présumée en GIRONDE.

Or, ce « socialiste » propose au président de la fédération départementale des chasseurs, Monsieur H. SABAROT, anciennement membre du CPNT, de figurer sur sa liste.

Le quotidien régional fait état de protestations de certaines sections socialistes du département devant cette perspective édifiante sur le niveau de la classe politique.

Simple faute morale, dérisoire péripétie d’un naufrage éthique d’un personnel politique incapable de se dégager des lobbies, des corporatismes, des firmes et des puissances d’argent.

 

 

 

Il se trouve encore des élus, y compris dits « socialistes » pour croire que la chasse est un loisir à flatter, une occasion de démagogie porteuse de voix !

Ce pitoyable faux-pas prouve que ces hommes politiques méprisent  le peuple en l’abaissant au rang de tueurs du dimanche.

Que feront les écologistes, en Aquitaine, au second tour des régionales, en décembre prochain ?

Soutiendront-ils les listes de Monsieur ROUSSET, pro-chasse et par ailleurs partisan des lignes à très grande vitesse dévoreuses d’espaces  naturels, nature qui ne le préoccupe guère ?  

Je vous propose, amis du vivant, de faire de la politique autrement.

Par-delà les chapelles protectionnistes, les petites inimitiés, les rivalités de courants, unissons-nous pour faire gagner le vivant, pour dessiner un monde dans lequel le progrès sera qualitatif et biophile, l’inverse de ce que sécrètent les « libéraux » adorateurs de la compétition, de la concurrence, de l’exploitation, de l’écrasement d’autrui dans une course frénétique au profit.

 

 

Gérard  CHAROLLOIS

CONVENTION VIE ET NATURE

MOUVEMENT D’ECOLOGIE ETHIQUE ET RADICALE

POUR LE RESPECT DES êtres vivants et des equilibres naturels.

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux Politique
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 10:33
Vous vous souvenez sans doute de la pétition qui a circulé il y a une semaine ou deux à propos d'une petite génisse qui s'était sauvée d'un abattoir... Il s'agissait d'empêcher qu'elle y retourne, son refus éperdu de mourir ayant bouleversé toute la planète de la cause animale. En deux ou trois jours, la pétition a obtenu plusieurs dizaines de milliers de signatures, ce qui est énorme. Nous-mêmes, à La Griffe, nous l'avons signée et relayée. Et aujourd'hui nous sommes heureux que Marguerite soit définitivement sauvée.
Mais une telle mobilisation a de quoi surprendre, pour un seul animal, alors que chaque jour, environ 20.000 bovins passent "sous le couteau" dans les abattoirs français. On peut supposer que, parmi eux, beaucoup préfèreraient se faire la belle...
On aimerait bien que cette belle mobilisation ne reste pas seulement sur le papier...
A propos, samedi 4 juillet, il y a une manifestation à la Courtine (23) pour protester contre certains types d'élevage On pourra même protester contre TOUS les types d'élevages, contre le principe même de l'élevage, et donc contre l'existence des abattoirs.
Mais passons. Ce qui nous a profondément choqués dans cette affaire, c'est le bénéfice qu'en a tiré le maquignon qui, sans vergogne, demandait 10.000 euros contre Marguerite.
C'est l'association Stéphane Lamart qui était sur le coup. En négociant, ils ont fini par se mettre d'accord sur... 5.500 euros, à peu près dix fois le prix de la "viande"... Le prix de la vie...
 
Marguerite et le business‏ ... plus infos sur la manif samedi 4 juillet à La Courtine.

Résumé de la situation...

Le projet de centre d'engraissement de 1000 veaux, à St Martial le Vieux, dans La Creuse, est une aberration tant sur le plan écologique (situé dans le Parc Naturel Régional de Millevaches), qu'économique, qu'au regard du bien-être animal: Des veaux entassés dans des hangars, engraissés aux compléments alimentaires et aux antibiotiques, abattus 7 mois plus tard.

La SAS Alliance Millevaches, porteuse du projet, tente d’imposer un modèle agricole intensif sous le terme fallacieux de « durable ».

Qui est la SAS Alliance Millevaches ? Parmi les premiers actionnaires : Pierre Chevalier (ex président de la Chambre d’Agriculture de la Corrèze et ex président de la Fédération Nationale bovine), Pascal Lerousseau (vice-président de la Chambre d’Agriculture de la Creuse et président de la FDSEA Creuse), Bruno Bunisset (directeur de l’abattoir d’Ussel et du Marché au Cadran)…

Un projet destiné à alimenter la « malbouffe » et le monopole de l’agro industrie sur un secteur déjà mis à mal, et dont les garanties de pérennité et de viabilité économiques sont si légères qu’elles peinent à convaincre les professionnels.

La logique commerciale de la SAS Alliance Millevaches nous échappe totalement. L’un de leurs arguments phare consiste à dire que la viande sera vendue sur le marché italien, alors qu’eux-même reconnaissent que ce marché est déjà saturé. Les marchés grec et espagnol sont évoqués mais l’on connait les graves difficultés économiques actuelles au sein de ces deux pays. Demeure un dernier marché possible, bien que peu fiable, comme le reconnait la SAS Alliance Millevaches : le pourtour méditerranéen.

Par conséquent, nous revenons sur la problématique de l’égorgement en pleine conscience des veaux, en suivant la logique même des porteurs de projet qui, dans le même temps, osent encore affirmer que l’abattage sera conventionnel.

Par ailleurs, il est précisé, dans le dossier de présentation du projet, que la majorité des animaux seront abattus à Ussel (Corrèze). Quid des 49% restant ?

Le Groupe Les Mousquetaires Intermarché, via sa filiale viande, Jean Rozé, est en train de finaliser un contrat sur 6 ans, avec la SAS Alliance Millevaches, devenant ainsi l'unique client du futur centre d'engraissement.

La SVA Jean Rozé a récemment assuré que les veaux seraient abattus avec étourdissement préalable (contrairement à ce qui était annoncé: http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/departement/creuse/2014/11/28/la-ferme-des-mille-veaux-prend-forme-dans-la-creuse_11237214.html). Cependant, l'abattoir d'Ussel (où seraient abattus une partie des veaux), comme celui de la SVA Jean Rozé (en Ille en Vilaine, où il était question, dans un premier temps, d'abattre les veaux), pratiquent déjà largement l'égorgement en pleine conscience. Nous n'avons donc aucune garantie quant au mode d'abattage et les promesses de chacun n'engageront que ceux qui seront assez dupes pour les écouter...

On peut reconnaitre à la SAS Alliance Millevaches une intelligence rhétorique, bien que parfaitement malhonnête, en usant de termes tels que « durable », « exploitation familiale », « approvisionnement de proximité », ou encore en faisant l’énumération des obligations légales auxquelles tout élevage doit se conformer, comme s’il s’agissait d’un atout ou d’une nouveauté.

Nous informons le grand public de la réalité de ce projet, la SAS Alliance Millevaches et le Groupe Les Mousquetaires Intermarché s’ingénient à la masquer !

Il s’agit d’argent public gaspillé, qui aurait pu bénéficier aux nombreuses exploitations agricoles creusoises en difficulté.

Nous comptons sur la déontologie et le discernement des élus du Conseil Régional pour ne pas accorder de subvention à un tel projet.

Nous dénonçons la logique industrielle du Groupe Les Mousquetaires Intermarché ainsi que des éleveurs membres de la SAS Alliance Millevaches, prêts à tout pour dégager de nouveaux profits, laissant de côté la santé des consommateurs, l’environnement, comme le bien-être animal.

Ce projet pourrait être subventionné à hauteur de 625000 euros par l’Etat (75000 euros du Conseil Général, 150000 euros du Conseil Régional; et 400000 euros du Ministère de la Défense, déjà alloués). A cela, il faut ajouter l'emprunt que la Communauté de Communes des Sources de la Creuse prévoit de contracter pour réaliser l'ensemble des travaux du centre.

Le Conseil régional n'a pas encore délibéré au sujet d'une éventuelle subvention et le contrat avec la SVA Jean Rozé est en cours de finalisation, c'est le moment d'agir en exprimant votre opposition ! Cliquez ici.

 

Contact: collectif.oeda@gmail.com

Ce que vous pouvez faire ! Cliquez ici.

 

 

 

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 10:53

Concert ce soir en soutien à L214 : lire plus sur :

http://www.l214.com/agenda-evenement-animaux

Artistes
Programme

Mendelssohn : trio en ut mineur opus 66
Schubert : divertimento à la hongroise pour piano à quatre mains D 818
Brahms : trio en Si majeur opus 8

Lieu

Au Théâtre du conservatoire national d'art dramatique
2 bis rue du conservatoire 75009 Paris
M° Grands Boulevards

→ Réservez votre place !

Concert exceptionnel à Paris !

Mardi 30 juin à 20h30

au Théâtre du conservatoire national d'art dramatique Paris 9e

Joindre l'utile à l'agréable ? C'est ce que vous propose Michèle Scharapan avec ce concert en soutien à L214 !

_______________________________________________________
 

Consultation publique Bourgogne : tir de nuit du renard dans l'Yonne

Merci de participer en masse à cette consultation, vous avez jusqu'au 1er juillet seulement, ça urge !! Et à propos, admirez l'argument du projet d'arrêté : Afin de ne pas anéantir les efforts de gestion menés depuis plusieurs années dans le département en faveur de la reconstitution des populations de petit gibier, il s’avère nécessaire de limiter les populations de …

Lire la suite.

 

 

 

_

Montreur d'ours à Bourg le roi (72) le 28 juin

L'association 'Bourg le roi animation et patrimoine' a fait appel à F.Chesneau et à l'ours Valentin pour la 13ème fête médiévale de cette commune. Il est important de dénoncer systématiquement ce genre d'exhibition et d'informer les organisateurs et les communes de notre lutte contre ce genre de spectacle. Le formulaire ci-dessous vous permettre de vous adresser à eux pour protester …

Lire la suite.

---
 

Bourgogne : participez aux consultations publiques

Eau et Biodiversité - Un document a été ajouté sur la consultation Projet d'arrêté portant désignation du site Natura 2000 vallées de la Cure et du Cousin dans le Nord Morvan (zone spéciale de conservation). Cliquez sur le lien ci-après pour accéder à cette consultation :http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=1017 - Un document a été ajouté sur la consultation Projet d'arrêté portant désignation …

Lire la suite.

 

 

____________________________________________________________________________________

 
entete-lettre_cap-loup

L’État détruira-t-il 36 loups au mépris de la volonté des Français ?

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – 18 JUIN 2015 2 500 personnes ont déjà répondu à la consultation publique en cours sur le projet d’arrêté ministériel encadrant les tirs de loups. Cette mobilisation est énorme pour une consultation, et très majoritairement contre le projet. Le ministère osera-t-il prendre cet arrêté, malgré le rejet des citoyens et des associations ? Soyons encore plus nombreux …

Lire la suite.

_________________________________________________________________________________________________________

Le Ripoublicain Lorrain continue de servir la soupe au TigerWorld d'Amnéville

Hier, lundi 1er juin 2015 à 16h41, nous avons reçu un message d'une "journaliste" - permettez les guillemets - du "Républicain" Lorrain, nous demandant de la rappeler dans l'heure, car un article allait être publié dans l'édition du lendemain au sujet de l'annulation du happening contre TigerWorld.     Pour rappel, AVES France et Code animal ont lancé une action depuis …

Lire la suite.

 

 


Une grève de la faim a été décidée par plusieurs personnes pour protester contre l'élevage de primates de Niederhausbergen, près de Starsbourg, destinés à l'expérimentation. Les premiers ont, au bout d'une trentaine de jours, cessé leur grève, mais d'autres ont pris le relais, parmi lesquels deux adhérentes de La Griffe.
Souhaitons-leur bon courage et réussite !
 
 
 
L'équipe de La Griffe
 
 
 
 
 
Voici un message de Monique Morin, de Dignité animale 03, gréviste de la faim, et adhérente de La Griffe...

 
Depuis le samedi 20 juin 2015, j'ai entamé une grève de la faim​
​ stricte à l'eau plate pour protester contre l'extension du centre de primatologie de​
​ 
Fort Foch à Niederhausbergen, près de Strasbourg.
​ A ce jour, j'ai perdu 5 kg.

 

 

Les singes en provenance d'Asie et de l'île Maurice sont revendus aux laboratoires de vivisection et doubleraient en quantité suite à l'autorisation d'extension du centre accordée par le préfet du Bas-Rhin. Il y a actuellement 800 singes de différentes espèces, dont certaines menacées, et il y aura donc 1600 singes si le préfet ne revient pas sur sa décision. Je désapprouve évidemment cette décision irresponsable qui favorise l'import-export de singes. L'expérimentation animale est en recul grâce aux méthodes scientifiques substitutives qui sont sans cruauté, complètement fiables pour la santé humaine et beaucoup moins coûteuses. Cette extension doit être annulée et Fort Foch, ce centre d'enfermement d'un autre âge, doit fermer. 

 

La grève de la faim stricte et pour une durée illimitée a été initialement entreprise à Strasbourg le samedi 16 mai 2015 par Christophe Lepretre. Progressivement, près de 20 personnes ont rejoint cette action depuis leur localité pour revendiquer la fermeture de ce centre. Certains grévistes totalisant un grand nombre de jours de totale abstinence alimentaire, voyant leur état de santé se dégrader, sont aussitôt relayés par de nouveaux militants. Tous sont déterminés à poursuivre leur action tant que le développement de la primaterie sera maintenu. Ainsi, un véritable mouvement de jeûne protestataire, inédit en France, est né de façon naturelle et spontanée de la part de citoyens qui refusent une telle activité commerciale honteuse.

 

Pour ceux qui voudraient me soutenir dans mon combat, ci-après, la pétition pour la fermeture de cette primaterie : http://www.mesopinions.com/petition/animaux/refusons-ouverture-extension-elevage-1600-primates/13210

 

 

 

 

 

https://www.facebook.com/pages/Dignité-Animale-Allier/778501365547869

"N'ayez jamais peur de faire ce qui est juste, surtout si le bien-être d'une personne ou d'un animal est en jeu. Les punitions de la société sont faibles comparées aux blessures que nous infligeons à notre âme quand nous détournons notre regard ". Martin Luther King
 
 
 
 
 

Une grève de la faim a été décidée par plusieurs personnes pour protester contre l'élevage de primates de Niederhausbergen, près de Starsbourg, destinés à l'expérimentation. Les premiers ont, au bout d'une trentaine de jours, cessé leur grève, mais d'autres ont pris le relais, parmi lesquels deux adhérentes de La Griffe.
Souhaitons-leur bon courage et réussite !
 
 
 
L'équipe de La Griffe
 
 
 
 
 
Voici un message de Monique Morin, de Dignité animale 03, gréviste de la faim, et adhérente de La Griffe...

 
Depuis le samedi 20 juin 2015, j'ai entamé une grève de la faim​
​ stricte à l'eau plate pour protester contre l'extension du centre de primatologie de​
​ 
Fort Foch à Niederhausbergen, près de Strasbourg.
​ A ce jour, j'ai perdu 5 kg.
 

 

Les singes en provenance d'Asie et de l'île Maurice sont revendus aux laboratoires de vivisection et doubleraient en quantité suite à l'autorisation d'extension du centre accordée par le préfet du Bas-Rhin. Il y a actuellement 800 singes de différentes espèces, dont certaines menacées, et il y aura donc 1600 singes si le préfet ne revient pas sur sa décision. Je désapprouve évidemment cette décision irresponsable qui favorise l'import-export de singes. L'expérimentation animale est en recul grâce aux méthodes scientifiques substitutives qui sont sans cruauté, complètement fiables pour la santé humaine et beaucoup moins coûteuses. Cette extension doit être annulée et Fort Foch, ce centre d'enfermement d'un autre âge, doit fermer. 

 

La grève de la faim stricte et pour une durée illimitée a été initialement entreprise à Strasbourg le samedi 16 mai 2015 par Christophe Lepretre. Progressivement, près de 20 personnes ont rejoint cette action depuis leur localité pour revendiquer la fermeture de ce centre. Certains grévistes totalisant un grand nombre de jours de totale abstinence alimentaire, voyant leur état de santé se dégrader, sont aussitôt relayés par de nouveaux militants. Tous sont déterminés à poursuivre leur action tant que le développement de la primaterie sera maintenu. Ainsi, un véritable mouvement de jeûne protestataire, inédit en France, est né de façon naturelle et spontanée de la part de citoyens qui refusent une telle activité commerciale honteuse.

 

Pour ceux qui voudraient me soutenir dans mon combat, ci-après, la pétition pour la fermeture de cette primaterie : http://www.mesopinions.com/petition/animaux/refusons-ouverture-extension-elevage-1600-primates/13210

 

 

 

 

 

https://www.facebook.com/pages/Dignité-Animale-Allier/778501365547869

"N'ayez jamais peur de faire ce qui est juste, surtout si le bien-être d'une personne ou d'un animal est en jeu. Les punitions de la société sont faibles comparées aux blessures que nous infligeons à notre âme quand nous détournons notre regard ". Martin Luther King
 
Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 11:02

Communiqué de presse OEDA / Ferme des 1000 Veaux

24 juin 2015

L’OEDA vous convie à « l’ Agrimafieux à la broche » !

Samedi 27 juin, Place Bonnyaud, Guéret, de 10h à 12h.

La FDSEA 23 lance une invitation à soutenir le projet de Ferme-Usine des 1000 Veaux, autour d’une « génisse à la broche », le 3 juillet prochain, à la veille de notre manifestation.

L’OEDA ne pouvait manquer de répondre à cette provocation.

Nous rappelons que, selon un sondage récent (sondage ODOXA, publié en février 2015, dans Le Parisien), 87 % des français sont pour de petites exploitations et des produits de qualité.

La méthanisation est de nouveau mise en avant, bien qu’aucune étude n’ait été publiée et mise à disposition du public. De graves imprécisions demeurent sur la composition exacte du digestat issu du méthaniseur et ses effets sur le sol et le sous-sol (nappes phréatiques). D’autres déchets, potentiellement dangereux, émanant de « collectivités » (hôpitaux ?) pouvant à l’avenir, au gré des législations variables, être autorisés dans cette unité de méthanisation.

La rentabilité de la Ferme comporte davantage de risque que de valeur ajoutée pour les paysans du Limousin. Les exploitants entrés dans ce regroupement ne pourront plus en sortir. Ils subiront la loi dictée par l’industriel et finalement la possible faillite.

C’est la ruine générale de la ruralité sous prétexte de la sauver !

Intermarché présentera une belle publicité vantant les mérites du veau limousin élevé et nourri au cœur du PNR de Millevaches.

Pour nourrir les veaux artificiellement, au lieu de pâtures favorables à leur bien-être et au bon équilibre général, il faudra des aliments importés, poussant avec engrais chimiques et pesticides. C’est le cas de l’alimentation proposée par les fournisseurs de la SAS Alliance Millevaches : Natéa, Compérat…

Nous sommes donc loin de l’image de « produit naturel du terroir » que servira Intermarché à ses clients…

Nous attendons 1000 personnes pour notre manifestation du 4 juillet prochain, à La Courtine. Nous continuons d’appeler à la mobilisation avant qu’il ne soit trop tard… avant que la Creuse soit un nouvel et triste exemple à l'image de La Somme.

Nous appelons tous les citoyens à venir manifester, le 4 juillet : en faveur d’une agriculture durable, de petites exploitations familiales et contre l’intégration par les industriels !

Le destin agricole de La Creuse se joue aujourd’hui. Il s’agit d’un tournant irréversible !

Si vous êtes sur Guéret samedi, n'hésitez pas à passer nous voir, pour soutenir la campagne !



Aurore LENOIR

Coordinatrice du Collectif OEDA
Pour l'étourdissement obligatoire des animaux dans les abattoirs.

collectif-oeda@gmail.com

07 88 35 06 10

Présidente de l'association INSTINCT

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 10:42
Ce samedi, grande marche pour la fermeture des abattoirs à Paris

Ouvrons les yeux, fermons les abattoirs !

Grande marche à Paris, ce samedi

Les animaux ne veulent pas souffrir, ne veulent pas être tués. Comme nous, ils aspirent à vivre pleinement leur vie. Pourtant des milliards d'entre eux sont exploités, maltraités et tués. Ce massacre est tellement grand qu'il est difficile de se le représenter.

La marche pour la fermeture des abattoirs fait entendre leurs voix au travers des nôtres.

Venez participer au grand rassemblement pour la fermeture des abattoirs à Paris !
Soyons nombreux à défendre les animaux !

Ce samedi, grande marche pour la fermeture des abattoirs à Paris

La marche

  • RDV à 13h30
  • Place de la République
  • Vente de t-shirts sur place
  • Fin de la marche à 17h

La Vegan Place

  • À partir de 12h jusque 19h
  • Place de la République
  • Plus de 20 exposants (dont glaces et gaufres véganes)

Les cars aux départs de Rennes et Strasbourg sont complets !
Il reste quelques places aux départs de Lille (arrêt Arras) et de Lyon (arrêts Dardilly, Chalon-sur-Saône, Auxerre). Pour réserver, rendez-vous sur la boutique en ligne de L214.

→ Le site de la Marche

→ La réalité des abattoirs

→ L'événement Facebook

→ Voir les photos de 2014

 
Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 11:37

Aux Mille vaches : « Ils m’ont traité comme un chien et ils maltraitent les vaches »

la ferme aux mille vaches ....accablant !‏

Les conditions de vie à la ferme-usine des Mille vaches ne sont pas idéales : animaux maltraités, salariés harassés. Reporterre publie un témoignage accablant. Et la réponse de Michel Ramery, qui relativise les faits rapportés.


« Il m’a demandé : il te plaît ton boulot ? J’ai répondu que je devais réfléchir. Il m’a dit,’T’inquiète, j’ai déjà réfléchi pour toi, tu pars’. » Voici comment notre témoin a été licencié de la ferme-usine des Milles vaches, à Drucat, dans la Somme.

« Ils m’ont traité comme un chien et ils maltraitent les vaches. C’est pour cela qu’aujourd’hui je parle. » Sous couvert d’anonymat, cet ex-salarié de la ferme-usine a accepté de se confier à Reporterre. Il a été renvoyé il y a peu de temps. S’il souhaite qu’on ne dévoile pas son nom, c’est qu’il est actuellement à la recherche d’un nouvel emploi… Pour prouver son identité, il nous envoie une fiche de paie ; il était rémunéré au Smic.

Première surprise, il y aurait plus de 485 vaches dans la ferme-usine. « Cela fait longtemps qu’il y en a plus, on en est à 723 maintenant. Je le sais parce que c’est écrit sur le roto [l’appareil de traite – NDLRen fin de traite. Des camions amenant de nouvelles vaches arrivent souvent. Le temps où j’étais là, au moins quatre-vingt sont arrivées. On m’a dit qu’elles venaient d’un grand élevage du centre de la France, qui a fermé. » En avril, pourtant, le ministre de l’Agriculture avait promis qu’il faudrait une enquête publique pour aller au-delà de cinq cents bovins.

« Elles sont traites trois fois par jour, sauf les malades qui sont traites deux fois par jour. » Pourquoi traire les vaches trois fois par jour « Ils disent que c’est pour éviter la saturation du pis. Parce que quand les pis sont pleins, la vache ne produit plus de lait. » En clair, traire les vaches trois fois par jour permet de leur faire produire plus de lait.

Selon lui, les animaux sont en très mauvaise santé : « Dans le troupeau, il y a au moins 300 vaches qui boitent. Elles sont fatiguées, maigres. Elles ont des ongles trop longs ou des sabots qui pourrissent. Elles marchent à longueur de journée dans leurs excréments. D’habitude, on nettoie tous les deux jours dans ce type d’élevage, là c’est tous les quinze jours. Les vaches sont sales. »

la ferme aux mille vaches ....accablant !‏

« Dans un élevage normal, quand une vache boite, on regarde ce qu’elle a. Mais là, on ne regarde pas quel est le problème. Les responsables ne veulent pas mettre de produit pour soigner les bêtes, parce que ça coûte cher et que c’est du boulot. »

D’après notre témoin, le responsable qui gère l’élevage au quotidien, Stéphane,« vient du milieu du cochon, du coup il s’occupe n’importe comment des vaches. Il les tue accidentellement. Par exemple, il ne sait pas les faire vêler [accoucher-NDLR],alors une vache a fait une hémorragie interne. »

Résultat : « Il y a au moins deux ou trois vaches qui meurent chaque semaine, c’est beaucoup quand même. Les responsables disent que c’est normal que les vaches soient malades parce qu’il y en a beaucoup. »

Selon le témoignage, ce « patron », Stéphane, « se promène avec une bouteille en verre. Il dit que dedans, il y a du produit pour euthanasier les vaches quand elles sont trop malades. On lui dit que c’est interdit, que c’est au véto de le faire. Il nous répond de nous taire... »

Combien de personnes travaillent-elles dans la ferme-usine « Quand je suis arrivé, il y avait une comptable, une secrétaire, deux responsables et trente-trois employés. Quand je suis parti, on n’était plus que quinze. » Il nous décrit des rotations d’équipes minutées, organisées comme à l’usine : « Il y a deux équipes, celle qui travaille de 5 h à 14 h 30 et celle qui travaille de 14 h 30 à minuit. »

Selon lui, « ici on n’est pas respecté ». Stéphane, qui gère aussi le personnel au quotidien, « nous prend pour ses chiens. Quand on laisse traîner nos affaires, par exemple, il les jette. »

« Les salariés sont usés, comme les vaches », résume-t-il.

La réponse de Michel Ramery, propriétaire de la ferme-usine des Mille vaches

Reporterre a pu joindre Michel Ramery, entrepreneur qui a lancé la ferme-usine des Mille vaches. Il nous dit être au Sénégal et accepte de répondre à nos questions. Combien y a-t-il de vaches dans sa ferme « A peu près 500 », affirme-t-il. Mais selon nos informations, il y en aurait plutôt 700. « Oui, c’est possible, admet-il. Cela fait un mois que je suis parti, mais il y en a quelques unes de plus qui sont arrivées. Donc mettons 700. »

Autres informations données par notre témoin, qu’il confirme : les vaches sont traites trois fois par jour et une quinzaine de salariés s’en occupent. Il sont payés au Smic, plus les heures supplémentaires.

En revanche, l’entrepreneur nie que les animaux puissent être en mauvaise santé et mal soignés. « Une vache ça vaut de l’argent, ce n’est pas dans notre intérêt de les faire mourir, elles sont bien soignées. Quand quelqu’un perd une vache sur cinquante, ça fait mal. Mais c’est vrai qu’avec 700 vaches, on peut en perdre 14... »

« Les vaches, elles sont soignées parfaitement, affirme-t-il. Je suis un perfectionniste ! »

Pourtant, redisons-nous, on nous rapporte qu’il en meurt deux ou trois par semaine ?« Ce n’est pas trois par semaine ! Les vaches mortes, c’est un problème qu’on a eu au début parce qu’on a dû les ramener en cachette. (…) Au début, on avait un peu plus de mortalité que la normale. On a acheté des vaches un peu partout et elles n’ont pas apprécié le changement de bâtiment. Mais maintenant, on est dans des critères normaux de pertes de vaches. »

Du côté des salariés, leur nombre a-t-il diminué ces derniers temps ? Il conteste vigoureusement. « C’est du non sens, on a plus de vaches, donc on a davantage de salariés pour les traire ! » Il reconnaît que « cinq ou six » employés sont partis. Mais pas parce qu’ils ont été renvoyés : « Il y a un gars qui n’était pas mal, je lui ai demandé pourquoi il ne restait pas, il m’a répondu qu’il gagnait 150 euros de plus au chômage ! »


Lire aussi : Décès inattendus à la ferme-usine des 998 vaches

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans animaux
commenter cet article