Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de le journal de campagne de KIKI DU 78
  • Le blog de le journal de campagne de KIKI  DU  78
  • : Cet espace est réservé à des informations souvent ignorées par les " grands " médias, et à divers sujets d'actualité , en vue d'échanges de points de vues.
  • Contact

Recherche

Liens

6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 14:05

      L'institut Pasteur est dans la tourmente.


L'inspection générale des affaires sociales (Igas) pointe du doigt les abus de confiance au préjudice des donateurs, les recours à des artifices comptables et les concentrations excessives de pouvoir.
Lire l'article : 

 http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/pourquoi-la-gestion-de-l-institut-pasteur-est-epinglee-par-l-igas_383420.html

 

 

Et on peut effectivement se poser des questions quand on voit à quoi sert l'argent récolté :
 

" Fini le casse-tête pour les bergers afin de regrouper leurs moutons la nuit. Des scientifiques uruguayens, en partenariat avec l'Institut Pasteur, ont annoncé mercredi la naissance de moutons phosphorescents.

 

"La transgenèse sur cette espèce n'était pas disponible en Amérique latine et cette réussite positionne l'Uruguay au plus haut niveau scientifique mondial", se sont félicités l'Institut de reproduction animal Uruguay (IRAUy) et l'Institut Pasteur dans un communiqué.

 

 

 

 

 

1306237-moutons-phospho.jpg

 

 

 

Ces moutons sont nés en octobre 2012 à l'IRAUy. Ils se sont développés normalement, sans présenter de différences avec leurs homologues non-transgéniques, a précisé Alejo Menchaca, président de l'institut. Leur seule spécificité est d'être phosphorescents quand on les place sous une lumière ultra-violette, du fait de l'introduction d'un gène de méduse dans leur ADN. Si l'opération n'a pas de but en soi, elle permet néanmoins de vérifier l'efficacité de la méthode d'implantation d'un gène étranger dans l'ADN d'animaux. "C'est une technique très efficace, car tous ceux qui sont nés sont positifs. Maintenant, nous pouvons travailler avec un autre gène, qui sera d'un plus grand intérêt, pour produire une protéine spécifique", a poursuivi Alejo Menchaca.

 

 

D'autres expériences scientifiques ont permis de créer en Argentine une vache transgénique produisant des protéines humaines dans son lait, ainsi que des chèvres, au Brésil, créant également des protéines à usage humain."  

 

http://www.ladepeche.fr/article/2013/04/25/1614101-uruguay-naissance-de-moutons-phosphorescents.html


Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Environnement
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 18:21

 

 

Chères amies, chers amis,
 
 La bataille qui a lieu en ce moment au niveau européen peut être déterminante pour la survie des abeilles – et notre avenir à tous.

 

ImageProxy.mvc-copie-2.jpeg

 

 

 

Les lobbys agrochimistes sont sur le point d'imposer trois types de pesticides néonicotinoïdes notoirement dangereux pour les abeilles dans tous les pays européens. La seule façon de leur barrer la route, c’est que des centaines de milliers de citoyens se mobilisent à travers toute l’Europe pour obliger les députés européens à intervenir.

 

Aidez-nous à sauver les abeilles ! Signez dès maintenant la pétition aux députés européens en cliquant ici.

 

C’est le dernier round d’un combat mené au corps à corps depuis l’été dernier, rappelez-vous :

Après plusieurs études qui, coup sur coup, ont montré les ravages de certains pesticides neurotoxiques (les néonicotinoïdes) sur les abeilles, et le retrait de la vente d’un de ces pesticides – le Cruiser OSR - en France par le Ministre de l’Agriculture, la Commission Européenne a demandé à son autorité sanitaire (l’EFSA) de réévaluer la dangerosité de ces substances(1). Et plus particulièrement celle du Thiametoxam, de l’Imidaclopride et de la Clothianidine, trois types de néonicotinoïdes responsables à eux seuls de la mort de millions d’abeilles chaque année en Europe(2).

 

Seulement voilà :

Les lobbys agrochimistes ont toutes les chances de gagner la bataille. Pourquoi ? Parce que ce sont EUX-MÊMES qui sont chargés d’évaluer la dangerosité de leurs produits !


 

Incroyable, mais vrai… Les autorités sanitaires européennes chargées de garantir notre sécurité alimentaire sont composées de technocrates, pas de scientifiques. Personne, dans les institutions européennes, n’est capable de mener les tests scientifiques nécessaires pour évaluer la dangerosité d’un pesticide sur les abeilles(3). En clair, ce sont les fabricants de pesticides eux-mêmes qui évaluent la dangerosité de leurs produits. Et vu le chiffre d'affaires phénoménal qu'ils tirent de ces pesticides, on ne peut pas s'attendre à ce qu'ils les interdisent(5) !

 

Résultat : les autorités sanitaires délèguent ce travail à un groupe « informel » d’experts, l’ICPBR (International Commission on Plant-Bee Relationships)… qui, lui, est composé aux deux tiers par des membres de l’industrie agrochimique(4) !

 

Notre seule façon d’agir, en tant que citoyens, c’est de dénoncer ce scandale haut et fort, et d'exercer une pression maximale sur les députés européens pour qu’ils interviennent avant que les agrochimistes aient eux-mêmes déclaré leurs produits « inoffensifs ».

 

Le temps presse : le verdict doit être rendu en décembre. Il n’y a pas une minute à perdre : s’il vous plait, signez vite cette pétition en cliquant ici, et faites-la suivre à tous vos amis.

 

http://www.pollinis.org/petitions/petition_201210.php

 

Toute la communauté scientifique sait que ces pesticides néonicotinoïdes font des ravages irréparables sur les abeilles :

Dans les ruches en bonne santé, ces produits neurotoxiques agissent sur le système d’orientation des abeilles, les empêchant de revenir à la ruche. Incapables de retrouver leur chemin, elles finissent par mourir d'épuisement . Petit à petit, les ruches se vident, les essaims sont décimés, et c'est tout l'écosystème qui se trouve en danger(7). Dans les ruches déjà affaiblies par un parasite ou une maladie, les néonicotinoïdes apportent le coup de grâce aux abeilles, qui n’ont plus assez de force pour résister à ce poison trop violent(6).

 

Alors oui, il y a urgence à retirer ces substances toxiques du marché !

J’espère que je peux compter sur votre action. Vous, moi et tous les citoyens qui se soucient des abeilles, de la biodiversité et de l'avenir des générations futures, nous sommes le seul rempart face à la rapacité des firmes agrochimiques.

 

Ces firmes l’ont déjà annoncé : elles mettront « tous les moyens » pour continuer à faire autoriser leurs produits. Et quand on voit les ressources financières énormes dont elles disposent, il y a de quoi s’inquiéter(8) !

 

Aussi, je vous demande de signer dès maintenant votre pétition aux députés européens, et de transmettre ce message à vos proches, vos amis et vos collègues, pour leur demander d’agir, eux aussi, pour faire barrage aux fabricants de pesticides tueurs d’abeilles.

Par avance, merci.

Nicolas Laarman
Délégué général - Pollinis
Conservatoire des Fermes et de la Nature

SOURCES ET COMPLÉMENT D'INFORMATIONS :

(1).Mandate for scientific and technical assistance (EFSA conclusions) in accordance with Article 21 of Regulation (EC) No 1107/2009 to perform an evaluation of neonicotinoids as regards the risk to bees, n° M-2012-0160, modifié le 25/27/2012 : “The Commission therefore asks EFSA to prioritise the review of thiametoxam, clothianidin and imidacloprid”.

 

(2).Nous avons recensé plus de 20 études alertant sur les effets toxiques des pesticides systémiques neurotoxiques sur les abeilles et les pollinisateurs sauvages. Pour se faire une idée :

- Shah, S. Behind mass die-offs, pesticides lurk as culprit (traduit en français par Christian Pacteau sous le titre “Derriere la multitude des morts les pesticides se dissimulent comme des coupables”), Yale Environment 360, 7 janvier 2010

 

- Girolami, V. M. (2009). Translocation of Neonicotinoid Insecticides From Coated Seeds to Seedling Guttation Drops : A Novel Way of Intoxication for Bees . Journal of Economic entomology , 102 (5), 1808-1815.

 

- Tennekes, H.A (2010) The significance of the Druckrey-Kupfmuller equation for risk assessment – The toxicity of neonicotinoid insecticides to arthropods is reinforced by exposure time (traduit en francais par Christian Pacteau sous le titre “Signification de l’équation de Druckrey-Küpfmüller pour l’évaluation des risques. La toxicité des insecticides néonicotinoïdes contre les arthropodes est renforcée par la durée d’exposition.”) in “Toxicology”.

 

(3). L'avenir des abeilles est-il entre les mains du lobby des pesticides ? (Corporate Europe Obervatory, novembre 2010) : http://corporateeurope.org/sites/default/files/sites/default/files/files/article/futur_des_abeilles_francais.pdf

 

(4). La faillite de l'évaluation des pesticides sur les abeilles (Le Monde du 09 juin 2012) : http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/07/09/abeilles-la-faillite-de-l-evaluation-des-pesticides_1731092_3244.html

 

 

(5). Au lieu d'avoir baissé, comme le prévoit le plan Ecophyto 2018 de l’INRA (réduction de 50 % de l'usage des produits chimiques dans l'agriculture d'ci à 2018), la consommation de produits phytosanitaires a encore augmenté de 1,3% en 2011- soit, en volume, 62 700 tonnes de pesticides dispersés dans les champs (contre 61 900 tonnes en 2010). En valeur, la progression est de 5%. Le chiffre d’affaire 2011 du secteur des vendeurs de « produits phytosanitaires » atteint 1,9 milliards d’euros. Mention spéciale à la catégorie « herbicides », dont le chiffre d’affaire grimpe de 17%. Les insecticides se situent juste derrière, avec 11% de plus qu’en 2010.

 

(6).L'effet cocktail mortel pour les abeilles (Sciences & Avenir) : http://fr.scribd.com/doc/59532257/Mort-des-abeilles-deux-suspects-demasques-Sciences-et-Avenir-n°771?secret_password=1jrfwi2mxvbexeh3p0h6

 

(7).L'étude de Mickaël Henry et son équipe de l'INRA d'Avignon à l'origine de l'interdiction du Cruiser OSR en France : http://211.144.68.84:9998/91keshi/Public/File/41/336-6079/pdf/348.full.pdf

 

(8).Le chiffre d'affaire 2012 de la firme suisse Syngenta qui produit le Cruiser (L’Usine Nouvelle) : http://www.usinenouvelle.com/article/syngenta-confirme-ses-previsions-2012-et-vise-un-ca-record.N184511

 

Quand l'agriculture est mauvaise pour la santé (Good planet Infos) : http://www.goodplanet.info/Alimentation-agriculture/Pesticides/Pesticides/(theme)/266

 

 

 

 

 

 

 

 

Soutenez le réseau Pollinis !

 

Aidez-nous à sauver les abeilles et la biodiversité. Nous sommes entièrement financés par les dons et nous ne recevons aucune subvention de la part du gouvernement. Notre équipe fait en sorte que le plus petit don soit le plus efficace possible.

 

ImageProxy.mvc.jpg

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Environnement
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 16:27

 

1149898_3_cd11_sea-shepherd-est-une-ong-fondee-en-1977-par_.jpg

 

 

 

L'organisation non gouvernementale de défense des océans Sea Shepherd, bête noire des baleiniers japonais, qu'elle harcèle chaque hiver dans l'océan austral, a officiellement ouvert lundi 5 novembre sa campagne 2012, baptisée "Tolérance zéro", en lançant son navire-amiral à la poursuite de la flotte nippone. Le Steve Irwin a quitté Melbourne pour prendre la tête de la neuvième campagne de l'association, la plus ambitieuse de son histoire, avec quatre navires – dont le Brigitte Bardot – un hélicoptère, trois drones et une centaine de personnes engagées.


La campagne est plus précoce que les années précédentes parce que les militants entendent perturber les baleiniers dans le Pacifique nord, au large du Japon, plutôt que de les attendre dans les eaux de l'Antarctique. "La mission, cette année, est de les intercepter dès que possible (...) pour les empêcher de tuer une seule baleine", a expliqué le directeur de la branche australienne de Sea Shepherd, Jeff Hansen.

 

LA CHASSE COMMERCIALE AU CÉTACÉ INTERDITE DEPUIS 1986

Officiellement, les activités de la flotte nippone dans l'Antarctique sont destinées à la "recherche scientifique", une pratique tolérée par la Commission baleinière internationale, qui interdit la chasse commerciale au cétacé depuis 1986. Les autorités japonaises affirment que cette pêche fait partie intégrante de la culture nippone, sans cacher que la viande de baleine termine sur les étals.

 

Lire aussi : Le Japon se prépare à dix ans de pêche à la baleine


En 2011, le Japon avait néanmoins été contraint d'interrompre prématurément sa campagne de pêche à cause du harcèlement de militants écologistes, après avoir capturé seulement 172 baleines, soit un cinquième de leur objectif. En mars 2012, ils étaient rentrés après avoir capturé 266 baleines de Minke et un rorqual, soit moins d'un tiers des quelque 900 cétacés qu'ils comptaient tuer.

 

Lire aussi : Le militant écologiste Paul Watson, prisonnier des mers

 

1703009_3_75cf_dirigeant-de-l-ong-sea-shepherd-paul-watson_.jpg

FINANCÉ PAR LE PRODUCTEUR DES "SIMPSONS"

 Outre le Steve Irwin et le Brigitte Bardot, la flotte de Sea Shepherd se compose cette année du Bob Barker et du Sam Simon, du nom du producteur des Simpsons, qui a financé l'achat de ce bateau, ancienne propriété du gouvernement allemand.

Sea Shepherd a été fondée en 1977 par Paul Watson, après son départ de Greenpeace. Son organisation n'a pas hésité à éperonner en 1979 le baleinier Sierra, qui a coulé dans le port de Lisbonne, même si elle assure tout faire pour "ne mettre personne en danger". Le Japon avait qualifié par le passé ses méthodes de "terroristes".



Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Environnement
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 10:50

arton66-a502b.png

 

 

 

 

Notre-Dame des Landes

 

Face aux expulsions : Manifestation de réoccupation !

Bonjour,

 

je vous communique ci-dessous l'appel à rejoindre la résistance à Notre Dame des Landes, du côté de Nantes, contre un projet d'aéroport ; l'occupation des terres et des maisons par les résistants est en cours d'évacuation, mais une réoccupation s'organise. D'ores et déjà de nombreuses personnes convergent de toute la France et au-delà, pour organiser la reprise...

 

yves

 

==============

 

Lire l'appel en ligne, télécharger directement le tract, l'affiche... :

http://zad.nadir.org/spip.php?article66

 

 

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [English] [Español] [français] [italiano] [Nederlands]

 

 

 Notre-Dame des Landes

 

Face aux expulsions : Manifestation de réoccupation !

 

Fourches, poutres, planchettes, clous et outils en main...

 

Rendez-vous le 17 novembre dans la matinée.

 

 

FACE AUX EXPULSIONS : MANIFESTATION DE RÉOCCUPATION !

 

Accueil du site > Agenda > Manifestation de réoccupation le 17 novembre 2012

 

 

samedi 17 novembre 2012, par zadist

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [English] [Español] [français] [italiano] [Nederlands]

Ca y est, la date est fixée !!

la manif de réoccupation sera le 17 novembre !

Prochaine AG pour la préparer : mardi 30 octobre à 19h30 à B17


Nous vous invitons à relayer l’appel, le tract et l’affiche le plus largement et le plus rapidement possible, afin que chacun-e puisse s’organiser pour venir. Pour ceux qui sont dans le coin, ils sont disponibles à la Vache-Rit (lieu-dit Les Domaines, Notre-Dame-des-Landes) et à B17 (Nantes). Nous appelons tous les collectifs et individuEs qui soutiennent ce projet à commencer à mobiliser et s’organiser dès maintenant à ce sujet.

 

Et puis en attendant on cherche d’ores et déjà des cuisines collectives, chapiteaux, musiciens, batukadas, cabanes en kit, matériaux, outils, tracteurs...en vue de la réoccupation.

 

Pour tous contacts : reclaimthezad@riseup.net

Des occupant-e-s de la zad et collectifs solidaires, qui ne lâcheront rien.

 

APPEL POUR LA MANIFESTATION DE REOCCUPATION, 17 novembre 2012, sur la Zone A Défendre

Notre-Dame des Landes, Face aux expulsions

 

Manifestation de réoccupation !

Pour reconstruire - contre l’aéroport !

Fourches, poutres, planchettes, clous et outils en main...

Rendez-vous le 17 novembre dans la matinée.

Des informations restent à définir : lieu du rendez-vous, directions pour vous rendre sur le campement la veille. Consultez régulièrement le site web de la ZAD : https://zad.nadir.org

 

La lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes n’a cessé de prendre de l’ampleur au cours des dernières années. Entre autres initiatives, un mouvement d’occupation s’est étendu sur les bâtis et bocages menacés. Il y un an, face aux menaces croissantes sur les différentes maisons, cabanes et potagers, des habitant.e.s de la ZAD et collectifs solidaires appelaient à une manifestation de réoccupation en cas d’expulsion.

 

Quand César patauge...

Depuis le mardi 16 octobre, l’offensive redoutée a commencé. Les 1800 hectares de la ZAD ont été envahis par 1200 policiers. Ceux-ci se sont attaqués petit à petit aux maisons et cabanes occupées qu’ils ont détruites et emportées minutieusement pièce par pièce hors de la zone, pour ne rien laisser qui puisse servir aux occupant.e.s. Les occupant.e.s et toutes celles et ceux qui les ont rejoint sur place ont résisté, barricadé, réoccupé. Ensemble, nous avons tout fait pour enrayer les machines de destructions et bloquer les mouvements policiers... Nous sommes toujours là !

 

Notre détermination a été renforcée par une grande vague de solidarité aux quatre coins de l’hexagone et au-delà : manifestations quotidiennes à Nantes et dans diverses villes, ravitaillement et soutien matériel, actions sur les représentations du PS, de Vinci et consorts, constructeurs de l’aéroport et broyeurs de nos vies.

 

Si la plupart des maisons en durs ont déjà été expulsées, ainsi que quelques cabanes, de nombreux autres habitant.e.s demeurent, dispersé.e.s dans les bois, les champs, dans les arbres. De nouvelles constructions sont déjà lancées. Outre les occupant.e.s, des habitant.e.s "légaux" et paysan.ne.s sont toujours menacé.e.s de devoir dégager de la ZAD dans les mois à venir. Autant dire que cette tentative d’expulsion XXL est partie pour durer. Les gros malins de la Préfecture ont officiellement intitulé leur opération militaire : « César ». A nous de leur prouver que la résistance face à l’aéroport est effectivement « irréductible » et qu’eux seront finalement défaits et ridicules.

 

On ne lâche rien et on est toujours là !

Au delà de l’appel à rejoindre la zone et à poursuivre les actions solidaires dans les semaines à venir, nous confirmons aujourd’hui qu’une grande manifestation de réoccupation aura bien lieu le samedi 17 novembre 2012, au départ d’un des villages proches de la ZAD.

 

Après ce premier round d’expulsions, nous aspirons à un moment de mobilisation large, constructive et offensive, partagé par les différentes composantes de la lutte : occupant.e.s, agriculteur.rice.s, habitant.e.s du coin et d’ailleurs, associations et groupes solidaires.... L’objectif sera de reconstruire ensemble un lieu ouvert d’organisation sur les terres menacées. Nous voulons faire de ce lieu un carrefour pour les opposant.e.s, un point de départ pour de nouveaux habitats, une antenne pour organiser la résistance aux travaux à venir, autant ceux de l’aéroport que du barreau routier, première étape du projet censée débuter en janvier. Ils peuvent bien militariser la zone, ils ne nous empêcheront pas de nous y réinstaller.

 

## Ayrault, Vinci et consorts - le message est clair - Dégagez des terres !

 

INFOS SUPPLEMENTAIRES ET PRATIQUES

puce-32883.gif Cet appel à réoccupation a été lancé par le réseau Reclaim The Fields et des occupant.e.s de la ZAD qui avaient occupé des terres en friche avec plus d’un millier de personnes en mai 2012 pour y implanter la ferme maraîchère "Le Sabot" . Nous invitons aujourd’hui tous les groupes qui le souhaitent à relayer cette initiative et à rejoindre l’organisation du 17 novembre.

 

puce-32883.gif Au-delà d’une manifestation, il s’agit avant tout d’une action collective qui gagnera en puissance avec une présence longue et active du plus grand nombre. Prévoyez d’être là pendant le week-end et plus si possible pour amorcer l’occupation, continuer les constructions, les défendre, et en faire émerger des idées pour la suite.

 

puce-32883.gif Amenez des outils et matériaux divers et variés, des bleus de travail, du son, des créations loufoques, des radios portatives, des tartes à partager et une détermination sans faille.

 

puce-32883.gif Il sera possible d’arriver dès la veille. Un espace de campement sera annoncé dans les jours précédant la manifestation.

 

puce-32883.gif Vu l’énergie nécessaire à la résistance aux expulsions d’ici là et l’épuisement conséquent pour les occupant-e-s, la réussite de cette manifestation dépend de manière cruciale de l’implication des collectifs et individu-e-s solidaires partout ailleurs. Nous appelons à ce que s’organisent des réunions publiques, relais d’information et co-voiturages dans chaque bourg en vue du 17 novembre.

 

puce-32883.gif Des affiches et tracts photocopiables sont disponibles sur le site ou en format papier sur nantes (B17) ou sur la ZAD (Vache-rit). Tout soutien financier est le bienvenu (par chèque à l’ordre de “Vivre sans aéroport”, La Primaudière 44130 NDDL ; par virement : 20041 01011 1162852D32 36)

 

Comme la situation change chaque jour, guettez régulièrement les infos sur le site : http://zad.nadir.org/

 

En vue du 17 novembre, on cherche des poutres, matériaux de construction et d’escalade, cuisines collectives, chapiteaux, musiciens, batukadas, cabanes en kit, outils, tracteurs....

 

Pour tout échange, coup de mains, relais, propositions : reclaimthezad@riseup.net

 

POURQUOI ON LUTTE ? Sur la résistance à l’aéroport et son monde.

À Notre-Dame des Landes, décideurs et bétonneurs planchent sur un nouvel aéroport pour parfaire leurs rêves voraces de métropole et d’expansion économique. Cela fait maintenant 40 ans qu’ils veulent anéantir sous le béton 2000 hectares de terres agricoles et d’habitats au nord de Nantes, la ZAD, Zone d’Aménagement Différé devenue Zone A Défendre.

 

Mais depuis les prémices de ce projet, des résistances s’organisent. Cette lutte est au carrefour d’enjeux sur lesquels s’unir et penser des stratégies communes. À travers elle, nous combattons l’alimentation sous perfusion, la société industrielle et son réchauffement climatique, les politiques de développement économique et de contrôle du territoire, les métropoles et la normalisation des formes de vie, la privatisation du commun, le mythe de la croissance et l’illusion de participation démocratique...

 

Aujourd’hui comme hier, les opposant-e-s, loin de baisser les bras, poursuivent la lutte : manifestations, recours juridiques, liens avec d’autres luttes, grèves de la faim, diffusion de journaux, péages gratuits, opposition aux forages, sabotages, perturbations des études d’impact de Biotope et des fouilles archéologiques, occupations de bureaux et de chantiers, etc...

 

Au grand dam de l’État et de Vinci qui rachètent et détruisent pour vider la ZAD, la vie et l’activité s’y sont densifiées et diversifiées depuis plus de trois ans. De nombreuses maisons laissées à l’abandon ont été réhabilitées et occupées, des cabanes ont été construites au sol et dans les arbres, des collectifs occupent des terres pour y faire du maraîchage. Des espaces de réunion, boulangerie, bibliothèque, gîte étaient ouverts à tous et toutes. Plus d’une centaine de personnes occupaient en permanence la ZAD, soutenues par de nombreuses autres du coin et d’ailleurs qui s’y rencontraient et s’y organisaient. Cette présence sur le terrain permettait des réactions rapides face au processus entrepris par Vinci en vue des travaux. C’est ce vivier créatif et indocile qu’ils cherchent aujourd’hui à éradiquer en vue de pouvoir commencer les travaux.

 

Nous gardons en mémoire les victoires passées contre les projets mégalos, du nucléaire au militaire. Comme au Carnet, à Plogoff ou au Larzac, nous savons que cet aéroport peut encore être stoppé. Nous regardons de l’autre coté des Alpes où l’opposition à la construction de la Ligne à Grande Vitesse Lyon-Turin mobilise toute une vallée, où des dizaines de milliers de personnes empêchent les travaux. Ici aussi toute tentative de bétonnage des terres leur coûtera cher.

 

 

POUR INFOS, ICI, LES DIFFERENTS TEXTES PUBLIES AVANT LES EXPULSIONS POUR APPELER A LA MANIF DE REOCCUPATION

 

Tract et affiche à télécharger ici

appel en format audio et jingle de manifs : à diffuser sur vos radios préférées !

Documents joints

 

 

 

 

Lire l'appel en ligne, télécharger directement le tract, l'affiche... :

http://zad.nadir.org/spip.php?article66

Dans la même rubrique

 

 

 

  •  

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Environnement
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 10:11

1b xXr

 

 

 

Transférez le à vos contacts !

----

 

// Conférence Environnementale : La sobriété... maintenant !

 

Cher-es ami-es,

Alors que le président de la République introduira les débats de la conférence environnementale, des associations, des syndicats et des collectifs citoyens organisent, place d’Iéna, du vendredi 14 septembre à 09h00 jusqu’au samedi 15 à 16h00, le premier marathon de la sobriété énergétique.



Plusieurs centaines de manifestants devant le palais d’Iéna et plusieurs milliers de cyber-manifestants en soutien sur www.30h.fr sont attendus pour participer à cette vigie citoyenne dont la vocation est de rappeler aux négociateurs l’impérieuse nécessité de changer de vision et réduire notre consommation d’énergie.

 

> Cyber-manifestez pour la sobriété énergétique !

 

L’action de l’Etat doit s’inscrire dans la durée et reposer sur une logique et une cohérence dont les maîtres-mots sont « sobriété » et « efficacité énergétique ».Chaque décision ayant pour conséquence d’accroître durablement notre consommation d’énergie, tout en favorisant les industries polluantes, devra être dénoncée car elle a pour effet de créer le doute quant à l’ambition effective de l’Etat.

Les associations, syndicats et collectifs citoyens dénoncent ainsi les trop nombreuses décisions (ou non-décisions) qui ont ou auront pour conséquences de soutenir les pollueurs et gaspiller l’énergie :

  • baisse du prix de l’essence,
  • forage pétrolier au large de la Guyane,
  • tentative de passage en force pour imposer l’aéroport de Notre Dame des Landes,
  • criminalisation des militants opposés à la ligne THT Maine-Cotenti
  • poursuite du chantier de l’EPR,
  • ballon d’essai sur les gaz et huile de schiste en vue de relancer un faux débat,
  • multiples propos ministériels présentant le nucléaire comme une énergie d’avenir,
  • soutien implicite aux agro-carburants,
  • projets autoroutiers maintenus,
  • etc.

> Dénoncez ces décisions qui soutiennent les pollueurs et gaspillent l'énergie !

 

Face à l’urgence climatique et à la menace nucléaire, un dialogue environnemental doit reposer sur une véritable cohérence politique, faute de quoi la crise écologique et sociale ne pourrait que s’aggraver.

Les associations, syndicats et collectifs citoyens exigent :

  • l’abandon du projet d’aéroport dit de Notre-Dame des Landes ainsi que les projets autoroutiers actuellement inscrits au Schéma national des infrastructures de transport,
  • une décision politique immédiate de sortie du nucléaire (à commencer par l’arrêt immédiat du chantier EPR et la fermeture de Fessenheim),
  • l’interdiction, quelle que soit la technique utilisée, de la recherche et de l’exploitation des gaz et huiles de schiste.

> Cyber-MANIFESTEZ et SIGNEZ l'appel pour la sobriété énergétique !

 

L'équipe d'Agir pour l'Environnement
contact@agirpourlenvironnement.org
--
http://www.agirpourlenvironnement.org
http://www.facebook.com/association.agirpourlenvironnement
http://www.twitter.com/APEnvironnement

 

Conférence environnementale - LES 110 PROPOSITIONS d'Agir pour l'Environnement

 

En cent-dix propositions, Agir pour l’Environnement s’est efforcée de lister les mesures prioritaires à adopter rapidement. Gageons que nous n’aurons pas à participer aux débats écologiques de 2017 pour dire et redire ce que nous avions établi comme diagnostique voilà déjà plus de 20 ans !

 Lire les 110 propositions (synthèse) 

 ( Prenez le temps de lire ces propositions , elles sont très intéressantes !!! il y en a une pour la protection animale !!! et la chasse !!! )


 Télécharger les 110 propositions détaillées (PDF)

 

Vous aimez nos actions ? Adherez à Agir pour l'Environnement !

 

Votre adhésion est essentielle, car le gouvernement a fixé des règles de représentativité très précises pour les associations. Sans cette reconnaissance, nous serons exclus de toutes les négociations à venir et dans l’impossibilité de saisir la justice contre tel projet ou telle décision inacceptable.

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Environnement
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 10:01

Cet été les médias nous ont longuement parlé des incendies, mais aucun n'a mentionné les " autres " victimes ... les animaux .

 

 

incen6-1-.jpg

 

incen2-1-.jpg

 

 

 

incen8-1-.jpg

 

 

 

incen9-1-.jpg

 

 

 

incen11-1-.jpg

 

 

incen12-3-.jpg

 

 

 

Voici un texte qui leu rends hommage :

 

 

Victime d'un capitalisme tout feu tout flamme, ruiné par sa bulle touristico-immobilière et ses équipements pharaoniques, après avoir tant consommé le pays se consume. Faire vivre des millions de touristes en marge d'écosystèmes fragiles et fragilisés ne pouvait que finir par un barbecue géant. 6 millions de chômeurs sur un pays calciné... Combien de banksters, d'aménageurs et de décideurs véreux mais vénérés devraient être traînés devant des tribunaux inexistants ? Au lieu de cela, une fois de plus, les subventions européennes vont pleuvoir.

 

En ces mois caniculaires et vacanciers, l'Espagne n'a cessé de flamber. Crise économique ? Oh non, il n'y a pas que l’économie qui flambe ! Je sais que l'Espagne n'a pas l'apanage des feux de forêts, ou de ce qui reste du couvert forestier (parce que depuis le temps que ça crame, le feu devrait déjà être éradiqué...), mais si je vous parle de l'Espagne embrasée, c'est parce que les écosystèmes qui partent en fumée, le Vivant dans la fournaise, voire l'habitant en méchoui , cela se passe devant ma porte.

 

 

Une seule et unique question vaut la peine d'être posée, parce que tout a déjà été dit, radoté, tous les boucs émissaires et faux pyromanes ont été arrêtés, même avant la moindre flamme... Ici non plus, il n'y a jamais de fumée sans feu. L'ensemble est parfaitement orchestré, réglé, ficelé d'avance. Reste la question qui est : pourquoi ?


 

Et la seule empathie qui vaille la peine  ne concerne ni la pauvre dame qui a perdu sa maison, ni le pauvre pompier qui a perdu la vie, tout cela fait l'évènement des médias et booste l'audience des spots publicitaires ; la seule empathie que je revendique est à l'endroit des espaces et des espèces, des écosystèmes et des animaux, tout particulièrement des animaux, y compris les animalcules, grillés, braisés, cuits. Ce sont là les vrais innocents et c'est finalement la seule injustice. Car nous et nos élus, sombres escrocs, nous méritons cet enfer, et nous en redemandons encore. On peut quand même rêver d'une prochaine incidence en baisse des vacances pyromanes avec  ces 25 millions de chômeurs européens qui risquent bien de rester cloués dans leurs clapiers ignifuges.

 

 

Les médias n'en parlent jamais, les gens se fichent pas mal du sort animal et oublient même leur chat ou leur chien dans leur fuite, encore davantage s'il s'agit du sauvage, du naturel, des espèces dont c'est pourtant le territoire propre et dont nous occupons indûment, je dirais honteusement, les niches écologiques avec notre anthropie outrancière, imbécile et destructrice.

 

 

Destructrice y compris pour nous, éternels apprentis sorciers, toujours et seulement inspirés par le supposé lucre qui engendre cette situation intenable d'une surpopulation d'inspiration récréative et vacancière mitoyenne à des paysages fragiles et fragilisés, notamment en systèmes plutôt arides, victimes de la sempiternelle ruée capitaliste vers le soleil. Fric, baise, bouffe, bruit, soleil...

 

 

Et c'est là la vraie question de ces incendies : pourquoi ça brûle ? Parce que c'est sec ? Bien sûr que non, ou pas seulement, ou pas dans une telle démesure ! L'absence de pluie a bon dos pour les gros décideurs et aménageurs, orchestrateurs de cet incommensurable et sempiternel rite estival crématoire.

 

Ça brûle parce que depuis quelques décennies, depuis qu'il est de rigueur de piquer un maximum de flouze à des foules (sentimentales) inconscientes pour leur faire accroire qu'ils sont en vacances ou en résidence dans un paradis qui de fait est un enfer, de gros ploutocrates investisseurs ont jeté leur dévolu sur des zones (méditerranéennes pour l'Europe) que la moindre étude écologique désigne objectivement  comme incompatibles, non seulement avec ce type d'activités désordonnées et risquées, mais surtout avec l'incommensurable surcharge populationnelle  induite.

 

On connaît la chanson... Il y a limites de charge pour un ascenseur, d'occupation pour un autobus ou un avion, etc., mais jamais pour un habitat destiné à regrouper de l'Homo sapiens en foule grégaire. Le capitalisme et ses maniganciers ne peuvent accepter les vraies leçons de la science écologique des écologues , trop gênante. Le système mortifère en vigueur ne soutient que les écologistes serviles, au pied, rentables parce que leur discours appris va dans le sens du poil gouvernemental, encense les vacances de Monsieur Hulot et ne vient nullement contrarier avec radicalité tous les plans d'investissements vertigineux et les projets les plus foireux.  Le tapis rouge a toujours été royalement déployé quand il s'agit de projets courtermistes et contre-nature.

 

 

C'est ainsi - non pas en toute inconscience - mais en toute compromission et corruption, sans la moindre préoccupation légitime, en se foutant du quart comme du reste, et notamment du proche avenir, que les aménageurs ont bétonné un infini cordon littoral pour le bonheur des congés payés et les loisirs "bien mérités" d'une foule lobotomisée et pour laquelle tout ce qui est vert est naturel, à commencer par un terrain de golf ou le jardin d'un hôtel-usine à touristes.

 

 

L'inadéquation occupation humaine/fragilité des écosystèmes mitoyens  est la toute simple explication d'une frange méditerranéenne tout feu tout flamme. Et ce qui brûle dans les arrière-pays tient plus ou moins de la même cause, parfois agricole, sylvicole ou d'intérêts de sociétés de chasse.

 

Pour mettre un terme à cette tragédie écocidaire, il convient donc de se réveiller et de traîner devant les tribunaux nationaux, européens et internationaux tous les coupables en col blanc de ces hasardeux aménagements des sols, que sont les élus décideurs locaux, régionaux et nationaux (du simple maire consanguin à l'impérieux ministre concerné en passant par les distingués parlementaires) et leurs complices banquiers, économistes et aménageurs, notamment pour mise en danger de la vie d'autrui et pour le cortège idoine de tous les délits écologiques qui vont de pair.

 

 

En attendant et pendant que le gendarme du coin, avec ses gros souliers et instrumenté par la vindicte populaire, se met à la recherche du pyromane en mobylette, les vrais auteurs de cet apocalypse par le feu placent des fortunes considérables dans des paradis fiscaux, fortunes faites sur les cendres fumantes de contrées entières.

 

 

C'est en plaçant l'écocide comme bien supérieur  au génocide qu'on demande pour ce genre de voyoucratie l'instauration d'un Nuremberg permanent de l'écologie.

 

Et puisqu'il est rapporté, chaque fois, qu'un mégot est à l'origine du brasier, la fermeture immédiate de tous les bureaux de tabac s'impose. Ne dit-on pas " fumer comme un pompier " ?!! Personne n'a besoin de fumer. Le ridicule dilemme nicotine/cancer/feux de forêt n'a que trop duré. Le buraliste est l'équivalent d'un marchand d'arme. Au trou les buralistes ! D'autres mesures urgentes ? Ce n'est pas ce qu'il manque... L'interdiction de tous véhicules 4x4 et autres, et notamment 2 roues, est à généraliser dans l'enceinte de tous les paysages naturels durant la période estivale. Il faut aussi mettre un terme au filon de la démagogie touristico-récréative, y compris de biaiser sous l'angle de l'écotourisme culturel. L'administration gestionnaire doit cesser le toilettage illusoire des sous-bois qui, contrairement aux idées reçues, dessèche les sols. Il est préférable de conserver les litières qui entretiennent une certaine humidité. Il faut aussi renoncer à la folie des coupe-feux, autre méthode contre-productive car c'est dans ces zones artificiellement ouvertes que s'installent les plantes pyrophites (cistes, arbousiers, palmiers nains...) qui ont besoin du feu pour se reproduire... Aspect méconnu du grand public, il y a des écosystèmes qui renaissent de leurs cendres, encore ne faut-il qu'un incendie chaque siècle et que ce soit la Nature et non le promoteur et son pote le député qui en décident.

 

 

Il est de toute première instance de mettre sous surveillance ces nouvelles compagnies privées de prévention et d'extinction des incendies, potentiellement  pyromanes, chiffre d'affaire oblige ! On observe une hausse effarante des grands incendies chaque fois qu'une région ou un pays sous-traite tout ou partie de sa lutte contre ces feux. Les incendies de la Nature étaient l'exception à l'époque où la prévention et la lutte étaient à 100% du ressort du service public. Enquêtez et vous trouverez d'innombrables actionnaires et partenaires de ces sociétés du lobby incendiaire transfuges de milieux bien placés et détenteurs d'informations privilégiées... Ces entités sont prétendues sans but lucratif mais n'importe quel jeu d'écritures permet évidemment d'en rétribuer les services. Et le parc aérien hautement spécialisé est évidemment d'un coût prohibitif.  Nous, peuple dernier, mais boursier !

 

La Guerre du feu, dernier volet : Prométhée, promettez-le moi !

 

- 450.000 ans : Homo erectus domestique le feu (sites de Menez-Dregan à Plouhinec en Bretagne, de Bilzingsleben en Allemagne de Terra Amata près de Nice...).

 

Troisième Millénaire : Homo demens ne maîtrise plus le feu...

 

(*) Un postulat israélien revendique cette domestication en la faisant remonter à - 790.000 ans (site du Gesher Benot Ya'aqov sur les rives du Jourdain ; des chercheurs nord-américains resituent ces traces à un million d'années (site de la grotte de Wonderwek, la plus ancienne habitation de l'homme).

 

Michel Tarrier

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Environnement
commenter cet article
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 11:20


De nombreuses personnes évitent et refusent de porter de la fourrure, en raison de la manière épouvantable dont les animaux souffrent et sont tués pour leurs peaux. Mais qu'en est-il du cuir ? La plupart des consommateurs ne sont pas au courant de la cruauté envers les animaux associée à l'industrie du cuir ni des effets néfastes pour l'environnement de la production du cuir. La créatrice Stella McCartney, qui n'utilise aucun cuir dans ses collections, explique pourquoi elle a rejeté le cuir dans cet exposé vidéo choquant sur l'industrie du cuir. La vidéo de Stella fournit des faits aux consommateurs pour que ces derniers puissent prendre des décisions informées avant d'acheter des produits fabriqués avec du cuir.

 

En France, bon nombre des millions de vaches et d'autres animaux qui sont tués pour leur peau  subissent les horreurs de l'élevage intensif, y compris le surpeuplement et la privation, aussi bien que la castration, le marquage, et la caudectomie, le tout sans le moindre antalgique. Acheter du cuir, c'est contribuer directement à l'élevage et aux abattoirs industriels, car la peau est le sous-produit le plus rentable pour l'industrie de la viande.

 

Une grande partie du cuir provient de pays en développement comme l'Inde et la Chine, où les lois de protection animale sont soit inexistantes soi non appliquées. Une enquête de PETA États-Unis menée en Inde a fait découvrir que les employés brisent la queue des vaches et frottent du piment et du tabac dans leurs yeux, dans le but de les forcer à se lever et avancer après qu'elles se soient effondrées d'épuisement sur le chemin de l'abattoir. Dans les abattoirs, les animaux se font systématiquement trancher la gorge, et dépecer et démembrer alors qu'ils sont encore conscients.

 

En plus de promouvoir la souffrance des animaux, la production de cuir est également néfaste pour l'environnement. Afin de préserver les peaux animales, les entreprises utilisent des agents chimiques toxiques qui peuvent atterrir dans les sols et réserves d'eau voisines. Le fait de transformer la peau en cuir nécessite d'énormes quantités d'énergie ainsi que l'utilisation de produits chimiques dangereux, dont des sels minéraux, du formaldéhyde, des dérivés de goudron de houille, et diverses huiles, teintures, et finitions dont certaines sont à base de cyanure. La plupart du cuir produit est tanné au chrome, et tous les déchets contenus dans le chrome sont considérés dangereux par l'Agence Européenne de Protection de l'Environnement.

 

Stella nous raconte: « En tant que créatrice, j'aime travailler avec des matières qui ne font pas couler de sang, c'est pourquoi j'évite toutes les peaux animales. Rejoignez moi et explorez l'immense variété de chaussures, ceintures, sacs, et portefeuilles tendance qui ne résultent pas de la mort violente d'une vache. Aujourd'hui, vous pouvez acheter des articles de mode sans cruauté partout, puisque la demande augmente toujours au fur et à mesure que les gens apprennent la sombre vérité au sujet du commerce de la fourrure, du cuir et des peaux exotiques. »

 

Vous pouvez aider Stella McCartney à empêcher cette cruauté de continuer en signant dès aujourd'hui notre serment que la seule peau que vous portez est la votre. Transférez ensuite la vidéo à vos amis.

Je veux dire au monde entier que je ne porterai jamais la peau d'un autre animal. Je refuse de contribuer au commerce du cuir. En prêtant ici serment, je déclare que la seule peau que je porte est la mienne.

lien pour voir la vidéo et signer la pétition : 

http://action.petafrance.com/ea-action/action?ea.client.id=45&ea.campaign.id=12791

________________________________________________________________

Déjà au mois de Mars nous avions pu voir l'émission HAZARIBAGH,  CUIR TOXIQUE

 

LA CRITIQUE TV DE TÉLÉRAMA DU 21/04/2012

ImageProxy.mvc.gif

Aux confins du Bangladesh, un bidonville géant croupit sous d'épaisses fumées blafardes. Chaque année, quatorze millions de peaux de bêtes transitent par Hazaribagh pour être transformées en cuir, puis vendues à prix d'or en Occident sous forme de sacs, chaussures ou vêtements. Ici, trois cents tanneries jouxtent de frêles habitations de bois et de tôle, les eaux virent du rouge au fluo et une odeur pestilentielle sature l'atmosphère. Le tannage, lui, s'accomplit dans des conditions moyenâgeuses : à mains nues, sans masque ni système d'aération, encore moins de couverture maladie. « Un cauchemar dont nous, les Occidentaux, sommes aussi les acteurs », assène le commentaire de Hazaribagh, cuir toxique.

Ce film percutant et déchirant dénonce sans réserve les excès d'un tel marché à travers le sort misérable de ses petites mains déshéritées. Elles s'exposent chaque jour à trois cents produits chimiques dans le seul but de remplir nos garde-robes à bas coût... La caméra, empathique, s'attarde longuement sur la destinée tragique de Charmine : une mère de 20 ans déjà usée, dont les bras corrodés font peine à voir. Le documentaire relaie la voix de syndicalistes, avocats et scientifiques pour améliorer le labeur des « forçats du cuir bangladais ». Un combat visiblement perdu d'avance, face à l'inertie internationale et à la répression féroce du gouvernement. — Eléonore Colin

Eléonore Colin

 

 

En cliquant sur le lien suivant vous pourrez voir l'article et les photos relatives :

http://www.zeppelin-geo.com/galeries/bangladesh/hazaribagh/hazaribagh_texte.htm

 

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Environnement
commenter cet article
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 12:38

!cid 76ECBBFEE3344EB09A01C5D5CAAC1D26@MicheleHP[1]

 

 

 

De quoi l'agriculture est-elle le nom ?

 

Le point sur le "i" du mot agricole, ou, de quoi l'agriculture est-elle le nom ?

Certainement pas d'écologie, même si les plus roublards des paysans, de leurs collectifs marchands et autres réseaux lobbyistes s'ingénient à nous le faire accroire par d'incessantes et tautologiques opérations séduction.

De quoi les agriculteurs sont-ils le nom ?

Assurément de tout pour leur rendement économique, mais certainement pas de respect pour la Nature et le consommateur.

 

Empoisonneurs empoisonnés, voici quelques aveux pathétiques de paysans kamikazes, malades repentis et qui nous parlent à cœur ouvert...

http://www.youtube.com/watch?v=V9xMjkdX2Yo&feature=share%27%2C%29

http://videos.tf1.fr/infos/2010/agriculteurs-victimes-du-cancer-les-pesticides-montres-du-doigt-5783396.html

http://www.dailymotion.com/video/xiigzj_denis-camuset-agriculteur-victimes-des-pesticides_news

http://www.dailymotion.com/video/x9mln7_patrick-agriculteur-pesticides-vici_news

52 semaines cancérogènes MOINS UNE, quel cadeau !

http://www.dailymotion.com/video/x8mmq4_semaine-sans-pesticides_news

 

Ces gens, cultivateurs, éleveurs, notoirement connus pour leur brutalité envers les animaux qu’ils exploitent sans vergogne et envoient froidement à l’abattoir, ont de toute évidence toujours été en relations consanguines avec les abominables filières bouchères, semencières, pétrochimiques et agrochimiques. C’est cyniquement qu’ils nous balancent de la viande aux antibiotiques, des fruits et légumes pesticidés. Ils ont bel et bien pacté avec le Crédit agricole et choisi un mode cultural absolument brutal, délétère et militarisé (substances toxiques, équipement, engins lourds…). Il y a belle lurette que leur mode de travail correspond davantage à une logique de mort qu’à un harmonieux rapport avec l’humus et le Vivant !

 

Et si ce mauvais choix leur retombe sur la gueule, c’est bien fait pour leur pomme car ils étaient au fait des dangers encourus. Par contre, comment leur pardonner de nous avoir pris pour des poires et de nous avoir sciemment contaminés pour s’enrichir ou tenter de le faire.

 

Tout professionnel doit faire face à ses responsabilités. C’est quoi cet éternel crédo de compassion, ces jérémiades pour un monde paysan sacralisé « parce qu’il nous nourrit » ? C’est bien parce qu’il nous nourrit et que nous en avons assez de manger de la merde qu’il n’y a aucune circonstance atténuante à faire intervenir !

 

 

Il n’y a pas un paysan sur cent qui respecte la nature et son travail.

Notre santé, le sol, les eaux, les plantes, les animaux, l’atmosphère, les écosystèmes, les paysages, la vie sauvage…, tout y passe dans leur jeu de massacre.

 

Cela fait plus de 50 ans que les travaux des champs ne riment plus avec développement durable, cela fait un demi-siècle que l'agriculture, soi-disant paysanne ou clairement productiviste, est foncièrement courtermiste.

 

Si le système les a poussés là où ils sont, c’est bel et bien qu’ils étaient partants. Bien mal acquis ne profite jamais, mais ce sont les autres qui trinquent !

 

Quel est le rapport d'un rural, d'un campagnard (de souche) à la Nature ? NUL dans l'immense majorité des cas !

 

Le rapport d'un exploitant, d'un producteur, d'un cultivateur, d'un éleveur, d'un maquignon, etc. , est un rapport de force, nous sommes d'accord ? À l'instar du proxénète à la femme qu'il fait travailler. La plupart des gens qui "vivent de la terre" ne la connaissent donc qu'à la façon dont le maquereau connaît celle dont il exige un rapport. Alors, comme le proxo n'est ni féministe, ni amoureux, ni même gynéco (!), le paysan n'est nullement agrologue (parfois vaguement agronome quand il abuse des intrants...), ni écologue et encore moins naturaliste. Compter sur les "braves gens du terroir" pour sauver les écosystèmes, ce serait comme espérer d'un bourreau le respect de sa victime. Vous me suivez ? On peut aller plus loin si vous le voulez, par exemple, le pédophile serait-il pédiatre, le dompteur de cirque zoologue ? Ne riez pas et réfléchissez un peu à ces ploucs qui élèvent des animaux en batterie, qui gavent des canards, qui exigent encore et toujours plus des sols... Liste interminables... Alors : merde aux valeurs symboliques et émotives de cette agriculture "qui nous nourrit" en nous tuant à petit feu et en saccageant tout ce qui l'entoure ! Le bonheur n’est plus dans le pré…, l'a-t-il jamais été ?


 

Directement responsables parce qu’irresponsables ;

Indirectement coupables parce que vendus ;

Toujours en connaissance de cause puisque l’agriculture est bien plus qu’un métier, c’est un mode de vie qu’on a dans les veines ;

Activement et volontaristes parce qu’anthropocentristes à l’excès ;

Passivement et par procuration parce qu’ils ont trop de gosses à nourrir ;

Piégés par faiblesse ou parties prenantes ;

Trop souvent atteints de tous les syndromes du cow-boy élu comme modèle ;

Attestant des pires manies de l’homme roi de la création, prédateur forcené des ressources et du Vivant ;

Chauvinistes bien de chez eux…

Remettant brutalement les étrangers, les femmes et les animaux à leurs places ;

Qu’ils soient culs-bénits, vignerons occitans néo-guevaristes ou d’une certaine confédération  altermondialiste ;

Au premier jour de la sacro sainte connerie, ils décidèrent de classer le Vivant entre utiles et inutiles, entre bons et nuisibles, entre ce qui rapporte et ce qui fait chier. On allait voir ce qu’on allait voir…

Ils cultivent de la pathologie vivante sur des sols qu’ils ont biologiquement assassinés.

Ils nous offrent des fruits qui contaminent la terre, jamais mûrs, ou qui pourrissent rien qu’à les regarder, des tomates au goût d’anchois, des carottes cubiques, des légumes transgéniques gorgés de pesticides.

Ils croisent la pêche avec le navet, le melon avec l’abricot…

Dans leurs enfers dessaisonnés, ils produisent des fraises mortelles, puantes et grosses comme des melons, et sur l’autoroute de Cavaillon des melons avec « déjà du jambon de Parme dedans ».

Ils ont l’art et la manière de faire mûrir au fuel des cerises en plein cœur de l’hiver.

Ils ont recouvert d’algues vertes les côtes bretonnes avec des usines toxiques de saucissons vivants.

Ils affaissent les nappes phréatiques, tarissent ou rendent impropres les sources.

Ils ont fait de nos terroirs des déserts agraires et abiotiques, des vignobles infects et pestilentiels, des horizons céréaliers aux halliers arasés, avec des printemps garantis silencieux.

Ils foutent des coups de pieds dans le ventre de leurs chiens et pense qu’un mètre carré de clapier c’est trop pour un petit lapin.

Ils veulent nous faire avaler, ingérer, digérer, excréter du kangourou, de l’autruche et tous nos chers rêves d’enfance.

Ils ont, de tous temps, harnaché sans pitié chevaux, bœufs, buffles, ânes, mules et chameaux pour leur faire tirer d’incommensurables charges en les rouant de coups.

Après des siècles de chaînes trop courtes, de pattes ligotées et de cages trop étroites, ils ont inventé l’élevage concentrationnaire où des animaux chosifiés et vendus d’avance ne voient plus jamais la lumière du jour.

Ils ont multiplié les poules à l’identique pour les faire pondre tout au long d’un jour sans nuit.

Ils soustraient le veau à la vache-maman pour s’approprier le lait maternel dont les dealers de l’agro-alimentaire font des doses de desserts-drogues vendus aux enfants.

Ils envoient sans état d’âme le cochonnet ou le tendre agneau à l’abattoir, font gonfler les dindes pour Noël et gavent sans pitié les canards et les oies dont le foie éclaté fait la qualité Fauchon.

Dans le tintamarre de foires festives pour idiots ébahis, ils exhibent des animaux monstres, mutants, somnambules, globèses, parfumés, coiffés, clonés et pétris d’antibiotiques.

Ils épandent, pulvérisent, éliminent, défrichent, débroussaillent, arrachent, scalpent, alignent, tondent et coupent sans répit.

Contre l’avis de leurs frères apiculteurs qui vivent du travail des abeilles, à la fois trop crédules et trop cupides, ils ont fusillées à coups d’imidaclopride tous les polinisateurs qui hantaient nos campagnes.

Ils labourent en profondeur, bouleversent les horizons du sol, compactent la terre, puis fauchent et moissonnent avec des tanks qui n’épargnent pas les nids d’oiseaux.

Ils ont déclaré la guerre aux plantes qui ne rapportent rien et qu’ils estiment mauvaises herbes désobéissantes.

Ils ne tolèrent ni haie, ni hallier, ni le moindre écoinçon de Nature vierge et non rentable.

Ils décapitent les fleurs ou les multiplient pour des Interflora, et firent passer de vie à trépas le bleuet, le coquelicot et toutes les fleurs ségétales.

Ils ne voient dans le bois que des stères, dans l’herbe que de la paille, dans la vache que des litres et dans le bœuf que des kilos.

Pour la plupart indifférents à l’opposition militante de trop rares dissidents, ils ne demandent qu’à ouvrir leurs champs au génie génétique dont l’infâme inventeur de l’Agent orange se fait l’humaniste pourvoyeur.

Ils nient les saisons et cultivent maintenant hors-sol et hors raison.

Après avoir pestiféré les plus beaux fruits de la terre nourricière, ils se déguisent en paysans d’antan pour nous, contre le droit de tout un chacun à une nourriture saine, le coup du bio à prix privilège des beaux quartiers.

Ils confondent non innocemment éthique avec étiquette.

Confortés par le fait qu’avant eux les poules avaient des dents, c’est pour un tout prochain Salon de l’agriculture qu’ils nous promettent un œuf carré ne contenant que du jaune.

Après avoir donné naissance au poulet sans plumes, à l’agneau à corps de veau, et cautionné la vache fistulée, démiurges jusqu’aux ongles, le septième jour ils se reposeront peut-être…

 

En un mot comme en cent, ils rendent l’avenir improbable.

 

Et, cerise sur le gâteau, ultime pantalonnade, escroquerie grotesque, ils voudraient nous convaincre que des sols désormais bourrés d'un cocktail de 100.000 molécules chimiques, irréversibles et irrattrapables, parfois mitoyens de cultures transgéniques où succombe la moindre abeille, peuvent produire ce qu'ils nomment du bio et qui n'est, en aucun cas, le naturel d'antan. 5 fruits et légumes par jour comme remède anticancérogène : c'est plutôt la dose mortelle ! Le cancer sera la moisson du futur.


 

Alors, bon appétit / bonne chance !


 

Sur le même thème et sur Agoravox (pour fertiliser les esprits retors !) :

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/50-ans-d-immunite-du-terrorisme-101939

 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/paysans-voyous-agroterrorisme-et-120561

 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/de-quoi-l-agriculture-est-elle-le-120935

 

 

Dénonçons les agriculteurs voyous  !

Un nouveau groupe d’intervention radicale pour une cause commune :

http://www.facebook.com/groups/paysansvoyous/

 ---------------------------------------------------------------------

A lire :

L’AGROTERRORISME DANS NOS ASSIETTES

Michel Tarrier, 256 pages, Éditions LME

De nouveau en stock près 15 jours de rupture !

À lire devant votre salade niçoise empoisonnée !

À relire en mangeant 5 fruits et légumes pestiférés par jour !

 

 

http://www.amazon.fr/Agroterrorisme-dans-assiettes-Michel-Tarrier/dp/2360260391

 

 

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Environnement
commenter cet article
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 11:40


 


ImageProxy.mvc-copie-1

Fukushima : le dernier homme

Pendant plus de neuf mois, le photojournaliste Antonio Pagnotta est régulièrement entré dans la zone interdite autour de la centrale de Fukushima au Japon. Il y a rencontré un homme qui a refusé d'évacuer les lieux. Il vit sans eau, sans électricité. Premier volet d'une série de sept portfolios.

4 juin 2011. Naoto Matsumura, 51 ans, est le dernier habitant de Tomioka, une commune proche de Fukushima, qui comptait quelque 17 000 habitants avant la catastrophe. Cet agriculteur refuse d’être évacué malgré la radioactivité.

ImageProxy-1.mvc.jpeg

4 juin 2011. Les troupeaux de vaches enfermées dans leurs minuscules enclos ont lentement expiré et les étables sont devenues des charniers de carcasses en putréfaction où les corbeaux se régalent.

ImageProxy-2.mvc.jpeg

4 juin 2011. Avant le séisme, le tsunami et la catastrophe nucléaire, la préfecture de Fukushima comptait 3 400 vaches, 31 500 cochons et 630 000 poules, selon le ministère de l'agriculture.

ImageProxy-3.mvc.jpeg

4 juin 2011. « Laisser agoniser des centaines d’animaux est un crime ! » s’indigne Naoto Matsumura.

ImageProxy-4.mvc.jpeg

9 juillet 2011. Quatre mois après la catastrophe, quelques plantes poussent encore dans la zone interdite, une surface de 20 km de rayon autour de la centrale Fukushima Daiichi.

ImageProxy-5.mvc.jpeg

4 juin 2011. La commission sur la sécurité nucléaire du Japon a donné les chiffres de la contamination radioactive : en dose externe accumulée durant la période du 12 mars au 24 avril, un adulte qui serait resté à Tomioka aurait reçu entre 10 et 50 millisieverts (mSv). En France, la limite autorisée pour l'exposition de la population est de 1 mSv par an.

ImageProxy-6.mvc.jpeg

4 juin 2011. Matsumura soigne ses abeilles : « Avant j’avais trente ruches, mais depuis l’accident nucléaire, il ne m’en reste que deux et les abeilles y produisent peu de miel. »

ImageProxy-7.mvc.jpeg

4 juin 2011. Matsumura refuse d’abandonner les animaux qui ont survécu à une agonie certaine. Chaque matin, il va de maison en maison pour nourrir les chats et les chiens restés sur place parce que trop sauvages pour être capturés ou trop agressifs pour être emmenés dans les refuges. Il nourrit aussi ses sangliers et ses cochons qui cohabitent avec une bande de chats.

ImageProxy-8.mvc.jpeg

10 juillet 2011. Au cimetière de la ville, Matsumura continue d'entretenir les tombes.

ImageProxy-9.mvc.jpeg

4 juin 2011. Face à l'océan Pacifique, d'où le 11 mars 2011 ont surgi des vagues de plus de 10 mètres de haut. Ce tsunami a été provoqué par un séisme d'une magnitude 9,0 survenu au large des côtes nord-est de l'île de Honshū. Son épicentre se situait à 130 km à l'est de Sendai, ville située à environ 300 km au nord-est de Tokyo.

ImageProxy-10.mvc.jpeg

2 novembre 2011. Naoto Matsumura sur les ruines de la maison d'un de ses amis, totalement détruite par le tsunami.

ImageProxy-11.mvc.jpeg

2 novembre 2011. Naoto Matsumura dans la maison d'un de ses amis montre une photo du front de mer de Tomioka avant qu'il ne soit complètement détruit par le tsunami.

ImageProxy-12.mvc.jpeg

2 novembre 2011. Naoto Matsumura a gardé son humour. Ici, dans la gare de Tomioka où les herbes ont envahi les voies ferrées, il fait mine d'appeler le conducteur d'un train qui n'arrivera plus jamais.

ImageProxy-13.mvc.jpeg

2 novembre 2011. Sur le green du club de golf de Tomioka, Matsumura feint de frapper une balle imaginaire.

ImageProxy-14.mvc.jpeg

2 novembre 2011. Dans un paysage aux couleurs automnales, le dosimètre indique 5 microsieverts par heure à 1,50 m du sol. Cela correspondrait sur une année à près de 44 fois la dose autorisée pour les populations.

ImageProxy-15.mvc.jpeg

2 novembre 2011. Dans la serre d'une ferme abandonnée, les vaches survivantes viennent se réfugier, la nuit.

ImageProxy-16.mvc.jpeg

29 octobre 2011. Cette autruche, baptisée Boss, est l'unique survivante de la ferme d'autruches de Okumacho. Naoto Matsumura la nourrit avec des aliments pour animaux.

ImageProxy-17.mvc

2 novembre 2011. Dans la campagne de Tomioka, les vaches survivantes viennent se faire caresser. Au printemps prochain, les services vétérinaires de la préfecture de Fukushima procéderont à l'abattage de tous les animaux survivants dans la zone interdite de Fukushima. Naoto Matsumura affirme qu'il se battra pour l'empêcher. Il prend des photos pour documenter la survie des animaux, photos mises à disposition des médias

ImageProxy-18.mvc.jpeg

2 novembre 2011. Dans un ancien élevage de poulets en batteries, des araignées de grande taille ont envahi les bâtiments, couvrant tout de leurs toiles.

ImageProxy-19.mvc

2 novembre 2011. Un ami de Naoto Matsumura, scientifique de l'agence spatiale japonaise, a fait analyser les champignons ramassés autour de sa ferme. Ils concentrent entre 3 000 à 400 000 becquerels par kilo selon les variétés. Naoto Matsumura, qui comme tous les Japonais rafolle des champignons cuisinés, se contente aujourd'hui de les regarder et de humer leurs parfums.

ImageProxy-20.mvc

2 novembre 2011. Dans la forêt de Tomioka avec son chien Aki qui lui témoigne toute son affection.

ImageProxy-21.mvc

12 février 2012. Un peu plus de trois mois plus tard, sa chienne, Aki, a donné naissance à cinq chiots.

ImageProxy-22.mvc

12 février 2012. Dans la zone évacuée, il n'y a plus de distribution d'eau. Naoto Matsumura récupère celle qui vient de la montagne

 

ImageProxy-23.mvc.jpeg

9 février 2012. Voilà onze mois que Naoto Matsumura vit seul dans la zone. Ce soir, il dîne d'une boîte de thon. Il n'y a plus d'électricité et il s'éclaire à la bougie.

Que dire de plus ... Vive le nucléaire ?    Pas vraiment ! Ce matin, j'ai entendu parler des "sages" Japonais qui disaient la folie du monde , et du malheur qu'il apportait avec son soit-disant progrès ...Il serait grand temps que ce monde prenne conscience de ce danger incontrôlable ! 
Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Environnement
commenter cet article
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 14:30

www.ecologie-radicale.org

 

 

 

        Quand les empoisonneurs "créent des emplois".

 

 

 

Des études conduites en milieu fermé confirment que l'insecticide CRUISER, cher aux céréaliers, tue les abeilles.

Faut-il d'ailleurs une étude pour affirmer qu'un insecticide neurotoxique tue des abeilles, hyménoptères, donc des insectes.

Cela devrait aller de soi.

Néanmoins, le calamiteux gouvernement UMP, c'est-à-dire CPNT  FNSEA, attend les résultats d'autres études pour interdire l'emploi de ce poison en agriculture.

 

 

 

Le 30 avril, en matinée, le ministre de l'agriculture, Bruno LEMAIRE, ose déclarer sur FRANCE INTER, qu'avant de prendre une mesure de retrait du CRUISER, il doit considérer les emplois générés par le pesticide.

 

Quels emplois?

Pense-t-il aux juteux profit de la firme agrochimique, à moins que ce ne soit aux emplois maintenus temporairement, avant suppression d'un agent public sur deux, dans les centres de traitements des cancers provoqués par les molécules biocides?

 

 

 

C'est qu'en France, le céréalier, émargeant à la FNSEA, est  mobilisé pour défendre l'agriculture intensive, contre nature, puis prompt à revendiquer une indemnisation aux firmes lorsqu'apparaît la tumeur, fruit de ses épandages.

 

 

 

Mais, pour le candidat sortant, actuellement très énervé, "l'environnement ça suffit" et on va tout de même pas renoncer à de gros profits pour de petites abeilles!

 

 

Quela production de miel en France ait été réduite de moitié en quinze ans, ne dérange guère nos adeptes de l'aseptisation de la nature.

 

 

Pour eux, il faut accroître sans cesse les rendements et tant pis pour l'entomofaune, les amphibiens, les oiseaux, les fleurs sauvages.

 

 

Dimanche prochain, n'oubliez pas les abeilles!

 

Elles ne votent pas, alors faites-le en leur nom.

Votez contre l'ennemi de la terre.

 

           Gérard  CHAROLLOIS

Repost 0
Published by le journal de campagne de KIKI DU 78 - dans Environnement
commenter cet article