Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de le journal de campagne de KIKI DU 78
  • Le blog de le journal de campagne de KIKI  DU  78
  • : Cet espace est réservé à des informations souvent ignorées par les " grands " médias, et à divers sujets d'actualité , en vue d'échanges de points de vues.
  • Contact

Recherche

Liens

16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 18:22
Je me demande ce qu'il va rester à tuer dans notre beau pays !!! Et comme je l'ai déjà dit dans un article concernant ce sujet : nous avons voulu le changement , nous l'avons eu, mais en PIRE !
PARTICIPEZ !!! c'est très important !!!
_____________________________________________________________________________________________
Bonjour à tous,

Nous vous signalons que quatre nouveaux projets réglementaires sont actuellement en consultation sur le site du Ministère dit de l’Ecologie.  Trois de ces mesures sont exclusivement destinées à satisfaire aux moindres désirs des chasseurs, sans aucune justification scientifique.

La Fédération FNE ainsi que l'ASPAS demandent de réagir en utilisant les liens indiqués par le Ministère pour donner votre avis sur ces mesures pro-chasse.

FNE et ASPAS fournissent également un argumentaire que vous trouverez ci-dessous et que vous pourrez reprendre à votre compte.

Merci à tous de trouver le temps de participer à ces consultations en réagissant avant le 26 janvier, date limite.
Christian MAILLETAS
Administrateur CVN



1) Arrêté autorisant l'usage du pigeon colombin comme appelant
http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/am-appelants-2012-12

Contexte
Actuellement, seul le pigeon ramier est autorisé comme appelant pour la chasse aux colombidés.
La demande d'autoriser l'usage de pigeons colombins émane de la FDC des Pyrénées-Atlantiques où certaines installations de chasse, appelées "rouquetières", chassent uniquement le pigeon colombin. Cependant, l'arrêté étend, sans aucune nécessité, cette autorisation à deux régions entières (Aquitaine et Midi-Pyrénées), alors que dans les autres départements les installations chassent les deux espèces de pigeons et que les chasseurs peuvent déjà utiliser des pigeons ramiers comme appelants. 


Position de FNE
FNE est opposée à l'extension de cette autorisation à l'ensemble des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées et demande que l'usage du pigeon colombin comme appelant soit restreint au seul département des Pyrénées Atlantiques.

Arguments
Le pigeon ramier est déjà utilisé comme appelant pour la chasse des deux espèces (ramier et colombin) et rien ne justifie d'autoriser le pigeon colombin comme appelant, en dehors  du département des Pyrénées-Atlantiques.
Les populations migratrices du pigeon colombin ont connu un fort déclin depuis plusieurs années, et autoriser l'usage de cette espèce comme appelant va augmenter la pression de chasse sur cette espèce.

Commentaires de l’ASPAS : 

Cette décision, qui facilite et favorise encore la chasse à la « palombe », ne vise qu’à complaire aux adeptes de cette pratique.

 

En autorisant l’utilisation du pigeon colombin comme appelant vivant dans les régions du sud-ouest, cette décision encourage la chasse dite traditionnelle de cette espèce. Ces régions détiennent déjà le record des tableaux de chasse des colombidés en France.


Les populations migratrices de pigeons colombins sont considérées comme en déclin en France. Cette espèce est principalement menacée par les pratiques sylvicoles (disparition des arbres creux et arbres têtards, plantation de résineux) et par l’emploi des pesticides. Toute augmentation de la pression sur cette espèce est à proscrire absolument. Le pigeon colombin devrait au contraire faire l’objet d’un moratoire concernant sa chasse. 

 

Enfin, l’autorisation d’utiliser une espèce comme appelant vivant engendre un commerce souvent incompatible avec la détention de cette espèce dans des conditions conformes à ses besoins biologiques.



2) Arrêté autorisant la chasse de nuit et à la passée de la bernache du Canada


Contexte
La chasse de jour de la bernache du Canada a été autorisée jusqu'en 2015. Ce projet d'arrêté élargit les possibilités de chasse en autorisant la chasse à la passée (2h avant le lever du soleil et 2h après le coucher du soleil) sur tout le territoire ainsi que la chasse de nuit dans sept départements où les effectifs sont supérieurs à 250 oiseaux. 


Position de FNE
FNE est totalement opposée à l'autorisation de la chasse de la bernache à la passée et de nuit.

Arguments
La bernache du Canada est une espèce exotique envahissante et la chasse n'est pas une solution aux dégâts causés par ces espèces, comme le montre l'expérience des autres pays (Angleterre, Nouvelle-Zélande) qui ont autorisé la chasse de la bernache du canada. La chasse ne fait qu'aggraver les problèmes en poussant les oiseaux à se réfugier sur les zones protégées où il est plus difficile  d'intervenir. De plus, la chasse de nuit augmente les risques de confusion et de tir sur des espèces protégées (bernaches nonette et cravant). Plutôt que d'autoriser la chasse, il faudrait interdire le commerce et l'élevage de cet oiseau qui sont à l'origine de l'implantation de cette espèce.

Commentaires de l’ASPAS :


Alors que la France détenait déjà le record européen du nombre d’espèces chassables, la Bernache du Canada est devenue chassable en 2011, et espèce « nuisible » en 2012. La population française est aujourd’hui estimée à 5 000 individus. C’est donc une véritable éradication de l’espèce qui est envisagée.


Cette décision étend les périodes de chasse de cette espèce, ce qui a pour unique but de complaire aux chasseurs, au détriment des autres usagers de la nature. Rappelons que cette espèce a été introduite en France à des fins principalement cynégétiques… Il serait temps de ne plus laisser les seuls intérêts cynégétiques orienter les décisions relatives à la faune sauvage.

 




3) Arrêté fixant au 20 février la fermeture de la chasse du pigeon ramier sur tout le territoire


Contexte
La chasse du pigeon ramier ferme actuellement au 10 février ou au 20 février, selon les départements. Ce projet d'arrêté fixe une date unique d'ouverture au 20 février sur toute la France, ce qui revient à prolonger la chasse durant dix jours sur environ la moitié du territoire. 
Si l'espèce pigeon ramier est dans un état de conservation favorable, en revanche les populations migratrices ont connu un déclin important ces dernières années. La migration de cette espèce commence durant la deuxième décade de février et la chasse va donc porter sur les individus migrateurs les plus précoces qui devraient être totalement protégés durant cette période de vulnérabilité.
Surtout, ce projet d'arrêté est mis à la consultation publique alors qu'il n'a pas encore été examiné par le Conseil National de la Chasse et de la Faune Sauvage (CNCFS), dont l'avis est obligatoire. Cette manière de procéder est tout à fait choquante: elle relègue le CNCFS au rôle de simple chambre d'enregistrement des revendications du monde de la chasse.


Position de FNE
FNE est opposée au report de la date de fermeture du pigeon ramier au 20 février sur tout le territoire et souligne qu'il est anormal que le texte soit soumis à la consultation publique avant son examen par le CNCFS.

Arguments
Fixer la fermeture le 20 février revient à autoriser la chasse d'oiseaux dont la migration a commencé et qui devraient être totalement protégés durant cette période de vulnérabilité.
Les populations migratrices de pigeon ramier sont en forte diminution, et cette diminution est due, en partie, à une chasse excessive que cet arrêté va encore aggraver.
Il est anormal que ce texte soit soumis à la consultation publique avant d'avoir reçu l'avis du CNCFS.

Commentaires de l’ASPAS : 

Aucune raison scientifique ne vient justifier cette décision, si ce n’est le désir de satisfaire la demande de la Fédération nationale des chasseurs.

Cette décision autorise la chasse du pigeon ramier en début de période de migration prénuptiale, en totale contradiction avec la directive « Oiseaux ».

Une confusion est possible avec les pigeons colombin et biset, dont la chasse n’est autorisée que jusqu’au 10 février.



4) Arrêté modifiant l'arrêté de classement nuisible des espèces du groupe 1 (espèces exotiques)


Contexte
Cet arrêté apporte quelques modifications à l'arrêté initial, principalement :
- il est précisé que les espèces concernées sont des espèces exotiques envahissantes (clarification)
- le texte formalise le fait que le préfet constitue un panel d'experts (ce qui existe déjà, en pratique)
- dans les onze départements de présence du vison d'Europe, l'interdiction des pièges de catégorie 1 aux abords des cours d'eau ne concernera plus les nasses à corvidés, et la destruction à tir du putois n'est interdite qu'à une distance de 200 mètres de la rive (au lieu de tout le département)
- l'interdiction des pièges de catégorie 2 (= pièges tuants) dans les zones à vison, loutre et castor est étendue aux pièges de catégorie 5 (= pièges tuants par noyade), ce qui est une amélioration.
Globalement, les modifications sont donc plutôt positives.

 

Position de FNE
FNE est plutôt favorable à ce texte, mais regrette la restriction de distance apportée à l'interdiction de destruction à tir du putois dans les départements de présence du vison d'Europe.


Position de l'ASPAS

L’actuelle législation interdit l’usage des pièges de catégorie 2 (pièges tuants) sur les abords des zones humides (cours d'eaux et bras morts, marais, canaux, plans d'eaux et étangs) dans les secteurs à loutres, castors et visons d’Europe.

 

Ce projet prévoit une exception à cette interdiction en autorisant les pièges à œuf placés dans une enceinte présentant une ouverture de 11 cm sur 11 cm. Cette exception est catastrophique pour la faune sauvage : cela empêche toute colonisation de nouveaux départements par le vison d’Europe, le putois est une espèce semi-aquatique qui sera susceptible d’être attiré par ce type de piège, tout comme les martre, fouine, chats sauvage et domestique, etc.


 

***********************************************************************************************************************************

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans chasse
commenter cet article
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 19:13

 

 

Je vous retransmets cet article que je viens de recevoir :


LES ASSOCIATION PRENNENT AU MOT FRANÇOIS HOLLANDE SUR L’IMPARTIALITÉ : ET LES CHASSEURS DANS LES ÉCOLES ?

 

 

 

 

 

2304623_8eb34fd0-29fe-11e2-a9e9-00151780182c_640x280-1-.jpg

 

 

 

Article du Parisien.fr (n’hésitez pas à réagir !) :  

  

Neutralité de l'école : la fondation Brigitte Bardot vise les chasseurs

 


http://www.leparisien.fr/societe/neutralite-de-l-ecole-la-fondation-brigitte-bardot-s-en-prend-aux-chasseurs-10-01-2013-2469625.php

 

La lettre (à diffuser sans modération !) :

 



Monsieur le Président,

 



Votre dernière déclaration concernant le « retour à l’impartialité de l’État » a retenu toute l’attention des associations de protection de la nature, des animaux, et des usagers non chasseurs de la nature. Vous avez réaffirmé l’importance des principes d’impartialité qui, dites-vous à raison, « ne doivent souffrir aucune exception ». Or nos associations ont constamment dénoncé le privilège scandaleux qui, durant le dernier gouvernement, a autorisé les chasseurs à faire de la propagande dans les écoles élémentaires sous prétexte d’initiation à la nature. Depuis le partenariat signé le 4 mars 2010 entre Luc Chatel, Jean-Louis Borloo et la Fédération nationale des chasseurs, les chasseurs sont en effet habilités à donner des « leçons d'écologie » aux écoliers. Ils prétendent évidemment agir en toute neutralité, mais il suffit d'examiner leur « matériel pédagogique » pour en douter : un chien de chasse virtuel, dénommé Cartouche, des personnages enfantins vêtus de jaquettes de chasse et munis de cors, montrent bien le contenu orienté de ces « cours » (voir l’article de presse en annexe).




M. Ettori, vice-président de la Fédération nationale des chasseurs au moment de la convention du 4 mars, s'était félicité dans la presse des chasseurs de passer outre une Académie « qui fit circuler dans tous les établissements de son département une circulaire interdisant l'accès à toutes les structures cynégétiques ». Désormais, se vantait-il, « une fédération a le droit de proposer des animations auprès des jeunes, que l'inspecteur d'Académie le veuille ou non ».

 



Si les écoles doivent rester, comme nous le croyons nous aussi, des lieux d’impartialité, il n’y a aucune raison pour que les chasseurs viennent recruter dès l’école pour initier au plaisir de tuer des animaux et surtout pour maintenir leurs effectifs afin de conserver leur influence politique.


  

Ne conviendrait-il pas d’appliquer le principe de neutralité et de mettre une limite à la défense des intérêts particuliers et à la propagande des lobbies ?

 

Nous vous appelons, Monsieur le Président, à mettre vos propos en pratique et à annuler dès à présent le droit des chasseurs à faire du prosélytisme dans les écoles tout en privant leurs adversaires de leur répondre. Ce privilège doit être immédiatement aboli. Nous sommes à votre disposition pour vous fournir tout renseignement complémentaire et serions heureux d’obtenir un rendez-vous d’un de vos collaborateurs pour avoir l’assurance que vos propos ne resteront pas lettre morte.

Confiants dans votre volonté d’équité et de neutralité, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations respectueuses.

 



Muriel ARNAL,
Présidente de l’association One Voice
Pierre ATHANAZE,
Président de l’ASPAS (Association pour la protection des Animaux Sauvages)
Gérard CHAROLLOIS,
Président de la Convention Vie et Nature
David CHAUVET,
Vice-Président de l’association Droits des Animaux
Armand FARRACHI,
Porte-parole du Collectif pour l’abolition de la chasse à courre
Christophe MARIE,
Directeur du B.P.A. de la Fondation Brigitte Bardot
Christine SAUMON,
Chargée de communication de l’Association pour la défense des victimes de la chasse
Orianne VATIN,
Chargée de communication de la SPA (Société Protectrice des Animaux)

 

_____________________________________________________________________________________________

 

 

La chasse-loisir, une tradition de merde : article que je vous avais aussi retransmis :


http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-chasse-loisir-une-tradition-de-127007 

 
Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans chasse
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 10:40

 

 

www.ecologie-radicale.org

 

 

 

 

la lettre de Gérard CHAROLLOIS  le dimanche 30 décembre 2012

 

 

tel  06 76 99 84 65

 

 

 

             Du gypaète à la N. R. A..

 

 

 

 

L’édition électronique du quotidien SUD-OUEST du jeudi 27 décembre 2012 informait qu’un élu local de la commune de LARRAU (PYRENEES ATLANTIQUES) demandait l’autorisation de tuer des gypaètes barbus.

 

 

Le gypaète avait disparu et fit l’objet d’opérations de réintroductions, notamment dans les ALPES.

Ce grand vautour, parfaitement inoffensif, ne consomme que des cadavres en exploitant les os délaissés par les autres espèces de vautours.

 

 

Depuis 1972, tous les rapaces sont, du moins en théorie, protégés par le droit Français, réglementation consolidée désormais par le droit Européen.

 

 

Bien sûr, l’élu local de LARRAU n’obtiendra pas son autorisation de tirer sur les vautours car ce que les juristes appelle le « bloc de légalité » s’y oppose définitivement.

 

 

 

 

Le samedi 29 décembre, un sanglier, sans doute bien peu « naturel » s’égara au centre ville de PERIGUEUX (DORDOGNE).

Un badaud, interrogé par la radio départementale, indiqua avoir alerté les « autorités » en voyant l’animal, car, vous savez « un sanglier ça peut être dangereux ! ».

Le redoutable animal fut valeureusement fusillé par des agents publics.

 

 

 

A propos :

La chasse tue une trentaine de personnes, chaque année, en ce pays.

Et le sanglier, combien ?

Les fables obscurantistes tiennent lieu de dogmes pour nos badauds formatés.

 

 

 

 

 

 

Périodiquement, la presse relate que des comités d’éleveurs, d’agriculteurs et de leurs élus locaux vouent les loups, les lynx, les ours, les marmottes, les vautours fauves, les cormorans, les buses, les corvidés, les mustélidés à l’anéantissement.

 

Ce délire ruraliste révèle l’arriération crasse, la cruauté insondable d’une fraction heureusement minoritaire de la société dans laquelle nous sommes condamnés à vivre.

 

 

 

 

Oui, sachons-le, existent encore des individus, en pure apparence semblables à nous, pour qui la nature est un stand de tirs et le vivant de la chair à fusil.

Leur culture : c’est leur arme à feu et l’art de tuer.

 

 

 

Face à ces « bons sauvages », le bourgeois urbanisé,  mondain suffisant, manifeste une lâche complaisance faite de condescendance et de snobisme ethnographique.

Surtout, le bourgeois éduqué, raffiné, instruit de la mort de la biodiversité, se gardera de dénoncer les exactions et les crimes de ces survivants d’un monde archaïque, sentant le crottin et la poudre, poudre à fusil et poudre de MONSANTO.

 

 

 

 

Or, la vision bucolique se heurte aux réalités sociologiques car le « bon sauvage » veut transformer les vallées pyrénéennes en couloirs à camions, faire des parcs nationaux des parcs à moutons, épandre des poisons agrochimiques, capter des subventions au besoin au nom de la protection de l’ours qu’il s’évertuera par ailleurs d’exterminer lors des battues à sangliers (d’élevage).

Le « bon sauvage » tue la nature deux fois, au nom de la tradition, puis au nom du faux progrès, paravent de sa cupidité.

Le vrai progrès positif, indispensable est celui des connaissances et de la maîtrise contre la souffrance et la mort.

 

 

 

 

 

Après le « bon sauvage », calamité planétaire, anéantissant tout par ses loisirs débiles et sa cupidité insatiable, la vie disparaît.

Ce qui choque davantage ne tient pas à la survivance de comportements brutaux, sanguinaires, d’ignorances obscurantistes surla nature, de déprédations perpétrées par des individus « défavorisés », mais à la pusillanimité coupable de ceux qui savent mais qui se taisent.

Au nom de la tolérance ?

Non, au nom de leur couardise.

Dire la vérité est un devoir moral et civique dont bienpeu osent s’acquitter.

La vérité éthique, scientifique, civilisatrice est qu’il faut protéger la vie, respecter les êtres, combattre l’instinct de mort.

Or ces combats restent à mener et à gagner.

 

 

 

 

Aux USA, la NATIONALe RIFLE ASSOCIATION (NRA) et en France des appendices croupions de ce lobby de « beaufs » amateurs d’armes, complices de tueries, sévissent, financent des campagnes électorales, arpentent les couloirs des assemblées légiférantes pour faire prévaloir leurs funestes intérêts.

Avec de tels individus, ce monde reste dangereux et se prépare des lendemains qui ne chantent guère.

 

 

 Avoir raison trop tôt ne fait pas de mal à celui qui ne nourrit pas d’ambition de carrière égotiste. Alors, je dirai qu’il faut éradiquer les armes à feu, en interdire le commerce et la détention dans le public.

Supprimer les armes à feu aboutit à abolir enfin la chasse et à prévenir bien des meurtres.

 

 

Que ceux qui ont besoin de caresser une arme à feu suivent d’urgence une psychothérapie de leur choix : analytique, cognitivo-comportementale, de soutien ou un stage de méditations.

 

Aimer un instrument de mort relève d’une pathologie préoccupante dont souffrent trop de nos contemporains pour que la société ne soit pas malade.

 

 

 

 

 

            Gérard  CHAROLLOIS

 

 

CONVENTION VIE ET NATURE

MOUVEMENT D’ECOLOGIE ETHIQUE ET RADICALE

POUR LE RESPECT DES  ËTRES VIVANTS ET DES EQUILIBRES NATURELS.

 

 

 

____________________________________________________________________________________________

 

 

Si vous pensez que la chasse est une  " tradition " lamentable et que vous voulez réagir, je vous invite à vous engager, et à faire entendre votre opinion auprès du gouvernement !!!  :

 

http://le-journal-de-campagne-de-kikidu78.over-blog.com/article-nous-avons-voulu-le-changement-nous-l-avons-eu-113697459.html

 

 

 


Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans chasse
commenter cet article
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 10:41

www.ecologie-radicale.org

 

 

La lettre de Gérard CHAROLLOIS           le dimanche 2 décembre 2012

TEL 06 76 99 84 65

 

 

 

              La chasse ne passera pas par nous.

 

 

 

En France, le loisir de mort bénéficie d’un statut exceptionnel, splendide révélateur de l’indigence de la classe politique.

Il est courant d’entendre ces pitres flatter leurs « amis les chasseurs ».

Combien d’élus auraient la lucidité et le courage d’énoncer que ce passe-temps « beauf », avec son rituel guerrier, ses armes à feu, sa virilité de pacotille, son mépris du vivant, son agression contre la biodiversité est une calamité, une horreur à jeter, avec honte, dans la poubelle de l’Histoire.

Non, le politicien inconsistant radote que « les chasseurs protègent les territoires », « gèrent la faune en limitant la prolifération des cochongliers ».

 

 

 

 

 

Faisons un peu de droit.

 

En 1964, le législateur édicta la loi dite VERDEILLE, applicable après avis du conseil général ou d’une majorité de propriétaires fonciers, dans certaines communes, environ 10000 sur 36600. Dans ce système, les associations communales de chasse agréées (ACCA) confisquaient les terrains privés pour y faire chasser les tueurs agréés.

Et si vous n’aimiez pas la chasse ?

Le non-chasseur n’existe pas, pour le servile législateur Français et le lobby chasse illustre cette vérité absolue : l’homme se comporte avec ses semblables comme il s’accoutume à le faire avec les autres animaux.

Pour le monde de la chasse, le réfractaire doit être nié dans son existence.

Pour les dirigeants de la chasse, les mouvements de protection des animaux et de la nature doivent être frappés d’ostracisme et le propriétaire foncier hostile par choix  de conscience à la chasse ne doit avoir aucun droit.

 

 

 

 

 

Le 13 octobre 1988, le parlement européen, adoptait le rapport du député Hemmo MUNTINGH qui qualifiait la loi VERDEILLE de texte féodal et invitait la France à lui substituer une loi démocratique.

Mais la France vit sous la botte cynégétique et la loi VERDEILLE n’aurait jamais été modifiée sans l’intervention d’un arrêt de la cour européenne des droits de l’homme, le 29 avril 1999, déclarant ce texte contraire à plusieurs dispositions de la  CONVENTION EUROPEENNE DE SAUVEGARDE DES DROITS DE L’HOMME ET DES LIBERTES FONDAMENTALES.

La cour retint que la loi VERDEILLE violait la liberté d’association en ce qu’elle contraignait des opposants à la chasse à adhérer à une association de chasseurs.

Elle considéra que ce régime d’expropriation forcée d’usage au profit des chasseurs méconnaissait le droit de propriété et enfin qu’en créant des disparités dans la jouissance des droits en fonction de la fortune foncière ce texte transgressait une norme de non-discrimination édictée par l’article 14 de la CONVENTION.

 

 

 

 

Le  parlement modifia alors laloi VERDEILLE, le 26 juillet 2000, pour, dit-on, reconnaître un droit de non-chasse qu’imposait l’arrêt de la cour de STRASBOURG, mais, en vérité, pour en entraver le libre exercice.

 

 

 

Désormais, tout propriétaire foncier, quelles que soient la nature et la superficie de son terrain, peut interdire la chasse chez lui, s’il est hostile au loisir de mort.

Il peut le faire sans délai ni formalité, comme auparavant, là où n’existe pas d’ACCA, c’est-à-dire sur la majorité du territoire, et, également, là où existe une ACCA, mais à conditions, vexatoires et farfelues, d’en aviser le préfet au moins six mois à l’avance d’un multiple de cinq anniversaires de création de l’ACCA.

Ce formalisme ridicule, ces délais aberrants n’ont aucune justification sérieuse.

 Ces entraves neprouvent qu’une chose : le caractère féodal d’un loisir qui ne tolère pas que des citoyens libres échappent à sa botte.

 

 

 

 

Une ACCA n’est pas un locataire qui doit se reloger et doit donc être avisé à l’avance de la résiliation de son bail d’habitation.

Le fait que le propriétaire d’une parcelle de 10 ou 20 hectares retire son fonds du domaine de chasse n’appelle aucune mesure contraignante exigeant des réalisations dans le temps.

 

 

Depuis cet arrêt, la cour européenne des droits de l’homme confirma sa jurisprudence favorable à « l’objection de conscience cynégétique », en condamnant  le Luxembourg, le 8 juillet 2007 et tout récemment l’Allemagne, le 29 juin 2012 (arrêt Günter HERMANN), ces pays ayant également imposé la chasse sur des terrains privés.

 

 

En revanche, la cour ne reconnaît pas aux chasseurs Français, propriétaires fonciers en zones d’ACCA, la faculté d’échapper à l’emprise des ACCA sur leurs fonds (arrêt du 4 octobre 2012).

 

 

 

 

 

Cette querelle, interne au monde de la chasse, ne nous concerne guère, mais le juriste s’étonnera d’une relative contradiction dans le raisonnement des juges suprêmes.

En effet, l’arrêt du 29 avril 1999  se fondait davantage sur une violation du droit de propriété et d’usage que sur la violation de la liberté de conscience et de mode de vie, ce qui laissait des chances sérieuses aux chasseurs, en faisant valoir leurs droits de propriétés, de soustraire leurs fonds à l’emprise des ACCA.

Il semble implicitement quela cour de STRASBOURG ait eu à l’esprit essentiellement l’atteinte au mode de vie et à la liberté philosophique des opposants et nous ne lui en ferons pas grief.

 

 

 

 

En France, certaines préfectures perdurent à intimider les candidats  à la mise en réserve écologique volontaire de leurs fonds.

 

La féodalité cynégétique reste en place.

 

 

Ne la laissez pas faire.

 

 

 

 

 

Interdisez vos terrains aux « saigneurs » puisque juridiquement vous le pouvez.

 

 

 

 

N’attendez pas d’un Etat impuissant et soumis qu’il protège la nature autrement que par des discours creux.

Par ailleurs, n’oublions pas que si la chasse est la première et la plus directe des agressions contre la faune en ce pays, elle s’ajoute à toutes les autres.

 

 

 

Songez que les entreprises privées (de scrupules), en mal de profits et de  spéculations, n’aspirent qu’à exploiter la nature comme elles exploitent l’homme.

 

 Carrières, gaz de schistes, éoliennes, autoroutes, grands travaux, infrastructures, lotissements, complexes touristiques, rien n’est épargné à la nature par ceux qui ne raisonnent qu’en termes de lucres.

 

 

 

Aussi, chez vous, dans votre jardinet ou dans vos vastes domaines, offrez à la vie les réserves dont elle a besoin.

Que la destruction universelle et la rage de tuer ne passent pas par vous.

 

 

 

 

 

           Gérard CHAROLLOIS

 

CONVENTION VIE ET NATURE

MOUVEMENT D’ECOLOGIE ETHIQUE ET RADICALE

POUR LE RESPECT DES ÊTRES VIVANTS ET DES EQUILIBRES NATURELS. 

 

  

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans chasse
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 11:37

La chasse-loisir, une tradition de merde !


GetInline-copie-1.jpeg

 

Une grande majorité de nos contemporains haïssent la chasse et en subissent même les conséquences puisqu'ils se voient interdits de Nature en cette période où un ramassis d'abjectes arriérés investissent tous les paysages. Tout le monde est contre mais le lobby est si influent qu'avec l'appui d'un ramassis d’hommes politiques véreux et sans dignité, ceux qui n'ont rien d'autre à faire que de tuer pour le plaisir s'imposent contre toute légitimité.

La chasse était le fait de l'homme naturel et continue à être justifiable pour les derniers survivants des peuples natifs, ces cueilleurs-chasseurs qui eux aussi sont persécutés par le lâche tireur d'élite et le terminator psychopathe et insatiable qu'est le sous-homme civilisé.


Les chasseurs, ces enculés, vont diront qu'ils régulent la Nature. On ferait bien de les réguler à leur tour.

Voici quelques images qui parlent d'elles-mêmes en matière de "régulation" du Vivant :
 

 
"Battues sangliers > 08 dec 2012 > 12 janv 2012 > 26 janv 2013 / Des places disponibles pour ces battues ouvertes avec piqueux et plus de 60 chiens courants / Possibilité de tirer Cerfs Biches et Fans  / 1 sanglier pour 2 chasseurs 260 € ..."
 
Écrivez donc à ces salauds et dites-leur tout le mal que vous pensez d'eux et de leur clique.. : http://www.domainederaboulet.com/

 
 
Vous êtes un héros aux grosses couilles friquées, pour 35.000$ vous pouvez abattre un éléphant... Moins cher, pour 3.800$ tuez une girafe à bout portant : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=tjMtYVeDm10

En Afrique du Sud, tirez sur tout ce qui bouge (curieux, ce film ne présente que des Blancs !)  http://www.dailymotion.com/video/x7c53m_afrique-sud-safari-chasse_animals

 
Deux livres courageux et riches en révélations vous expliquent le pourquoi de cette ignominie:
POur_en_fin_chasse153-1--copie-1.jpg             513rChHvjbL__SL500_AA300_-1--copie-1.jpg
 
Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans chasse
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 17:05

 

Si vous estimez qu'un loisir consistant à tuer des animaux est inadmissible, alors le RAC (Rassemblement pour l'Abolition de la Chasse), association de loi 1901, est fait pour vous.

 


 

Dernières nouvelles et communiqués de presse :



  16/09/2012 - Deux nouvelles publications du RAC !

 

Après notre fiche consacrée au sanglier, nous venons d'éditer une fiche sur le renard ainsi qu'une fiche expliquant comment interdire la chasse sur ses terres.

 

 

 

  09/04/2012 - Le PS sera-t-il le dernier parti "de gauche" à tolérer la chasse à courre ?

 

Les candidats de gauche à l'élection présidentielle se sont à présent prononcés sur la condition animale et, en ce qui nous concerne, sur la chasse à courre.  Suite...

 


 

  07/04/2012 - Emission "Au regard de la science, que raconte le couple homme-loup ?"

 

Le jeudi 19 avril de 14h à 15h, sur France-Culture, Pierre JOUVENTIN, éthologue et écologue, interviendra dans l'émission "Au regard de la science, que raconte le couple homme-loup ?".  En savoir plus...

 


 

  13/02/2012 - Pour séduire un peu plus d’un million de chasseurs, le gouvernement trahit plus de 30 millions d’amis des animaux !

 

Quand le Conseil d’Etat ordonne la fermeture de la chasse aux oies le 31 janvier, le Président de la République charge sa ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, d’autoriser cette chasse « à des fins d’études scientifiques »  Suite...

 


 

  13/11/2011 - Une nouvelle fois, le gouvernement méprise la population et nie la démocratie

 

Qu’est-ce qu’une consultation publique ? Une consultation publique permet au gouvernement de recueillir l'opinion de la population sur un thème qui fera l’objet d’un éventuel projet de loi ou d’arrêté.  Suite...

 


 

  8/11/2011 - Encore un non-chasseur tué par un chasseur. Le RAC demande au gouvernement d’agir.

 

Samedi 5 novembre, à Contrevoz (Ain), une personne qui ramassait des champignons a été tuée par un chasseur. Dans le seul département de l’Ain, il s’agit du 5ème accident depuis l’ouverture de la chasse mi-septembre. Au niveau national, nous avons dépassé les 40 accidents de chasse, dont 11 non-chasseurs.  Suite...

 

 


 

  12/08/2011 - Renard classé "nuisible" : Lettre à la Ministre de l'Ecologie

 

Le RAC a écrit à Madame Kosciusko-Morizet, Ministre de l'Ecologie, au sujet du classement du renard parmi la liste des espèces dites "nuisibles".  Suite...

 

 


 

  16/05/2011 - Manifestation samedi 28 mai

 

Le ministère de la culture vient d'inscrire la corrida au Patrimoine immatériel français.
Venez manifester le samedi 28 mai à 15h, à Paris, place du Palais Royal, pour demander le retrait de ce classement.
Plus d'informations sur : www.patrimoine-corrida.fr

 

 


 

  17/03/2011 - L’imposture de la chasse progresse

 

La Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) a organisé le 15 et 16 février derniers les « Etats Généraux de la Chasse », un évènement regroupant plus de 400 responsables du monde de la chasse et quelques politiques dont Madame Kosciusko-Morizet. Un objectif clairement défini de cette réunion était  Suite...

 

 


 

  15/01/2011 - Trois scientifiques dénonçent...

 

Trois scientifiques reconnus ont envoyé une lettre ouverte à la LPO où ils dénoncent l’influence de la chasse sur les études concernant les oiseaux d’eau et les conséquences des relations entre certaines associations de protection de la nature et les chasseurs. Vous pouvez télécharger la lettre à partir de ce lien.

 

 

 

 

 

Pour lire tous les communiqués du RAC, cliquez ici. Quelques liens externes :

 

04/01/12 - Les opposants à la chasse réagissent

21/12/11 - Une utilité contestée des tirs de nuit sur les renards

06/10/11 - A propos des animaux classés "nuisibles"

 


www.abolition-chasse.org

 

A lire et à diffuser largement !

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans chasse
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 08:29

 

www.ecologie-radicale.org

La lettre de Gérard CHAROLLOIS        le dimanche 9 septembre 2012

TEL 06 76 99 84 65

            La chasse : « y’en a marre » !

 

La grossière propagande d’un groupe de pression pourvu de moyens financiers excessifs ne parvient pas à masquer la nocivité de la chasse à la française qui se nourrit de deux impostures : la dérogation et la tolérance.

 

 

Inutile de vous interroger pour savoir la date de fermeture de la chasse, de  chercher à connaître une liste d’espèces animales soumises à cette guerre sans honneur, de penser que les tirs sont interdits par temps de neige ou la nuit ou à distances des habitations.

 

 

Pour tout cela il y a des règles purement théoriques, puis, systématiquement des dérogations et des tolérances.

La chasse ne ferme pas en ce pays.

Bien sûr, le deuxième dimanche de septembre est qualifié « d’ouverture générale », dans la moitié Sud du pays, mais dans la plupart des départements, la traque des sangliers avait commencé le 15 août.

La chasse de certains oiseaux d’eau sévissait déjà ici et là.

N’imaginez pas qu’elle s’interrompt fin janvier, ni même mi-février.

En mars, vous rencontrerez des chasses à courre, des tirs de pigeons ramiers classés « nuisibles » à cette seule fin.

Alors, au printemps du moins, en période de nidifications des oiseaux et de reproduction des mammifères, la faune connaîtrait-elle un peu de paix ?

Nullement. Ils tuent les corvidés et déterrent le blaireau ailleurs en mai.

 

Mais, nous diront les crédules,  « existent quand même des espèces protégées », celles qui sont menacées de disparition .

Hélas, aucune espèce n’échappe aux tirs intempestifs et les centres d’accueil et de soins de la faune sauvage voient arriver rapaces et cigognes plombés.

 

En ces jours de fin d’été, dans les profondeurs des LANDES, d’inquiétants individus qui n’ont rien de commun avec nous, piègent les petits oiseaux tels que bruants et pinsons pour les manger !

Le droit Français érige en délit ces faits mais l’administration couvre ce braconnage qui s’accompagne d’actes de violences mafieuses à l’encontre des militants de défense des oiseaux s’avisant de faire verbaliser les malfaisants.

Pire : il est conseillé par l’administration d’un Etat qu’on voudrait de droit, aux amis des oiseaux de quitter les zones affectées par ces pratiques arriérées.

En cette affaire, l’Etat préfère une injustice à un prétendu désordre.

Comme dans le MEDOC de la décennie 1980, les autorités ignorant qu’un tueur de petit oiseau est d’abord un tartarin, craignent que faire appliquer la loi générerait une jacquerie. Or, un peu de fermeté, une once de courage, mettraient fin à ces braconnages et à ces gesticulations de mauvais goût.

 

 

Les propagandistes du loisir de mort s’accrochent à des prétextes stupides pour habiller de vertu civique leur rage de tuer.

Hier, la rage vulpine, désormais disparue grâce à la vaccination des renards, était bien commode pour justifier les massacres.

L’échinoccocose, aujourd’hui, la tuberculose bovine jouent le même rôle avec un peu moins d’éclat médiatique.

Reste la prolifération des sangliers que génère la seule chasse mais qui,par un retournement de propagande, sert d’alibi aux tueurs.

Au fond, cette propagande a parfaitement assimilé la leçon des grands totalitarismes du siècle passé :

Un mensonge efficace doit être un mensonge énorme.

Plus il est gros, plus il a des chances d’abuser un temps l’opinion.

 

 

 

Faut-il réformer la chasse à la Française ?

On ne réforme ni la torture, ni l’esclavage.

 On les abolit.

Certes, toute avancée est bonne à prendre.

Moins de tueries s’appréciera toujours et nous ne bouderions pas des dimanches sans chasse et une réduction progressive des multiples ouvertures spécifiques, paravents du braconnage généralisé.

Après tout, les artichauts se mangent feuille à feuille.

Mais, nous qui ne sommes pas comme eux, qui n’avançons pas masqués, qui ne mentons pas sur ce que nous pensons, nous disons loyalement et clairement notre dégoût d’un loisir de mort consistant à persécuter des êtres sensibles.

 

 

L’essentiel est culturel.

La société actuelle est nuisible puisqu’elle détruit le vivant et, en dehors de quelques discours vertueux en faveur de la biodiversité, privilégie toujours le lucre, la récréation, les intérêts économiques sur les impératifs de protection de la nature.

Six cent mille oiseaux s’écraseraient, chaque année, contre les phares des plates-formes pétrolières de la mer du Nord.

Les routes et leur trafic, les trains à grande vitesse, les pesticides agricoles, l’assèchement des marais, l’urbanisation, les pales des éoliennes tuent dans l’indifférence d’une société coupable.

Pour que l’humain adopte un nouveau comportement fondé sur le respect et l’amour de la nature, il convient d’extirper l’exacerbation de l’instinct de mort que représente la chasse.

 

 

 

Alors : la chasse « y’en a marre » !

Oui, mais surtout de ces politiciens irresponsables qui flattent les maniaques du fusil et du piège en pensant ainsi faire de la démagogie, alors qu’ils ne font que prouver leur mépris des citoyens.

Car, ici comme dans les autres démocraties européennes, la chasse devient un loisir marginal qui ne tire sa capacité de nuisance que de son mode  d’organisation corporatiste et des fonds colossaux qu’elle gère.

En France, comme partout ailleurs, l’immense majorité des personnes souhaitent une approche nouvelle de l’animal.

En février 2011, un sondage SOFRES confirmait que 87% des Français souhaitent  que la loi protège l’animal sauvage des actes de maltraitance.

 

 

On vous dira : la France compte beaucoup de chasseurs.

Faux .

Certes, il y en a beaucoup trop mais ils ne représentent jamais que moins de 2% de la population et leur nombre diminue fort heureusement d’année en année.

Là encore, ils mentent :

Leur lobby annonce dans la presse un million trois cent mille chasseurs. Or, il n’a été validé qu’un peu plus de un million deux cent mille permis de chasser et un tueur agréé peut détenir plusieurs permis. Dès lors, le nombre d’amateurs peut être évalué à un million, soit la moitié de ce qu’il était il y a trente ans.

 

Abolissons la chasse pour réconcilier l’homme avec la nature et pour combattre l’instinct de mort et en finir avec la banalisation de l’acte de tuer.

Refusons la mort donnée pour inculquer l’amour du vivant.

 

              Gérard  CHAROLLOIS

CONVENTION VIE ET NATURE

MOUVEMENT D’ECOLOGIE ETHIQUE ET RADICALE

POUR LE RESPECT DES ÊTRES VIVANTS ET DES EQUILIBRES NATURELS.

 

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans chasse
commenter cet article
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 12:42

 

www.ecologie-radicale.org

 

Communiqué du 28/08/2012

 

 

Décathlon : à fond la chasse !

 

 

C’est reparti : la chaîne de magasins Décathlon remet le couvert cette année encore en annonçant dans ses magasins sa "Journée de la chasse". Le tout avec spot vidéo (http://youtu.be/9wG1SkKppvc) à la gloire de cette passion sanguinaire, et surtout avec une affiche au goût plus que douteux, montrant un enfant en tenue de Nemrod, accompagnant un adulte (son père ?) et un ami, le tout précédé du slogan : "Les sports à partager" !

 

Comme si la chasse était un sport, alors que cette activité s’accapare pendant six mois la nature, justement au détriment des autres loisirs de plein air ! Nombre de randonneurs, VTTistes, joggeurs, cavaliers, n’osent plus s’aventurer dans la nature pendant la saison de la chasse.

 

Une trentaine de personnes sont tuées ou blessées par balles chaque année, dans des accidents liés à la fréquentation simultanée des bois et forêts par chasseurs et autres usagés !

 

L’an passé, ce sont plusieurs enfants qui accompagnaient des parents chasseurs qui ont fait parti des victimes ; mais la chaine de magasin ne semble en avoir cure puisque son affiche encourage la participation des enfants à ces tueries !

 

Seul l’argent compte, car ce secteur commercial de la chasse est en forte baisse : il a été divisé par 2,16 entre 1996 et 2006 (chiffres INSEE), et cela a dû encore baisser depuis.

 

Alors, pour tenter de relancer ses ventes, Décathlon fait de la retape auprès des flingueurs et par la même occasion rentre dans leur jeux pour tenter d’assurer la pérennité de ce loisir mortifère, en visant les enfants dans sa communication !

 

On connaissait déjà les interventions scandaleuses des chasseurs dans les écoles : maintenant Décathlon s’associe à ce ciblage par sa publicité !

 

En tout cas le partenariat de Décathlon avec les Fédérations de Chasseurs est explicite, par exemple en Charente-Maritime, l’un des départements français comportant le plus fort taux de chasseurs : http://www.chasseurenpoitoucharentes.com/actualite-departement-detail.php?id=165

 

Pour les sportifs respectueux des animaux, il existe des enseignes comme Go Sport, Intersport ou Sport 2000 (principaux concurrents de Décathlon) qui, au moins, ne vendent pas d’articles de chasse (Décathlon est d’ailleurs le seul grand groupe d’articles de sport à vendre aussi des articles de chasse).

 

Condamnez ces journées chasse en laissant un message sur leur site web

( http://www.decathlon.fr/service-client-decathlon.html, onglet "Nous écrire" )

ou sur Facebook ( https://www.facebook.com/Decathlon.France ).

 

 

Frappons fort, pour que l’an prochain ils y réfléchissent à deux fois !

 

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans chasse
commenter cet article
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 11:33

renard-espagne-237x300.jpg

 

 

 

Bonjour à tous !

Je vous retransmets ce message de la CVN ( Convention Vie et Nature ) et vous demande d'agir !

J'ai mis à la fin les liens pour les adresses, et en " bonus  " un autre lien qui  vous donne la possibilité de donner votre opinion et montrer au gouvernement que nous existons !!!

Bonne journée !!!

 

_______________________________________________________________________

 

 

 

Chers adhérents de la CVN,

A l'approche de l'ouverture, le monde de la chasse procède à des lâchers de faisans d'élevage qui seront le plus souvent tirés à bout portant, comme sur un stand de tir, par des fusillots avides de faire un carton ! 

Comment, dans ces conditions-là, empêcher la concurrence du renard qui trouve que ces "cocottes" sont bien alléchantes et faciles à attraper? 

Réponse: grâce aux battues administratives que le Préfet accorde le plus souvent très généreusement sans se poser de questions.

Si c'est actuellement le cas dans votre département, vous devez interpeller les pouvoirs publics et argumenter pour convaincre, comme l'a fait notre Président dans son département de la Dordogne!

 

  • Reprenez à votre comte le document ci-dessous, en l'adaptant à votre situation locale.
  • Envoyez au Préfet, au Directeur Départemental des Territoires et à la presse locale pour information.
  • Faîtes nous savoir le résultat de vos démarches

Plus nous serons nombreux à le faire, plus les Préfets seront mis devant leurs responsabilités et comprendront peut-être que nous ne voulons plus de cette chasse qui n'est que rage de tuer (cf autocollant CVN en fichier joint)

Les renards et les équilibres naturels méritent bien qu'on se décarcasse pour eux.

 

Bien naturellement.

 

Christian MAILLETAS

Secrétaire général de la CVN

 

_________________________________________________

Exemple de courrier :

 

Monsieur le Préfet de la Dordogne

Cité Administrative

 

24024 PERIGUEUX CEDEX

 

LETTRE OUVERTE

 

Objet : Battues administratives à l'encontre des renards

 

 

Monsieur le Préfet de la Dordogne,

 

La Convention Vie et Nature a l'honneur d'attirer votre attention sur le caractère abusif et contre-nature des « battues administratives » visant à tuer des renards en dehors des périodes d'ouverture de la chasse. Nombre d'habitants de la Dordogne se sont émus de ces pratiques, y compris nocturnes, visant à tuer nos derniers prédateurs naturels.

 

Pendant longtemps, les chasseurs ont persécuté les rapaces, les ours et les lynx au motif que ces animaux les concurrençaient dans la prédation des autres animaux. Aujourd'hui, ces espèces sont enfin intégralement protégées.

 

Or, leur régime alimentaire est proche de celui des renards, à savoir portant sur la consommation de rongeurs et micro-mammifères. Ainsi, un renard consomme environ 6.000 campagnols par an. Les prédateurs sont indispensables aux équilibres de la nature, mais ceux qui ne peuvent se passer de leur passion de tuer trouvent prétextes à des attaques de poulaillers pour persécuter ces animaux.

 

 

En fait, la classification des « nuisibles » et les « battues administratives » ne sont jamais que des occasions de chasse ludique, offertes à ceux qui ne parviennent pas à se passer de leur fusil.

Il est regrettable que les derniers éléments de notre faune sauvage soient ainsi persécutés, dans l'unique dessein de favoriser des animaux de tir sortant des élevages et destinés à alimenter une

chasse artificielle.

 

 

D'un point de vue strictement SCIENTIFIQUE, le renard, les mustélidés, les rapaces et les grands prédateurs sont INDISPENSABLES à une nature équilibrée et diversifiée.

 

Aussi, notre mouvement, traduisant en cela les aspirations d'une immense majorité de nos contemporains, demande l'arrêt de ces autorisations d'activités ludiques, nocives et contraires à l'intérêt général.

 

Recevez, Monsieur le Préfet de la Dordogne, l'assurance de mes salutations distinguées.

 

Le Président,

 

Gérard CHAROLLOIS

 

 

 

Copie adressée à :

Monsieur le Directeur

Direction Départementale des Territoires.

________________________________________________________________________

 

 

 

Vous trouverez les coordonnées de vos préfets et directeurs départementaux sur les liens :

 

 

http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_l_interieur/les_prefectures/votre_prefecture/


 

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Liste-des-departements.html


 

_________________________________________________________________________

Bonus :

 

J'ai encore une chose à vous dire:   inscrivez-vous et donnez votre opinion aux consultations publiques du Ministère du développement durable :


 

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/

 


 

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans chasse
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 19:26

Aujourd'hui , j'ai mis plusieurs articles,  parce que je m'absente pour quelques jours ...

 

 

www.ecologie-radicale.org

tel à 06 76 99 84 65

 

 

communiqué: échec à la chasse.

 

 

La cour euRopéenne des droits de l'homme, siégeant au conseil de l'Europe à STRASBOURG, réitérant son analyse déjà énoncée par l'arrêt MONTION CHASSAGNOUX du 29 avril 1999, condamne l'Allemagne en ce qu'une loi de ce pays imposait aux grands propriétaires fonciers d'ouvrir leurs fonds aux chasseurs.

 

 

 

Un opposant à la chasse, Günther  herrmann refusa cette emprise des porteurs de fusils sur ses terres.

 

 

La plus haute juridiction l'approuve, en application de l'article I du Premier Protocole additionnel à la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et condamne l'Etat membre à lui payer 5000 Euros de dommages et intérêts.

 

 

 

Désormais, en Allemagne, comme en France, tout proPriétaire de terrain pourra interdire le loisir de mort et de négation de la valeur de la nature? CHEZ LUI.

 

 

 

 

C'est une confirmation de la jurisprudence obtenue contre la loi VERDEILLE et cet arrêt qui s'impose à tous possède des portées pratiques et morales considérables.

 

 

 

En pratique, les personnes désireuses d'instaurer avec l'animal, être sensible, un autre lien que celui du fusil peuvent le faire en toute liberté, nonobstant les menées souvent autoritaires des lobbies de la chasse.

 

 

 

Moralement, la haute juridiction consacre, contre la chasse, l'existence d'une approche plus évoluée, plus digne, plus conforme aux impératifs biologiques et éthiques du vivant, une approche de bienveillance.

 

 

 

Pas à pas, l'Europe s'achemine vers l'abolition de la chasse que les générations futures considéreront comme ce qu'elle est: un loisir cruel et nocif.

 

 

             Gérard  CHAROLLOIS

CONVENTION VIE ET NATURE

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans chasse
commenter cet article